Droits des femmes : le 8 mars n’est que le début

Du 8 mars au 17 octobre, la Marche mondiale des femmes, partenaire de la CCAS, coordonne des actions féministes partout dans le monde. ©Shutterstock

En raison du confinement consécutif à l’épidémie de coronavirus, toutes les activités vacances, culturelles, sportives et de loisirs, locales et nationales, prévues jusqu’à la fin du mois de juin, sont annulées ou reportées. Plus d’infos dans le courrier adressé par Nicolas Cano, président de la CCAS, à l’ensemble des agents et de leur famille et sur interieur.gouv.fr

Première journée de visibilité des luttes féministes, le 8 mars et ses grandes manifestations, violemment réprimées en France comme au Kirghizstan, ne sont que le début d’une large mobilisation populaire qui court jusqu’au 17 octobre. Aperçu de la 5e action internationale de la Marche mondiale des femmes, partenaire de la CCAS, à laquelle les Activités sociales s’associent sous diverses formes.

En 2000, entre le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, et le 17 octobre, Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, plus de 6 000 organisations non gouvernementales réparties dans 161 pays se mettaient en marche dans leurs villages et villes. Ainsi naissait la Marche mondiale des femmes, mouvement de solidarité féministe international associant, tous les cinq ans, les organisations féministes du monde entier.

Vingt ans après cette première action internationale, la lutte pour un monde égalitaire, juste, solidaire, libre et en paix est plus vive que jamais, et l’urgence des revendications de la MMF ne se dément pas. Du 8 mars au 17 octobre, les femmes et leurs allié·es unissent leurs voix et prennent la rue, contre les violences sexuelles, policières et militaires, le harcèlement des migrant·es, des minorités sexuelles et des autochtones, contre les inégalités économiques et l’exploitation capitaliste, les entraves à l’IVG et la régression des droits sociaux.

Appel de la Marche mondiale des femmes pour la 5e action internationale :

Pour la construction d’une vie sans violences,
Pour contrer le néolibéralisme, le conservatisme et la montée des extrêmes droites,
Pour l’autonomie économique des femmes,
Pour la défense des biens communs et des territoires,
Pour une culture de paix et de luttes contre le militarisme.
Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !


Mars : 20 ans de solidarité féministe en images

Marches de New Delhi (Inde), le 20 mars 2003 et de Lima (Pérou), le 7 juillet 2006. ©Joane Mc Dermott/Marche mondiale des femmes

Recueil de photographies co-financé par la CCAS, édité par Marie-France Benoit, membre de la MMF Québec, en tournée cet été dans les villages vacances

Partie prenante dès les origines, Marie-France Benoit, membre du comité de coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes, collabore avec la photographe Joane Mc Dermott pour rendre hommage aux femmes en résistance, avec le soutien de la CCAS et de la Confédération des syndicats nationaux du Québec.


Lire notre entretien avec Marie-France Benoit :
“Les femmes sur cette planète sont en colère, et elles résistent”


De la marche québécoise “Du pain et des roses” de 1995 contre la pauvreté à l’adoption d’une plateforme internationale de revendications et à l’adoption de Charte mondiale des femmes pour l’humanité en 2004, le livre raconte en images les grandes étapes de ce mouvement inédit dans l’histoire féministe.

> Publié le 8 mars, le livre sera disponible sur bon de commande (25 euros + frais d’envoi) prochainement. Cet été, vous pourrez rencontrer Marie-France Benoit dans les villages vacances de la CCAS (dates et lieux à venir).


Avril : 24h d’actions féministes contre les multinationales

Le 24 avril 2013, la presse internationale relatait, choquée, la mort de 1135 ouvrières et ouvriers bangladais dans l’effondrement d’un bâtiment insalubre où étaient fabriqués des vêtements à destination des marques occidentales, dont Mango et Benetton, mais aussi Carrefour, Auchan et Camaïeu pour la France. La grande majorité des victimes étaient des jeunes femmes qui travaillaient dans des conditions proches de l’esclavage.

Catastrophe les plus meurtrières de l’histoire du travail, devenu symbole d’une industrie mondialisée qui exploite, détruit et tue, l’effondrement du Rana plaza est commémoré par la Marche mondiale des femmes pour dénoncer les bas salaires, les conditions de travail indécentes et la répression syndicale, et au-delà l’impunité des multinationales et des transnationales à dévaster les vies précaires et l’environnement.


Juin : un forum féministe sur les stratégies de résistance

Du 12 au 14 juin, au Parc de sports du Bazacle, 1 impasse du Ramier des Catalans à Toulouse.

Dans le cadre de son partenariat avec la MMF Midi-Pyrénées, la CMCAS Toulouse accueille du 12 au 14 juin un forum consacré aux initiatives positives de femmes relatives à l’éco-féminisme, aux violences, au droit à disposer de son corps, à l’autonomie financière… Plus de 400 inscrit.es sont attendu.es.

Depuis plusieurs années, à l’initiative du groupe de travail égalité femmes-hommes de la CMCAS, les élu·es de Toulouse et les militantes de la MMF Midi-Pyrénées sensibilisent les agents et leur famille aux violences faites aux femmes et aux stéréotypes de genre, à l’occasion du 8 mars mais aussi en période estivale dans les villages vacances et les colos de la région.

> Renseignements auprès de la CMCAS Toulouse (site internet : toulouse.cmcas.com)


Octobre : un séjour solidaire au Québec

Du 10 au 19 octobre (22 places)

Dans le cadre de son partenariat avec la MMF, la CCAS organise un séjour solidaire avec l’association Sans frontières. Le 17 octobre, Journée internationale de lutte contre la pauvreté, les bénéficiaires participeront à la marche québécoise de Terrebonne aux côtés des 15 000 militant·es attendu·es, contre la pauvreté et la violence, pour la justice climatique, la défense des personnes migrantes, autochtones et racisées.

Au cours du séjour, les voyageur·euses pourront notamment rencontrer la présidente des Femmes autochtones du Québec (FAQ). Créée en 1968 par Mary Two-Axe Early, de la Nation Mohawk (l’une des dix premières nations représentées dans l’association), la FAQ propose des programmes en appui aux efforts des femmes autochtones dans l’amélioration de leurs conditions de vie par la promotion de la non-violence, de la justice, de l’égalité des droits et de la santé.

Particulièrement vulnérable sur les plans sociaux, économiques et institutionnels, la communauté autochtone est la cible de violences sexuelles, de meurtres et de disparitions touchant les femmes, les filles et les minorités sexuelles, souvent peu suivis d’enquêtes ou de condamnations, dans ce que le rapport d’une enquête nationale sur le sujet publié en 2019 appelle sans détour un génocide. Les disparues et assassinées sont commémorées tous les 4 octobre.

La Marche mondiale des femmes 2020 clôturera ses actions 2020 sous le signe de la lutte pour un monde sans frontières : le 17 octobre, les féministes européennes se rejoindront à Vintimille, en Italie, haut lieu de maltraitance des migrant·es, tandis que les féministes du monde entier se rejoindront en Amérique centrale, à la frontière entre le Guatemala, le Honduras et le Salvador, une des zones (hors guerre) les plus dangereuses au monde avec un taux de morts violentes extrêmement élevé.

> Plus d’infos à venir sur le séjour solidaire sur ccas.fr et sur notre site internet.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

16 − 16 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?