21e Salon du livre d’Arras : vers d’autres chemins

©Géraldine Alibeu

La fête du travail à Arras sera-t-elle ensoleillée ? On le souhaite. Car l’association Colères du présent va redéployer les chapiteaux du Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale sur la Grand’Place et place d’Ipswich ce 1er mai, ce qu’elle n’a pu faire pendant deux ans. La 21e édition de la manifestation de littérature engagée aura comme fil rouge « le vide ».

Du muguet et des livres… Quel meilleur assortiment pour cueillir l’espoir ? Temps fort de l’action menée par l’association Colères du présent, le Salon du livre d’Arras donne chaque année de la matière à réfléchir sur notre monde – à grands renforts de débats, spectacles et expositions.

L’une de ses ambitions : lutter contre l’exclusion culturelle et sociale, en amenant des gens éloignés de la lecture et de l’écriture à s’emparer des mots. L’événement est donc ouvert à tous et gratuit.

Entre 2002 et 2019, il a accueilli près de 25 000 visiteurs par édition. Après s’être adapté au contexte sanitaire, il promet un retour au grand format : 400 invités (auteurs, éditeurs, associations), des rencontres, des lectures, une scène punk. Le salon recouvre ainsi sa dimension de fête à part entière : joyeuse et populaire.

Au programme de cette nouvelle édition, des sujets tels que le travail précaire, la place des femmes dans l’Histoire, les bidonvilles et bien d’autres encore. En outre, suivant la tradition, les visiteurs découvriront un espace de valorisation à la fois de l’édition indépendante francophone et des écrivains contemporains qui s’inscrivent dans la grande histoire de la littérature critique et sociale. De 10 heures à 19 heures, ce sera l’occasion d’explorer, de lire et d’écouter. En somme, d’éveiller sa conscience, loin des intérêts des plus puissants et du conservatisme ambiant.

« Amputer la langue, la cadenasser […], c’est nous ôter le pouvoir d’inventer de nouvelles histoires, de faire émerger d’autres récits et de possibles lendemains », résume l’éditorial de présentation du salon 2022, signé par l’écrivain Stéphane Servant. D’aucuns reformuleraient : « Un autre monde est possible. » Vraiment ? Débuts de réponses à Arras, ce premier dimanche de mai.


Infos pratiques

21e salon du livre d’expression populaire et de critique sociale
Le 1er mai 2022 à Arras

Grand’Place et place d’Ipswich
Sur les routes des Hauts-de-France du 15 au 30 avril 2022

Plus d’informations sur le site de l’association Colères du présent

 

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?