Féminisation des IEG : encore un effort (infographies)

En salle de commandes du CNPE de Saint Alban. ©EDF – Denis Allard

En 2019, le taux de féminisation des Industries électriques et gazières (IEG) n’était que de 26 %. Même si, en quinze ans, ce taux a augmenté de 5 points, la filière purement technique ne compte encore que 14 % de femmes. Comme dans toutes les filières intégrant une dimension technique, la parité tarde à s’affirmer.

En juillet dernier, l’accord de la branche des IEG relatif à l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes (2019-2023) réaffirmait “l’enjeu de mixité des métiers et des emplois comme un axe important de son action pour les prochaines années”. Pour les entreprises comme pour les partenaires sociaux signataires, le développement de la mixité des emplois reste une condition nécessaire pour faire progresser l’égalité professionnelle.

Et plus précisément, “la féminisation des métiers techniques est un des accélérateurs des dynamiques d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes”. À l’horizon 2025, a minima 1 emploi sur 5 dans la filière technique devra être occupé par une femme.

Pour ne pas risquer de voir s’effriter un “vivier de talents féminins” au motif d’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, l’accord pointe “l’importance de mettre en place des cursus d’intégration et d’accompagnement de ces salariées, de créer des collectifs de travail, des temps dédiés à la réconciliation des besoins des organisations et des attentes individuelles des salariées”.

Il renforce aussi “la lutte contre les stéréotypes de genre et le sexisme dit ordinaire, étapes décisives dans la réduction des sources d’inégalités”. La tolérance zéro à l’égard des violences sexistes et sexuelles fait partie des objectifs que la branche s’est fixés.

Un partenariat de recherche est en cours avec l’Institut des politiques publiques (IPP) et l’Institut national d’études démographiques (Ined) pour proposer annuellement des “analyses neutres et indépendantes” des écarts salariaux femmes-hommes.

La mixité en chiffres

C’est dans la tranche d’âge 30-49 ans que la mixité est la plus importante. Une mixité toute relative, puisque le ratio est d’une salariée pour deux salariés.

Répartition des effectifs statutaires femmes / hommes par tranches d’âge

©Agence Faubourg

Répartition des effectifs statutaires femmes / hommes par collège

©Agence Faubourg

Données issues des enquêtes de branches “données sociales” et “égalités professionnelles” au 31/12/2017. Source : Secrétairait général des IEG des IEG, 2017.

1 Commentaire
  1. Marie Pelatan 7 mois Il y a

    Bonjour,
    Je fais partie de ces rares femmes dans le technique et j’en suis fière. C’était un choix de ma part et je ne regrette absolument pas.
    Apres un bts cira en alternance chez Elengy Montoir, j’ai intégré la maintenance chez Elengy Tonkin pendant 6 ans et me v’la depuis bientôt 4 ans à ETF (engie thermique France), opérateur en salle de commande.
    J’aime ce que je fais, j’aime cet univers, j’aime les IEG et je les défends tous les jours (oui, je suis aussi déléguée syndicale conventionnelle, membre du CSE, membre de la csp, référente sexisme et ex-DP et ex-RSCE).
    Bref, en espérant voir un jour un peu plus de femmes dans nos ieg 😉

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

quatre + 6 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?