Artistes en herbe : sur scène avec les Sahraouis

journal-ete-artiste-en-herbe

Chaque été, des enfants sahraouis sont accueillis dans les colos et les centre de vacances d’Arès, en Gironde Crédit : Yannick Blanchouin/ccas

Cet été, sept enfants sahraouis de 9 à 11 ans ont vécu la colo d’Andernos-les-Bains “Artiste en herbe” avec leurs copains français, grâce au partenariat de la CMCAS Gironde et de la plateforme pour la Solidarité avec le Peuple du Sahara Occidental.

Ce soir, c’est le grand soir : celui de la représentation du spectacle de la colo d’Andernos-les-Bains au centre de vacances d’Arès. Au programme, de la musique, du théâtre, de la danse, une pointe de clownerie et des sourires… ensemble avec les enfants sahraouis accueillis par la CMCAS Gironde. Après la journée d’échange sur la culture sahraouie avec les vacanciers organisée le 15 juillet, le centre de vacances d’Arès accueillait trente petits artistes en herbe pour leur spectacle de fin de colo.

Cela fait dix jours qu’ils se préparent, la pression est là mais la bonne humeur aussi. Fanny Galeteau, directrice de la colo, observe les derniers préparatifs. “L’idée c’est que les enfants aient la liberté de créer leur spectacle. Les intervenants ont apporté la matière : trois contes, des outils et eux s’en sont emparé”, explique la jeune femme.

Des enfants sahraouis sont accueillis en colo, puis dans le centre de vacances d'Arès © DR

Des enfants sahraouis sont accueillis en colo, puis dans le centre de vacances d’Arès Crédit : DR/ccas

“Nous avons essentiellement travaillé sur la corporalité pour que cela soit ludique pour les enfants” précise Alice, l’une des deux intervenants de la compagnie Gran’Gibus. La souris et le vent (conte Australien), Leuk le lièvre (conte Africain), Mademoiselle Scarabée (conte Français) revus et corrigés ! Les petits artistes n’aimaient pas la fin de l’histoire ? Alors, ils l’ont changée. Un personnage leur déplaisait ? Il a été remplacé.

Les nouvelles versions ont été embellies par les amis du peuple sahraoui. “Leur culture et leur langue ont été mises au service du spectacle à travers la danse et des chants. Mais pas seulement : il y a eu des échanges entre les enfants français et sahraouis tout au long du séjour, une vraie découverte de l’autre” poursuit Fanny.

A quelques minutes du début du spectacle, Alice prodigue les derniers conseils. Les éléments de décor sont plantés, tout le monde est à sa place, les familles du centre de vacances d’Arès remplissent doucement la salle. Haut les cœurs, c’est parti !

Images : Yannick Blanchouin/CCAS

lejournal-ete_02200x200Tous les articles du Journal de l’été

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?