Emmanuelle Assmann : “Gagnons Rio !”

Emmanuelle Assmann, présidente du Comité Paralympique Sportif Français ©ccas

Emmanuelle Assmann, présidente du Comité Paralympique Sportif Français ©D.Echelard-FFH

Du 7 au 18 septembre se dérouleront les XVes Jeux paralympiques de Rio. Emmanuelle Assmann*, présidente du Comité paralympique et sportif français, salariée EDF, fait le point sur les chances et les ambitions de l’équipe de France.

126 athlètes sélectionnés, engagés dans 17 disciplines sur 23, c’est une équipe resserrée par rapport à Londres ?
Oui, et mécaniquement un potentiel de médailles important ! On veut se rapprocher du top 10 des nations (16e à Londres). Aussi, on a essayé de mettre nos sportifs dans les meilleures dispositions pour “performer”.

Des jeux qui vont se dérouler dans des conditions particulières à tous les niveaux ?
Ce sont les premiers Jeux paralympiques en Amérique du Sud, dans un contexte économique et politique difficile… pour le Brésil. Pour la première fois, il y aura cent heures de direct sur France Télévisions, ce qui démontre aussi le développement du mouvement paralympique. Avec 20 pays supplémentaires par rapport à 2004, de fait, les médailles seront plus difficiles à aller chercher.

C’est un impératif pour continuer à exister ?
Non, le haut niveau reste le haut niveau et la pratique perdurera quoi qu’il arrive. Rappelons qu’un peu moins de 20 % de nos licenciés pratiquent la compétition. Cela dit, une équipe de France performante suscite automatiquement de l’engouement chez les jeunes. Les exploits des champions peuvent faire naître des vocations. La pratique d’un sport quand on est en situation de handicap aide à mieux appréhender ses capacités et à garder une certaine autonomie. Ce qui est mon cas.

A titre personnel, comment abordez-vous l’aventure brésilienne ?
Je suis fière de pouvoir continuer à apporter ma pierre à l’édifice pour aider à la croissance du mouvement paralympique. Après, je suis presque plus angoissée que lorsque j’étais sportive. Tous nos athlètes méritent de monter sur le podium… mais le sport de haut niveau a parfois ce côté injuste, où pour un centième de seconde on passe à côté de la reconnaissance et de la valorisation de quatre années d’entraînement intensif et de sacrifices. Au niveau des émotions, au cours d’un tel événement, elles sont toujours multipliées par quinze ! Dans la joie comme la tristesse.

D’où l’importance d’un soutien de masse et d’une équipe soudée ?
Je reviens de Rio – j’y étais le 16 août – où j’ai passé quatre jours pour supporter l’équipe de France mais aussi porter la candidature Paris 2024. Au village sportif nous serons dans le même bâtiment que l’équipe de France olympique, nous avons eu tout au long de la préparation des échanges avec le Conseil national olympique du sport français, CNOSF. Notre porte-drapeau, Michaël Jérémiasz a rencontré Teddy Riner… Car même si ce sont deux événements différents, nous restons en lien étroit. Et on les a supporté comme ils nous supporteront. C’est la grande famille du sport français. Nous comptons sur aussi sur tous les français pour nous encouragez devant France TV ou via les réseaux sociaux. #MissaoRio  #BleuParalympique

* Médaillée de bronze à l’épée par équipes (escrime) aux Jeux paralympiques d’Athènes en 2004.

Toutes les infos sur le site de l’opération Gagnons Rio !
➤ Retrouvez le teaser de l’opération ici.

Infos pratiques : Pour accéder à la billetterie, rendez-vous sur le site ‘ccas.fr‘, identifiez-vous à l’aide de votre NIA et de votre mot de passe, puis cliquez sur l’espace Culture et Loisirs, ou suivez ce lien. Espace CUL
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

un × 3 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?