CapÉchecs 2018 : les “jeunes pousses” poussent du bois

Pour leur 16e édition, les Rencontres nationales et internationales d’échecs du Cap d’Agde faisaient la part belle aux jeunes, en colo ou en vacances. ©Joseph Marando/CCAS

La 16e édition de CapÉchecs s’est achevée samedi dernier sur le centre de vacances du Cap d’Agde. Toujours aussi prisé par les passionnés d’échecs, de toutes nationalités, de tous âges et de tous niveaux, l’événement a surtout révélé l’exaltation croissante de la jeunesse pour le noble jeu.   

Malgré les écueils et les ajustements de dernière minute, la dynamique des échecs ne s’essouffle donc pas au Cap d’Agde ! À l’heure du bilan d’une 16e édition contrariée et modifiée, seules les statistiques et la satisfaction des participants importent finalement. Même orpheline d’un trophée Karpov, ajourné, avec près de 800 inscrits dans les différents opens, la grande compétition (et fête) automnale des 64 cases a su innover pour mieux rebondir. Et dans les allées du centre de vacances CCAS du Cap d’Agde, si le parfum solennel des rondes habituelles des cadors de la discipline s’était évaporé, un vent de fraîcheur a sillonné les salles, toujours aussi studieuses, à une exception près : un blitz d’Halloween “survolté”.

CapÉchecs est le seul rendez-vous d’échecs où amateurs et joueurs confirmés s’affrontent. ©Joseph Marando/CCAS

Preuve que ce contretemps, selon les aveux de la majorité des joueurs, n’a eu que très peu d’effets sur une manifestation singulière et non dévoyée de ses origines. Car au Cap, c’est le jeu, mêlé à l’insouciance et parfois à la douce folie, qui prime ! Dans cet antre de grands maîtres internationaux (GMI), de talents confirmés et de débutants, lieu de passage d’antan des plus grands joueurs actuels, il règne toujours une atmosphère particulière, donnant un millésime spécial aux différents crus. Et cette année, c’est bien la jeunesse (près de la moitié des participants avaient moins de 20 ans) qui a marqué de son empreinte l’un des plus grands tournois d’Europe.

À gauche, l’Iranienne Khademalsharieh Sarasadat, 21 ans et déjà Grande maîtresse Internationale (GMI 2431). À droite, Romain Édouard, grand maître international, qui s’est opposé à une douzaine de joueurs d’échecs en même temps. ©Joseph Marando/CCAS

Pépinière des futurs champions de demain, ou simples adeptes d’une discipline qui fédère, comme le prouve la soixantaine de jeunes en colo CCAS présents, tout porte à croire que cette jeunesse sera le pari de la longévité de CapÉchecs. À les voir impatients de se mesurer, dans la semaine, au GMI Christian Bauer, pour une partie à l’aveugle (et néanmoins véritable plaisir des yeux), nul doute qu’ils seront les piliers du renouveau, dans l’optique d’un Young masters célébrant les 25 ans de l’événement l’an prochain.

Dans une partie à l’aveugle, comme ici avec Christian Bauer, grand maître international, les joueurs annoncent les coups oralement et mémorisent l’enchaînement logique des déplacements des pièces. ©Joseph Marando/CCAS

Présents dans les tournois classiques, ce sont les jeunes qui ont, selon plusieurs témoignages “d’experts”, élevé le niveau de jeu dans les opens. Sans complexes pour défier les GMI et les maîtres internationaux dans les simultanées, ils ont cadencé l’événement, sans se soucier de l’horloge. Et ont quelque part, à l’heure de ranger les échiquiers, donné rendez-vous l’an prochain… pour de nouvelles rondes.


Site internet des Rencontres nationales et internationales d’échecs du Cap d’Agde :  www.capechecs.com

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

quatre × 4 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?