Le Havre, ville sans limites

Deuxième plus grand port français, le Havre a appris à se réinventer au fil de son histoire, de la reconstruction à la suite des bombardements alliés de 1944 aux reconversions urbaines propres aux enjeux économiques et sociaux du XXIème siècle. Ces métamorphoses réussies ont fait du Havre une cité moderne des plus stimulantes. Photographies de Charles Crié.


“Impact”, une œuvre de Stéphane Thidet pour les 500 ans de la ville, bassin du Commerce : venant chacun d’une direction opposée, ces deux jets se rencontrent dans une tension chaotique et puissante. Un magma d’eau laisse alors observer un nuage qui se déforme indéfiniment. Une image, une forme, qui ne sera jamais la même. ©Charles Crié/CCAS

 

Chef-d’œuvre d’Auguste Perret, avec ses 6500 vitraux et ses murs en béton, l’église Saint-Joseph est un phare au cœur de la ville. Elle fut érigée en mémoire des victimes des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. ©Charles Crié/CCAS

 

Au front de mer. ©Charles Crié/CCAS

 

Le navire de croisière MSC Meraviglia, construit aux chantiers navals de Saint-Nazaire, arrive au port du Havre pour son inauguration. ©Charles Crié/CCAS

 

A l’intérieur du MuMa, le musée d’art moderne André-Malraux. ©Charles Crié/CCAS

 

Tempête sur la digue nord, au front de mer. ©Charles Crié/CCAS

 

Le Volcan, dessiné par l’architecte Oscar Nimeyer, fut d’abord Maison de la Culture (la première créée par André Malraux en 1961), puis Scène Nationale depuis 1991. ©Charles Crié/CCAS

 

Porte-containers en escale de chargement et déchargement, sur le quai des Amériques, au bassin René Coty. ©Charles Crié/CCAS

 

Hautement symboliques pour l’ensemble des Havrais, les cabanes rythment chaque été la plage du Havre en constituant à la fois un emblème du territoire et une mémoire physique de ses habitants. Si elles représentent les premières vacances des classes populaires, elles abritent aujourd’hui un nombre toujours plus important de vacanciers. Elles ont toujours été blanches et dénuées de toute ornementation. À l’occasion des 500 ans de la ville du Havre, Karel Martens a pensé une création sur mesure pour l’ensemble des 713 cabanes. ©Charles Crié/CCAS

 

Les Bains des Docks, nouveau complexe aquatique de la ville du Havre, dessiné par l’architecte Jean Nouvel. ©Charles Crié/CCAS

 

Sur le front de mer, la plage de galets. ©Charles Crié/CCAS

 

L’œuvre de Sabrina Lang et Daniel Baumann, “Structure blanche rectangulaire UP#3”, installée pour l’été 2017 dans le cadre des 500 ans de la ville. ©Charles Crié/CCAS

 

Le funiculaire de la côte surnommé “La ficelle” relie la rue Gustave Flaubert située dans la ville basse, à la rue Félix Faure sur la côte. Inauguré en 1890, il mesure 343 mètres de long pour un dénivelé de 78 mètres. Aujourd’hui, il comporte deux cabines tirées par un câble sur une seule voie avec évitement central, et transporte environ 400 000 personnes par an. ©Charles Crié/CCAS

 

“Jardins Fantômes”, une œuvre de Baptiste Debombourg au bassin du Roy, pour la manifestation “Un été au Havre”. ©Charles Crié/CCAS

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

vingt − 2 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?