“Ce partenariat est un message d’espoir”

Le bateau de sauvetage Ocean Viking de l’ONG française SOS Méditerranée est amarré dans le port de Marseille le 18 juin 2020, à la veille d’un départ prévu pour une mission de recherche et sauvetage de migrants au large des côtes libyennes. ©Shahzad Abdul/ AFP

A l’occasion de la signature d’une convention avec SOS Méditerranée, Gilles Châtelain, membre du conseil d’administration de la CCAS en charge des activités internationales et de la solidarité, et Fabienne Lasalle, déléguée générale de l’association SOS Méditerranée, réaffirment les raisons des liens tissés entre les deux structures.

Quelles sont les raisons de ce partenariat ?

Fabienne Lasalle : Après trois mois d’immobilisation, le navire Ocean Viking reprend ses opérations au large de la Lybie, pays en guerre d’où de nombreuses personnes continuent de fuir pour chercher protection sur des embarcations impropres à la navigation. Les migrations n’ont pas disparu avec la crise du coronavirus et la situation géopolitique dégradée confirme la nécessité d’agir. Nous appelons tous les citoyens à tendre la main à celles et ceux qui se noient. Ce sont les forces citoyennes qui permettent à SOS Méditerranée de poursuivre ses actions de sauvetage dont le coût de fonctionnement est de 14 000 euros par jour. Jusqu’à aujourd’hui cet élan citoyen a toujours représenté 95% du financement. Les petites gouttes d’eau font les grandes rivières.

Gilles Châtelain : La convention avec SOS Méditerranée a été validée le 12 mars juste avant le confinement. Ce vote s’est fait à l’unanimité des dix-huit membres des fédérations syndicales du Conseil d’administration. C’est donc un événement politique important en faveur du soutien des réfugiés, comme l’avait été en 2016, l’accueil des réfugiés, en réponse à la sollicitation des pouvoirs publics. La CCAS avait de nouveau fait le choix d’accueillir des réfugiés dans ses centres de vacances. Une décision alors  largement soutenue par les électriciens et les gaziers, même si elle avait aussi soulevé quelques incompréhensions. Nous avions aussi dû nous battre contre une partie de l’opinion publique.

La CCAS porte en elle depuis sa création des valeurs d’humanisme qui vont à l’inverse de ce qui risque d’arriver aujourd’hui après les dégâts causés par la crise sanitaire. Le confinement nous avait amené à espérer qu’un nouveau monde serait possible.  Aujourd’hui, le grand changement se fait attendre et les tendances populistes se réveillent. Dans ce contexte sanitaire et économique difficile, quelle place les réfugiés peuvent-ils avoir ?

De quoi sera fait ce partenariat ?

Fabienne Lassalle : La première mission de SOS Méditerranée est d’effectuer des sauvetages en mer mais aussi de sensibiliser et de témoigner sur ce qui se passe en Méditerranée pour faire en sorte que cela s’arrête. Tous les citoyens doivent être informés. Le maillage local des CMCAS réparties sur tout le territoire français nous donne l’occasion de pouvoir organiser des rencontres, des débats pour sensibiliser et apporter des témoignages sur ce qui se passe. SOS Méditerranée existe depuis 5 ans, elle agit grâce à la mobilisation citoyenne et aux dons qui n’ont jamais fait défaut, il faut que cela continue. Nous reprenons nos démarches de sensibilisation et nous espérons pouvoir, dès cet été, aller sur les centres de vacances pour rencontrer et débattre avec les électriciens et gaziers.

Pour finir, je me permets de faire un rappel : pendant cette crise sanitaire on s’est tous rendus compte à quel point sauver des vies n’avait pas de prix. Eh bien tout ce qui a été fait à terre, il faut le faire en mer, cela fait 5 ans que nous disons : il faut sauver ces vies.

Gilles Châtelain : Nous lançons une grande campagne d’appel aux dons pour soutenir les équipages solidaires de l’Ocean Viking. Je suis convaincu que les CMCAS pourront également organiser des échanges, des débats, des rencontres et des expositions pour et avec les bénéficiaires. C’est ce qui a été fait notamment par la CMCAS Haute-Bretagne en 2017 avec la création de la bande dessinée et de l’exposition “Breizh migrants.”

Ce partenariat est un message d’espoir. Dans la situation de pandémie que le monde traverse, comme pour toutes les crises humanitaires actuelles ou celles qui menacent le climat et la survie de l’Humanité, on voit bien que se replier sur nous-même économiquement et humainement, est la pire des attitudes. Etre solidaire aujourd’hui, ce n’est pas fermer les yeux, c’est tendre à la main aux plus faibles, y compris aux migrants, qui quittent leur pays laissant tout derrière eux, et qui parfois finissent par perdre la vie en traversant la Méditerranée. Il n’est pas possible de laisser cette mer, dont est issue notre civilisation, devenir un cimetière.

Appel au don

L’association SOS Méditerranée a vocation à porter assistance à toute personne en détresse sur mer se trouvant dans le périmètre de son action, sans aucune discrimination. Les personnes concernées sont des hommes, femmes ou enfants, migrants ou réfugiés, se retrouvant en danger de mort lors de la traversée de la Méditerranée. C’est une association indépendante de tout parti politique et de toute confession, qui se fonde sur le respect de l’homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique.

Pour faire un don, rendez-vous sur le site de L’association SOS Méditerranée

 

 

3 Commentaires
  1. gelis 3 semaines Il y a

    personnellement je suis opposé à la convention avec le soutient au navire et la convention sos méditerranée, certes sauver des gens d’une mort certaines est humaniste mais ce n’est pas la solution, cette activité alimente l’afflux en europe, ne serait-il pas plus intelligent de créer les conditions pour que les gens puissent vivre et s’épanouir dans leur milieu culturel ?!

  2. FRANCINE DELSAUT 4 semaines Il y a

    La mer Méditérrranée est déjà un cimetière alors ne laissons pas plus de personnes se noyer, tendons la main. J’ai été bénévole pendant 18 ans, j’ai écouté beaucoup de récits. Ce n’est pas de gaîté de coeur que ces personnes quittent tout,mettons- nous à leur place !

  3. QUEM 4 semaines Il y a

    si les gens ne sont pas d’accord des décisions prise par quelques dirigeants quelle sont les moyens de montrer leur désaccord ???

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

un × deux =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?