L’accueil des réfugiés à la CCAS

©Babouse/CCAS

©Babouse/CCAS

Sollicitée cet été par l’État, la CCAS a de nouveau fait le choix d’accueillir des réfugiés évacués de la “Jungle” de Calais dans ses centres de vacances. Majoritairement soutenue par les électriciens et les gaziers, cette décision a cependant pu soulever quelques incompréhensions. Nous listons ici des éléments de réponse.

La CCAS a signé le 5 octobre une convention nationale en faveur de l’accueil de réfugiés de Calais avec le ministère de l’Intérieur. Une liste de 42 centres de vacances, répartis sur l’ensemble du territoire national, soit 3200 lits, a été remise à l’Etat. À ce jour (chiffres du 24 novembre), 21 centres sont mobilisés et accueillent près de 850 adultes et mineurs.

“Ne doit-on pas en priorité aider les Français en grande précarité ?”

Toutes les formes de solidarité font partie intrinsèque de l’engagement des électriciens et gaziers : hébergement de personnes sans-abri chaque année au Pont-de-Claix (Isère), aide au départ en vacances d’enfants défavorisés… Les Activités Sociales de l’énergie se font aussi le relais des campagnes “pauvreté/précarité” du Secours populaire Français. L’hébergement des Syriens, Afghans, Irakiens, Érythréens ou Soudanais réfugiés en France cet hiver offre justement un refuge temporaire à des personnes en grande détresse, qui fuient des zones de guerre et vivaient dans des conditions inhumaines à Calais. À noter, les associations missionnées pour accompagner les réfugiés sur place ont toutes une démarche globale d’hébergement et d’insertion des personnes en grande précarité.

Focus : la CCAS et la CMCAS Dauphiné Pays de Rhône mettent à disposition chaque hiver, depuis 2004, en réponse au plan « Grand froid », des places d’hébergement provisoire du 1er décembre au 31 mars. Une partie du centre de vacances “Marcel Paul” de Pont-de-Claix est ainsi mis à disposition de l’Association régionale pour l’insertion (Arepi).

Pourquoi ne pas plutôt vous occuper des agents en difficulté ?

Cet accueil ne remet pas en cause les nombreuses aides allouées aux bénéficiaires dans le besoin ou traversant des difficultés : les Activités Sociales, CCAS ou CMCAS proposent de nombreuses aides pour accompagner les bénéficiaires qui rencontrent des difficultés médicales, financières, de logement ou autres. Les CMCAS forment, notamment par leurs commissions Solidarité, des interlocuteurs pour les situations d’urgence, de précarité et de fragilité. Pour en savoir plus, lire le Guide des aides sociales et de santé et le Guide de la protection sociale.

“Des salariés de la CCAS vont être mis à disposition.”

L’État confie la gestion du site et l’accompagnement des personnes accueillies seulement à des associations (Coallia, Arepi, Anras…). Leurs travailleurs sociaux assurent l’aide sanitaire et sociale, l’apprentissage du français, le suivi administratif, et gèrent la vie quotidienne et la logistique. À ce jour, la restauration est assurée par la CCAS sur un centre adulte (à Trébeurden, lire notre reportage). Seuls les cinq centres accueillant des mineurs isolés sont gérés entièrement par la CCAS et son savoir-faire auprès des jeunes.

Lire aussi : Activités Sociales, le choix de la solidarité (Communiqué du 16 novembre 2016)

“Qui va payer, alors que la CCAS manque d’argent ?”

L’accueil se fait sans aucune participation du 1 %. Une indemnisation de 25 euros par jour et par personne est répartie par l’État entre la CCAS et les associations qui interviennent au quotidien (convention-cadre signée le 5 octobre entre le ministère de l’Intérieur et la CCAS). Quatre centres ont hébergé des réfugiés l’hiver dernier. Tous ont été restitués, à la date prévue, sans dégradations d’aucune sorte.

“Vous n’avez pas consulté les bénéficiaires.”

Les Activités Sociales de l’énergie, formées par les CMCAS, le Comité de coordination des CMCAS et la CCAS, sont entièrement gérées par et pour les salariés de la branche des Industries Électrique et Gazière, à travers l’élection d’administrateurs par les salariés statutaires de la branche et leurs retraités. Ces administrateurs obtiennent donc un mandat par les salariés pour prendre des décisions en leur nom, tout en respectant et préservant les valeurs fondatrices. La décision d’accueillir des réfugiés a été prise à l’unanimité des élus du conseil d’administration (CGT, CFDT, FO et CFE-CGC). Cette mise à disposition répond dans l’urgence au démantèlement du bidonville de Calais, initié le 24 octobre dernier.

“C’est le patrimoine des électriciens et gaziers, pourquoi y héberger d’autres personnes ?”

La tradition d’accueil remonte loin dans l’histoire des électriciens et gaziers : accueil d’urgence, accès aux vacances (Bourse Solidarité Vacances, Programme Copain du monde, Avenir social), financement de projets de solidarité internationale… Les Activités Sociales accueillent ainsi chaque année des enfants libanais, sahraouis, maliens, ou algériens dans ses colos.

Lire aussi Artistes en herbe : sur scène avec les Sahraouis

“Ne peuvent-ils pas aller ailleurs ?”

L’État a recensé les hébergements vides sur l’ensemble du territoire français : auberges de jeunesse, centres de vacances, maisons diocésaines, anciens hôpitaux. La CCAS n’est pas le seul organisme social à s’engager dans cette démarche, c’est aussi le cas du CRE RATP, du Comité central de la SNCF, des structures du tourisme social.

Lire aussi : Les électriciens et gaziers s’engagent pour les oubliés des vacances

“Comment faire pour aider les réfugiés accueillis à la CCAS ?”

Les CMCAS et leurs bénéficiaires sont étroitement associés, pour “humaniser” cet accueil : collecte de biens essentiels, rencontres et activités communes. Les solidarités qui s’organisent dépassent pour la CCAS le simple rôle de porteur d’hébergement. Ce sont les valeurs, les réseaux et les pratiques des électriciens et gaziers au sein de leurs Activités Sociales qui sont de nouveau mobilisés. L’hiver dernier, beaucoup ont déjà œuvré en ce sens. Contactez votre CMCAS pour savoir comment participer (voir la liste et les contacts).

portraits-refugies-1

Sur la route des réfugiés : Luchon, hiver 2015

À voir, l’exposition de la CMCAS Toulouse sur l’accueil de réfugiés dans la maison familiale de Luchon (Haute-Garonne) en 2015.

[Article modifié le 24 novembre 2016]

34 Commentaires
  1. mimile 2 années Il y a

    pourquoi ne pas mettre campeole a contribution?

  2. Guillemin 2 années Il y a

    Bonjour,

    Je n’ai pas lu l’ensemble des commentaires mais quelques uns ont suffit à me faire réagir.
    Je suis fils d’agent et j’ai bénéficié des centres de vacances, notamment comme colon, animateur et directeur de nombreuses années. Mon expérience professionnelle m’a amenée vers le métier d’éducateur spécialisé et dans ce cadre, j’ai participé à l’encadrement de l’un de ces centres jeunes mis à disposition pour l’accueil des réfugiés. Que certains soient rassurés, il y a un vrai travail éducatif et un vrai travail d’accompagnement de cette population. Notre mission n’était pas de reproduire un jungle bis, les frigos n’ont pas disparu, les micro-ondes non plus. On peut être du Soudan ou d’Afghanistan et avoir reçu une éducation tout en ayant vu la guerre… Je vous invite donc à vous renseigner sur le travail qui y est réalisé, de mesurer réellement l’élan de solidarité des populations locales, élus, de ces centres. Pour ce qui est de la convention signée avec l’état, je trouve la position de la CCAS honorable car elle amène les pouvoirs publics à s’interroger. En effet, j’espère que l’état n’oubliera pas que la CCAS a répondu présente quand il en avait besoin et j’en suis sur, répondra présente quand on cherchera à détricoter les fondements même “du par et du pour”, les 1%, etc…

    • PIERROT 2 années Il y a

      Je respecte et admire votre engagement , mais ne soyez pas crédule car ce qui nous attends de la part des” autorités responsables ” ne sera pas un retour de compréhension , j’ose me tromper je l’espère.
      bien cordialement

  3. WOELFFEL Patrick 2 années Il y a

    Peut être qu’il faut répondre à cette demande d’accueil des migrants, je ne suis pas opposé fondamentalement à cette démarche.
    Cependant, pourquoi nos syndicats, administrateurs des CMCAS, CCAS ne mettent ils pas en avant cette opportunité d’actions de solidarité, pour l’heure toutl e monde est bien content de disposer des opportunités de logement pour les migrants à travers notre patrimoine immobilier.
    Dans le cas présent ça arrange bien du monde que nous soyons SOLIDAIRES, mais quand il s’agit pour les PATRONS d’alimenter le 1% il n’y a plus personne au portillon.
    Pourquoi ne mets on pas systématiquement ces arguments en avant.
    Hors période de congés scolaires les restaurations dans les centres ne sont plus ouvertes, pour les migrants je suppose que les cuisiniers seront sur place, pourquoi cette discrimination entre migrants et nos retraités.
    Voilà par exemple des sujets FORTS à mettre sur la table pour préserver notre 1%.
    J’espère qu’à l’avenir leçon sera prise et que ces sujets apparaîtrons dans nos infos.
    Cordialement, je suis solidaire avec cette cause humanitaire mais tout de même fâché de voir le déclin du “notre social” au bénéfice des actionnaires de notre entreprise.

  4. tonio 2 années Il y a

    je ne suis pas d’accord pour loger tous ces immigrants dans des centres qui nous appartiennent , quand on entend tous les hiver les SDF qui meure de froid pourquoi ne pas les loger dans nos centres !!!!!!!!! quand je pense que l’on arrive plus a avoir de place nous même pour partir en vacances !!!!!! je pense que la CCAS aurais du demander l’accord de tous les agents EDF -GDF ….. pourquoi ne pas les loger dans les châteaux … ce serais plus normal …… ils sont vide toute l’année …

  5. la cata 2 années Il y a

    Je suis choqué que des logements aient été mis à disposition des réfugiés sans pour autant avoir consulter le personnel des IEG!!!!!!!! Dans quel état on va retrouver ça!

  6. Thierry 2 années Il y a

    Je pense que les présidents des CMCAS devraient assurer leurs rôle de responsables de nos institutions, ils sont élus pour ça, que les syndicats c’est la même chose et qu’ils n’ont pas le pouvoir de décision. Je vous rappelle que les centres appartiennent aux électriciens et aux gaziers et que l’on aurait du nous demander l’autorisation d’éberger ces gens. Par contre, vous dites qu’ils sont éberger dans des centres qui sont fermés jusqu’au mois de mars, c’est faux car j’ai l’habitude d’aller en fin d’année dans le centre de Villeneuve Saint Denis, ce centre est ouvert 11 mois, il accueille aussi des familles d’Outre Mer et ce centre à fermé ses portes pour accueillir des réfugiés, cela veut dire que vous nous mentez et c’est très grave à votre niveau et que des agents ne vous feront plus confiance. Pourquoi le gouvernement ne les a pas mis dans des casernes où dans des locaux qu’ils ont et que personnes occupes? Pourquoi ne pas avoir choisi les centres CCAS à la montagne? J’espère que l’on retrouvera nos centres dans l’état où les agents les ont laissés, pour ce qui est des 25€ pris en charge par l’état, c’est encore faux, c’est à la charge de la commune ( renseignement pris auprès d’un agent de mairie ). Je ne comprends pas pourquoi on nourrit ces gens là, alors que plus 1 millions de personnes ne mangent pas à leur faim et que le gouvernement devrait s’occuper des personnes qui sont dans la rue depuis des années sans aucun revenu, ça c’est de la solidarité, cela ne les touches pas ou alors il ferme les yeux. Le gouvernement devrait s’occuper de la misère que l’on a en France en premier et le reste comme on dit ” on verra si il reste quelques choses “

  7. désespéré 2 années Il y a

    Vivement les chèques vacances…et qu’on se débarrasse de tout ça. On a jamais de place quand on postule, j’en ai marre la propagande lors de l’accueil… Terminé le financement sur notre dos de la beuverie de Soulac, de la fête de l’humanité et d’autres choses encore….

    • Sans 2 années Il y a

      Expliquez moi comment, tout en ayant jamais de place quand vous “postulez”, vous puissiez affirmer qu’il y aurait une propagande lors de l’accueil?
      Premièrement de quelle propagande parlez vous?
      Deuxièmement, vous ne semblez pas savoir que le festival de Soulac, est une festivité réservée aux jeunes agents, peut être n’êtes vous pas/plus assez jeune pour y participer, mais alors comment pouvez vous affirmer que c’est une “beuverie”, pour ce qui est de la fête de l’humanité, pareil à la même chose, qu’est ce qui vous permet d’affirmer que la CCAS financerait cette fête?
      Quand à vos “bien d’autres choses encore”, quand on accuse, on apporte ses preuves, sinon cela devient de la diffamation.

  8. MANGARD JEAN NOEL 2 années Il y a

    Bonjour,
    Moi même travailleur social, je ne reviendrai pas sur l’accueil des migrants réfugiés dans nos structures tout à fait en adéquation avec nos valeurs et celles de nos anciens.

    Par contre, je suis surpris que l’on traite et négocie encore aussi facilement avec l’état et nos directions qui doivent bien rire devant si peu de réticences de notre part.

    En effet, on parle partout dans nos structures de baisse de 1 %, de la restauration méridienne et des moyens bénévoles qui sont en train d’être remis en question.

    Je ne parle pas du statut qui par en fumée, des conditions de travail, de la médecine conseil qui est au diapason et aux ordres des directions et tout cela au détriment des salariés qui se posent des questions sur leur devenir et celles de leur structure de travail.

    Le comble est que le désengagement des directions est validé par les syndicats et les conseils d’administration, des directions des CCAS et CMCAS qui ne réagissent qu’à coup de tract et de newsletter (pour les Présidents de CMCAS) tous plus ou moins revendicatives mais en complète contradiction sur les actes et ce qui se passent au sein des structures.

    Il suffit de voir les discussions à l’infinie des Conseils d’Administrations sur les budgets et autre et je ne parle pas des oppositions au sein même des organisations syndicales de même origine.

    Et entre les deux vous avez las agents impuissants avec aucunes aides syndicales (qui ne pensent qu’à leur mandat) qui trinquent et sont dans l’inquiétude de l’avenir. Et que dire des bénéficiaires à qui on essaye de faire croire que l’on fait des choses et qui s’éloignent et ne participent plus aux activités sociales .

    Qu elle image pitoyable renvoyons nous et croyez moi nos Directions en profitent au maximum pour négocier et imposer la déréglementation de nos Activités Sociales et statut.

    Tout cela pour vous dire que pour avancer il faudra un jour que les directions de la ccas et cmcas et les organisations syndicales, les salariés et les bénéficiaires mettent en justice les Directions Nationales des IEG afin que le rapport de force change de côté. Sinon nous serons complices de celles et ceux qui nous dirigent et qui ne veulent la destruction du statut afin d’avoir un boulevard pour imposer leurs décisions.

    Les migrants réfugiés essayent de gagner l’Europe et les pays qui peuvent leur apporter un peu de bonheur. Attention de notre côté de ne pas devenir d’une autre façon un pays ou la misère et la pauvreté s’installent durablement (emploi, précarité énergétique, couverture sociale etc….) car nous aussi nous avons des pauvres et des personnes en difficultés sociales.

    Nos valeurs ont déjà prises un rude coup de bâton, il faut réagir avant qu’il ne soit trop tard…

  9. muller 2 années Il y a

    bonjour,
    La ” solidarité” , quand elle nous est imposé s’appelle t elle toujours ainsi?…….
    Les responsable de la CCAS ne s’inventent ils pas de belles valeurs humanistes juste pour sauver la face ?….
    Et espéront que c’est gentils et pauvres personnes ( je ne doute pas que dans l ensemble il y en ai une minorité de vrais), ne feront pas perdurer leur ” tradition ” a savoir bruler le toit qu ils quittent comme déja fait a calais. https://www.youtube.com/watch?v=IqShhxxC398. enfin si vraiment ils deignent partir…
    Un bénéficiaire qui a des vraix valeurs de solidarité mais avec SON argent et dans la limite du possible
    cdt

  10. Wicquart 2 années Il y a

    ?? Quid d’une consultation du personnel au préalable ? Il n’a pas son mot à dire j’imagine?

  11. OO 2 années Il y a

    Bonjour,
    Cet accueil est tout à l’honneur des agents et de la CCAS. Pour une fois que nous ne sommes pas que dans la défense de nos intérêts particuliers. Un peu d’ouverture d’esprit collective, cela nous honorerait…

  12. Laroche 2 années Il y a

    Je voudrais juste dire que je suis fière de cette initiative qui met la CCAS et les valeurs qu’elle promeut à l’honneur. Je soutiens complètement la décision des élus du conseil d’administration et suis heureuse de constater l’unité syndicale pour ce type d’action. A l’inverse, refuser d’accueillir ces personnes en grande détresse et ne pas les aider à rebondir aurait été une honte. Bien cordialement.

  13. ALLERA 2 années Il y a

    Tout à fait d’accord avec la démarche d’accueillir des migrants dans nos centres inoccupés . Par contre il serait bien de signaler ceux qui ne seront pas libérés pour les vacances d’été , comme c’était le cas en juillet 2016 à Peyrat le Chateau .

  14. Tallon 2 années Il y a

    Villeneuve st Denis n est pas un centre fermé pendant l hiver! Il permettait aux familles de venir quelques jours à un coût raisonnable pendant la période des fêtes. Donc ne donner pas des informations mensongères. Vous n avez pas mis à disposition des centres fermés !
    Par ailleurs j ai été affecté dans un gîte pour février. Une Convention. Ce gite communal loué 400 e à la ccas me revient à 350 e avec pourtant 40% de participation du ce. Je ne vois pas bien où ? J ai demandé à emmener mes 3 petits enfants et l on me réclame 14 e par enfants et par jour donc bien plus cher que le prix réel du gîte.
    Je n ai pas les moyens . J ai dû annuler ma réservation et me débrouiller à trouver dans le privé. La ccas applique des tarifs bien trop cher
    Donner donc tous vos centres à qui vous voudrez

  15. Claude' 2 années Il y a

    Moi aussi, je déplore que cette année, les retraités doivent se passer du petit colis “gastronomique” s’ils ont moins de 80 ans et que l’on demande une participation de 10 euros à ceux qui veulent se rendre à la fête des pensionnés. J’aurais pu le comprendre si, dans un contexte de baisse du 1%, il n’y avait eu l’accueil des migrants (qui sont loin d’être tous des réfugiés demandeurs d’asile pour raisons de guerres mais dont la majorité sont des exilés pour raisons économiques). Certains disent que les centres de vacances ne nécessiteront aucune dépense après le départ des migrants. Je demande vraiment à voir! Même pas un nettoyage avant l’arrivée des agents affectés? Aux frais de qui? Le président de notre CMCAS a écrit que la participation de l’Etat était “symbolique”. Il ne faut pas nous prendre pour des idiots.

  16. Gilbert 2 années Il y a

    Et si on mettait un « es » à d’ores et déjà ! C’est mieux quand on donne des leçons d’orthographe… Mais aussi hébergement provisoire de personnes avec un s aussi… et ça transmettait avec un t…. et je pensais avec un s
    Les migrants à la CCAS pourquoi pas. Sous réserve qu’ils soient effectivement repartis quand les centres vont ouvrir pour les ayants droits.
    Et petite question : est-ce qu’une indemnisation est prévue par l’état si l’un des centres est incendié comme cela s’est produit en Allemagne ?

  17. Claude CASTELLI 2 années Il y a

    23 centres pour 850 enfants et adultes.
    40 centres soit 3200 places.
    Si une famille = 4 places, il n’y aura plus de réfugiés à venir ?
    Précisez, svp.
    Qui payera les éventuels et inévitables dégas

  18. Claude CASTELLI 2 années Il y a

    Bonsoir.

    Pouvez-vous préciser, svp, car cela n’est pas très clair :

    D’une part : 23 centres mis à disposition pour plus de 850 enfants et adultes.
    D’autre part : 40 centres soit 3200 places mises à disposition.
    Si l’on considère qu’une famille = 4 places environ, il n’y aura pas d’autre réfugiés ?
    ( 3200 : 4 personnes = 800 ).

    Pour notre information, qui payera les éventuels et inévitables dégas ?

    Merci de vos explications.

    • Contrarian 2 années Il y a

      Nous !

  19. Grodada66 2 années Il y a

    Merci, avec la CGT c’est toujours plus facile avec l’argent des autres ! Oui on se tue au boulot pour financer un état, et une ccas, pour laquelle un employé actif à présent courant. Soit cadre monoparental ne profite à aucun moment des pseudo avantages de la ccas. Alors oui pour des décisions comme ça on aimerait bien en temps que salarié IEG être sollicite !

    • Contrarian 2 années Il y a

      “on se tue au boulot..” ah bon ?

    • Sans 2 années Il y a

      De quel argent des autres parlez vous, et si vous vous “tuez” au boulot, ce n’est pas pour financer un état, ni la CCAS, mais pour gagner votre vie, comme tout le monde, pour ce qui est de pouvoir “profiter” des “pseudo” avantages de la CCAS, je ne vous comprends pas très bien, si ce sont des “pseudo” avantages, ils ne sont donc pas intéressants pour vous, non?
      Pour ce qui concerne les affectations, tous les agents actifs et inactifs, sont régis par les mêmes critères, vous pouvez ainsi comprendre, que l’on puisse privilégier durant les vacances scolaires les couples avec enfant aux célibataires sans enfant,en privilégiant les périodes hors vacances scolaires, je suis persuadé que vous auriez votre choix d’affectation plus facilement.
      Pour terminer, si il faut organiser un référendum pour chaque décision à prendre à la CCAS, vous qui vous plaignez déjà de financer l’état et la CCAS, vous demandez de rajouter des frais de consultation systématique des ouvrants droit, supplémentaires, vous n’êtes pas logique dans vos réclamations, vous ne trouvez pas?.

  20. Fernandez 2 années Il y a

    Il s’agit d’accueillir quelques mois : Soudain le doute m’étreint !
    « Il n’y a rien de plus durable qu’une décision temporaire décidée par un gouvernement » Milton Friedman

    • Sans 2 années Il y a

      Pas de panique, le gouvernement en place actuellement sera systématiquement démis en juin 2017, à nous de faire en sorte d’en élire un nouveau, plus en phase avec le monde salarié.

  21. CASAS 2 années Il y a

    Nous sommes continuellement et régulièrement sollicités par la CGT et les gestionnaires CCAS pour “Le 1%” pour leur difficultés à gérer les centres et les activités CCAS.
    Les gestionnaires CAS viennent de nous informer que cette années seuls les retraités de plus de 80 ans auront droit à une attention “SOLIDAIRE” cette fin d’années. Les autres devront payer une participation.
    Aucune information ne nous a été données sur l’accueil des migrants! On est informé par le voisinage.
    Cette main mise sur notre patrimoine est inadmissible. Tous syndicats confondus vous ne représentez même pas 30% du personnel.
    Les retraités sont les éternels oubliés. Personnellement je suis a la retraite depuis 7 ans et je n’ai jamais vu une simple attention envers nous: Pas de contact, pas de courrier autre que les pleurnicheries, ou les grands sermons. Mes demandes d’affectations restent sans suite favorable.
    Quand on as besoin d’une solution d’hébergement temporaire pour aider un proche (accident ou opérations) les centres d’accueil nous sont fermés.
    Je souhaite que les migrants soient accueillis dans les meilleures conditions. Mais avant que quelques agents des bureaux CCAS ne se fassent mousser, il conviendrait que l’état, et les municipalités qui disposent de “campings municipaux, de bâtiments et autres… assument leurs responsabilités.
    Demain vous allez nous dire qu’il faut augmenter les prélèvements sociaux, …
    Arrêtez de vous prendre pour des cadors.

    • TT 2 années Il y a

      Primo:
      Lisez le texte je vous prie “L’accueil se fait sans aucune participation du 1 %. Une indemnisation de 25 euros par jour et par personne est répartie par l’État entre la CCAS et les associations qui interviennent au quotidien “.
      Secundo:
      “Cette mainmise (oui c’est attaché) […] est inadmissible. Tous syndicats confondus vous ne représentez même pas 30% du personnel”.
      Un syndicat : groupement de personnes physiques ou morales pour la défense ou la gestion d’intérêts communs. -> aucun rapport avec une représentation numérique il me semble.
      Tertio:
      “Mes demande d’affectations restent sans suite favorable”. Certes, mais vous parlez ici de vacances. Quelles rapport cela peut-il avoir avec l’hébergement provisoire de personne demandant l’asile politique pour conflit géopolitique?
      Quarto:
      toujours du texte: “La CCAS n’est pas le seul organisme social à s’engager dans cette démarche, c’est aussi le cas du CRE RATP, du Comité central de la SNCF, des structures du tourisme social”, sachez aussi que l’État à eu votre idée, et que les municipalités sont d’or et déjà très au fait de l’accueil des migrants (avec les réactions que l’on connait de l’opinion publique sous désinformation)

      Enfin, comprenez avec tout ceci que lorsque vous dîtes “Je souhaite que les migrants soient accueillis dans les meilleures conditions”, je ne puisse guère vous donner de crédit.

      En espérant vous avoir fait réfléchir, (et qui sait? une réponse argumentée?), je vous souhaite une agréable continuation.

      TT210

      PS: Je tiens à souligner que je n’ai aucun liens de quelle sorte qu’il soit avec le service administratif ou l’administration elle-même de la CCAS, d’EDF ou encore d’ENGIE.

    • PIERROT 2 années Il y a

      Cette réponse( primo, secundo,tertio!!!!) est bien cinglante et austère, tout à fait digne d’un forum lambda dépourvu de considération pour celui qui n’adhère pas à la pensée unique .
      Vous pensiez répondre à qui; aux X% de non syndiqués ?? soyez tolérant si ce n’est respectueux, merci pour eux.

    • TT 2 années Il y a

      Holà Pierrot ^^

      Effectivement, c’était un peu cinglant, mais ça transmettais l’état d’esprit dans lequel j’étais alors, je m’en excuse même si même avec du recul cette réponse me semble justifiée.

      Et non, je ne pensait et n’avait absolument pas la prétention de critiquer les non syndiqués (je suis en fait fermement opposé au concept même du syndicat), je m’excuse si mon message peut être compris ainsi.

    • PIERROT 2 années Il y a

      Merci de ta reponse.
      Tu est tout excusé, nous sommes tous a cran en ce moment et les réactions a chaud (ca m’arrive souvent aussi)si elles sont sincères ne sont pas toujours comprises effectivement,mais c’est honorable d’en être conscient.
      Bien amicalement

    • Sans 2 années Il y a

      Mon cher ami et ex collègue Pierrot, quand on réclame comme vous le respect et la tolérance, on ne commence pas par faire des procès d’intentions aux syndicats et aux syndiqués, qui défendent depuis toujours notre statut National, c’est la moindre des choses.
      Quand au fait que vous soyez en retraite(inactivité de service), toujours non syndiqué mais malgré tout interpelé sur les problèmes liés au fond du 1% par la CGT, c’est peut être parce que justement, il y a problème, et que si un jour dans votre vie de non syndiqué, vous aviez défendu le statut National des industries électrique et gazières(je ne dis pas que vous ne l’ayez jamais fait), dont vous réclamez, je dirais justement d’en tirer vos droits, sachez que, si ils existent encore ces droits, c’est que des syndicats et des syndiqués se sont battu, leur vie durant depuis leur création en 1948, pour que vous puissiez en profiter, même si vous ne vous êtes pas battu pour les obtenir et les conserver.
      Vous savez, il est heureux qu’en France, même les salariés qui ne sont pas affiliés à un syndicat, puissent bénéficier des avantages acquis par ceux ci, car dans d’autres pays, seuls les salariés syndiquées, peuvent bénéficier de ces avantages acquis par la lutte et/ou la négociation, pas les non syndiqués, ce qui vous fait toucher du doigt les raisons de la faiblesse du nombre d’affiliés à un syndicat en France.
      Donc, que vous preniez comme argument pour faire croire , par sous entendu, qu’il y aurait des passe droit dans l’attribution des places de vacances, ou une hégémonie de la CGT , avec votre “Cette main mise sur notre patrimoine est inadmissible”, ce qui est effectivement inadmissible, c’est que vous considériez, que c’est VOTRE patrimoine, sans jamais penser un seul instant, que c’est NOTRE patrimoine commun, obtenu par la lutte (en général des syndiqués), et non pas, comme vous semblez le croire, de par la bonne volonté des patrons et de l’état.

    • PIERROT 2 années Il y a

      VOTRE, NOTRE patrimoine je vois pas la différence. mais vous, vous prenez pour qui , pour me réponde de cette façon surtout en “inventant” ou reprenant des termes que j’aurais utilisés mais je ne vois pas ou , en 1948 vous n’étiez peut être pas encore né moi si et la solidarité je sais ce que c’est alors éviter vos leçons de morale dénuées de tous sens à mon encontre et restez sous le charme des sirènes de la pensée unique, bien vous en fasse , et surtout ne mélangez pas tout dans vos posts (ci-dessous ) , fin du débat pour moi .

      Sans 14 heures Il y a

      Pas de panique, le gouvernement en place actuellement sera systématiquement démis en juin 2017, à nous de faire en sorte d’en élire un nouveau, plus en phase avec le monde salarié.

    • Sans 2 années Il y a

      Maitre pierrot, je me doutais bien qu’il ne pouvait pas y avoir de débat avec vous, mais si il y avait une seule chose à vous faire remarquer, c’est que si vous êtes incapable de faire la différence entre un bien commun et un bien personnel, c’est que justement vous êtes imprégné jusqu’à l’os, de la pensée unique néolibérale, qui fait de vous un consommateur et non pas un acteur de l’acquisition et de la juste jouissance des biens collectifs .
      De plus, je ne vois pas ce qui vous permet de venir vous mêler des commentaires, que je fais en réponse à d’autres collègues, et pour terminer, les extraits de phrases que j’ai cités, sont tirés directement de VOTRE commentaire par copié/collé, vous ne pouvez donc pas m’accuser de les avoir déformés, je m’en excuse, mais c’est bien vous qui les avez écrits.
      Fin du débat, comme vous dites si bien.

Laisser une réponse à Claude CASTELLI Cliquer ici pour annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

1 × un =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?