Clap de fin pour Jean-Daniel Simon

portrait de Jean-Daniel Simon

Le cinéaste Jean-Daniel Simon, décédé le 3 février 2021, ici au festival Visions sociales 2018. ©Joseph Marando/CCAS

Il était de chaque édition du festival de cinéma Visions sociales, dont il avait été l’un des instigateurs. Avec la disparition du réalisateur Jean-Daniel Simon ce 3 février, le cinéma indépendant perd l’un de ses plus ardents défenseurs.

Né en 1942 à Salon-de-Provence, Jean-Daniel Simon était à la fois cinéaste, acteur, scénariste, cofondateur de la Société des réalisateurs de films (SRF) et de la Quinzaine des réalisateurs. Il s’est éteint ce 3 février à Paris, des suites d’une longue maladie.

Réalisateur pour la télévision et le cinéma

Jean-Daniel Simon débute comme assistant réalisateur à 17 ans. Il travaille pour de grands cinéastes, entre autres : Maurice Pialat, Marc Allegret, Roger Vadim, Claude Lelouch, François Reichenbach…

À l’ORTF, il réalise les émissions de Frédéric Rossif (« Cinéma »), Pierre Lazareff, Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet et Igor Barrère (« Cinq colonnes à la une »), Daniel Karlin (« L’âge de… »), Daisy de Galard (« Dim dam dom »).

À 20 ans, il réalise ses premiers courts-métrages. À 24 ans, il réalise son premier long-métrage, « La Fille d’en face ». Il est alors le plus jeune metteur en scène de France. Il réalise ensuite plusieurs longs-métrages, dont « Adélaïde » (1968), « Il pleut toujours où c’est mouillé » (1975), « Angela Davis, l’enchaînement » (1978), « Image interdite » (1984)…

La création de la Société des réalisateurs de films

Après les événements de 1968, se crée la Société des réalisateurs de films. Jean-Daniel Simon en devient secrétaire général adjoint, avec Pierre-Henri Deleau. Il œuvre à la création de la Quinzaine des réalisateurs, au festival de Cannes. De 1975 à 1977, il devient président de la SRF, puis vice-président pendant 8 ans.

Cinéaste et militant de la culture

Infatigable défenseur du cinéma d’auteur indépendant, Jean-Daniel Simon a milité tout au long de sa vie au sein du mouvement ouvrier. Auprès de la CGT, du Parti communiste français, et des Activités sociales de l’énergie, avec lesquelles il a collaboré pour créer de grands événements artistiques et culturels durant le Festival de Cannes : « Solidaires, d’une rive à l’autre » (1998), hommage au cinéma et à la culture algérienne, « Black Noir Negra » (1999), hommage à la culture et au cinéma africain, « Universelle » (2000), hommage aux femmes cinéastes.

Entretien au festival Visions sociales pour les 50 ans de Mai 68

Jean-Daniel Simon vivait depuis une dizaine d’années au Sénégal, pays qu’il avait découvert dans les années 1970 avec son ami cinéaste Mahama Traoré. Fidèle à son engagement politique, il avait même tenu le rôle d’un capitaine français dans le film « Camp de Thiaroye » de Ousmane Sembene.

Tags:
0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?