À Savines-le-Lac, « Les Nouveaux Stades » mêlent foot de rue et arts numériques

Foot de rue à Savines. Résidence artistique "Les Nouveaux Stades" (arts numériques, sport de rue et danse), proposé par le collectif Orbe à Savines-le-Lac du 14 au 21 août 2022.

Les bénéficiaires en vacances à Savines, dans les Hautes-Alpes, ont participé au projet « Les Nouveaux Stades », associant arts numériques, sport de rue et danse, proposé par le collectif Orbe, en résidence culturelle du 14 au 21 août derniers. ©Élise Rebiffé/CCAS

« Les Nouveaux Stades » du collectif Orbe, accueilli en résidence culturelle au village vacances de Savines (Hautes-Alpes) du 14 au 21 août derniers, ont associé la danse, les sports free-style, la création textile et les arts numériques au service d’un projet artistique un peu fou : concevoir une chorégraphie collective à l’aide d’un ballon connecté.

Dans l’auditorium de Savines-le-Lac, le 18 août dernier, les tubes de l’été résonnent : CKay, Afro B ou Rema font se déhancher la quinzaine de danseurs en herbe participant à l’atelier. « La musique, on va la jouer avec les arrêts », prévient Rebecca Rheny, alias Poca, chorégraphe et danseuse membre du collectif Orbe. « Faites attention au rythme de la chanson ! On bouge ses épaules, son buste puis son cou. Maintenant, on va faire des cercles et on bouge les épaules comme deux pistons. Les coudes puis les poignets. On imagine un aigle qui vole. Retenez bien les mouvements ! »

Quand le hit des Burna Boy « On the Low » résonne dans la salle, les corps se font souples, les mouvements fluides. L’atmosphère se détend. Les sourires illuminent les visages et l’allégresse s’empare du lieu. « Ça vous fait rire, c’est très bien ! Si vous êtes rigides, même dans la vie, c’est la mouise ! Soyez souples », conseille Rebecca « Poca » Rheny. L’intérêt de cet atelier est d’apprendre aux participants les pas de danse qui leur permettront de se déplacer au cours du prochain atelier, une partie de foot, remixée de manière originale.

Les ateliers de danse du collectif Orbe, animés par la danseuse et chorégraphe Rebecca « Poca » Rheny, sont interconnectés avec les dispositifs numériques préparés par le collectif. ©Élise Rebiffé/CCAS

Proposé par le collectif Orbe, accueilli à Savines-le-Lac durant une semaine, le projet artistique « Les Nouveaux Stades » se situe au croisement du foot de rue, de la danse et des arts numériques, et aboutira à une chorégraphie placée sous le signe du free-style, connectée… à un ballon !

« On a remarqué que le public amateur, qui ne sait pas ‘free-styler‘ [réaliser des figures libres, ndlr] ou qui ne sait pas jouer au foot, y arrivait grâce aux capteurs du ballon et à sa production sonore, ce qui lui permet de participer à des projets chorégraphiés, explique Paul Emilieu, scénographe et designer, membre du collectif Orbe. Nous sommes ici en phase d’expérimentation. L’objectif est de pouvoir travailler autrement l’espace public, qui est souvent très normé. »

Tomek Jarolim, directeur artistique du collectif Orbe, installe les équipements sur les joueurs-danseurs : un smartphone programmé pour réagir avec le ballon connecté, et un haut-parleur pour entendre la musique déclenchée par les mouvements du corps. ©Élise Rebiffé/CCAS

« Quand on se déplace sur le terrain de foot, des capteurs placés sur nous et sur le ballon réagissent en émettant des sons, ce qui nous rythme pour réaliser des pas de danse », explique Roméo, 14 ans, originaire d’Alsace, en vacances avec sa famille. Qu’on la dribble, qu’on la shoote, qu’elle soit en suspension ou qu’elle virevolte, la balle produit différents sons. Une triple interaction semble ainsi générée : celle des participants entre eux, avec le terrain et avec le ballon connecté.

« On mélange deux disciplines, foot et danse, et au fur et à mesure les règles deviennent évidentes pour les participants, détaille Paul Emilieu. Cette innovation permet d’intégrer plusieurs participants simplement par le jeu chorégraphique et le jeu sonore. »

Des maillots et un ballon 100 % cousus main

Outre la scénographie, la création d’accessoires textiles et d’éléments de costume est aussi au programme de la résidence culturelle. « On fait de la découpe et de la couture afin de réaliser des maillots pour les deux équipes », s’exclame Roméo. Sa sœur Fleur 13 ans, a le regard vissé sur le tissu qu’elle découpe : « J’adore coudre ! On avait une machine à coudre à la maison, j’avais déjà essayé, et cela m’avait vraiment plu. »

Atelier de confection de maillots pour les danseurs-joueurs avec Dounya Boukhers, styliste. Le projet met également au point un mode d’emploi pour la fabrication de ballons. ©Élise Rebiffé/CCAS

« Nous souhaitons relocaliser la production d’équipements sportifs dédiés au football et au free-style, explique Dounya Boukhers, styliste, qui accompagne le groupe de bénéficiaires participant à l’atelier de confection. Nous ne travaillons qu’avec des matériaux recyclés. On a du jean, des rideaux, qu’on a pu récupérer juste à côté, dans un endroit autogéré qui s’appelle Le Lieu, à Embrun ».

« Le but est de s’approprier les codes du sport et les détourner autour d’activités plutôt ludiques et chorégraphiques, renchérit Xavier Boissarie, game designer chez Orbe et cocréateur du projet. L’objectif ultime est de travailler sur la citoyenneté et le partage : le principe est de jouer et de se mélanger. Avec ‘Les Nouveaux Stades‘, on peut partager une expérience avec des personnes qui ne sont pas forcément comme nous, pour expérimenter de manière concrète notre citoyenneté dans un groupe diversifié. »

C’est tout l’objet de ce projet transdisciplinaire créé au cours de la résidence artistique, proposé par Orbe à la CCAS, laquelle fournit un lieu et des conditions d’expérimentation : il s’agit de favoriser la réappropriation de l’espace public par les habitants d’un quartier, notamment par les jeunes filles, en inventant de nouveaux rituels accessibles et inclusifs, inspirés de la danse hip-hop et des sports de balle.

« Ce projet a fait mûrir mes enfants »

Ludivine Martino et ses deux enfants Alessio, 11 ans, et Giulia, 8 ans, bénéficiaires originaires de Rhône-Alpes.

Ludivine Martino et ses enfants à l'atelier couture. Résidence artistique "Les Nouveaux Stades" (arts numériques, sport de rue et danse), proposé par le collectif Orbe à Savines-le-Lac du 14 au 21 août 2022.

Ludivine Martino et ses deux enfants. ©Élise Rebiffé/CCAS

« Je suis ici avec mon mari et mes deux enfants. On a pu participer aux ateliers danse, couture et foot. Un projet qui va de A à Z, aux côtés de danseurs, de stylistes, de développeurs et de game designers. Nos enfants ne touchent pas forcément à tous ces domaines-là. Que ça soit à l’école ou ailleurs. Il n’y a qu’ici qu’ils peuvent le faire. Et, pour le coup, ça les fait mûrir. Il y a un lien culturel et du partage, c’est en ça que c’est très plaisant. C’est génial de pouvoir être là. Le cadre est magnifique, le centre l’est tout autant. Tout cela grâce aux acquis sociaux qu’EDF a pu décrocher pendant des années. »

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?