Clap de fin pour Jean-Daniel Simon

portrait de Jean-Daniel Simon

Le cinéaste Jean-Daniel Simon, décédé le 3 février 2021, ici au festival Visions sociales 2018. ©Joseph Marando/CCAS

Il était de chaque édition du festival de cinéma Visions sociales, dont il avait été l’un des instigateurs. Avec la disparition du réalisateur Jean-Daniel Simon ce 3 février, le cinéma indépendant perd l’un de ses plus ardents défenseurs.

Né en 1942 à Salon-de-Provence, Jean-Daniel Simon était à la fois cinéaste, acteur, scénariste, cofondateur de la Société des réalisateurs de films (SRF) et de la Quinzaine des réalisateurs. Il s’est éteint ce 3 février à Paris, des suites d’une longue maladie.

Réalisateur pour la télévision et le cinéma

Jean-Daniel Simon débute comme assistant réalisateur à 17 ans. Il travaille pour de grands cinéastes, entre autres : Maurice Pialat, Marc Allegret, Roger Vadim, Claude Lelouch, François Reichenbach…

À l’ORTF, il réalise les émissions de Frédéric Rossif (“Cinéma”), Pierre Lazareff, Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet et Igor Barrère (“Cinq colonnes à la une”), Daniel Karlin (“L’âge de…”), Daisy de Galard (“Dim dam dom”).

À 20 ans, il réalise ses premiers courts-métrages. À 24 ans, il réalise son premier long-métrage, “La Fille d’en face”. Il est alors le plus jeune metteur en scène de France. Il réalise ensuite plusieurs longs-métrages, dont “Adélaïde” (1968), “Il pleut toujours où c’est mouillé” (1975), “Angela Davis, l’enchaînement” (1978), “Image interdite” (1984)…

La création de la Société des réalisateurs de films

Après les événements de 1968, se crée la Société des réalisateurs de films. Jean-Daniel Simon en devient secrétaire général adjoint, avec Pierre-Henri Deleau. Il œuvre à la création de la Quinzaine des réalisateurs, au festival de Cannes. De 1975 à 1977, il devient président de la SRF, puis vice-président pendant 8 ans.

Cinéaste et militant de la culture

Infatigable défenseur du cinéma d’auteur indépendant, Jean-Daniel Simon a milité tout au long de sa vie au sein du mouvement ouvrier. Auprès de la CGT, du Parti communiste français, et des Activités sociales de l’énergie, avec lesquelles il a collaboré pour créer de grands événements artistiques et culturels durant le Festival de Cannes : “Solidaires, d’une rive à l’autre” (1998), hommage au cinéma et à la culture algérienne, “Black Noir Negra” (1999), hommage à la culture et au cinéma africain, “Universelle” (2000), hommage aux femmes cinéastes.

Entretien au festival Visions sociales pour les 50 ans de Mai 68

Jean-Daniel Simon vivait depuis une dizaine d’années au Sénégal, pays qu’il avait découvert dans les années 1970 avec son ami cinéaste Mahama Traoré. Fidèle à son engagement politique, il avait même tenu le rôle d’un capitaine français dans le film “Camp de Thiaroye” de Ousmane Sembene.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?