La CCAS partenaire du musée de l’Histoire vivante de Montreuil

Aubervilliers, 1936 : 10e jour de grève aux Établissements Franck (spécialiste de l’emballage métallique). © Coll. RADAR / Musée de l’histoire vivante de Montreuil

Christian Borne, animateur du Comité d’histoire de la CCAS, revient sur la richesse du partenariat signé en décembre dernier avec le musée de l’Histoire vivante de Montreuil (Seine-Saint-Denis), mémoire vive des mouvements sociaux et du monde ouvrier. L’entrée est gratuite pour les agents et leur famille.

Quelles sont les motivations de ce partenariat avec le musée de l’Histoire vivante de Montreuil ?

Depuis le milieu des années 1990, des liens de coopération existent entre le musée de l’Histoire vivante et la CCAS. Plus récemment, en 2012, le musée a participé, par l’intermédiaire de son directeur scientifique, à l’Act’Éthique “Histoire des Activités Sociales” [cycle de débats organisé pendant les vacances d’été et d’hiver dans les villages vacances, ndlr].

Puis en 2016, l’exposition réalisée par le musée dans le cadre de l’anniversaire du Front populaire a été présentée dans plusieurs centres de vacances de la CCAS. C’est une bonne idée de pérenniser et d’officialiser ces relations que nous avions déjà établies. Pour nous, ce rapprochement représente un véritable atout.

Qu’entend-on par histoire vivante ?

Ce que l’on appelle l’histoire vivante, c’est l’histoire des mouvements sociaux et du monde ouvrier. Ce n’est en tout cas pas l’histoire des grandes dates et des couronnements des rois et des reines. S’intéresser par exemple au monde de la sidérurgie ou de la vie agricole du début du siècle dernier, c’est trouver des clés de compréhension de ce qui se passe actuellement.

Actuellement, c’est le seul musée en France qui traite de cette histoire-là, plus proche de la vie quotidienne. Le musée a été fondé par Daniel Renoult et Jacques Duclos pour célébrer “l’action des masses populaires” dans la France contemporaine. L’inauguration officielle a eu lieu symboliquement pendant l’été 1939 pour le 150e anniversaire de la Révolution de 1789.

Aujourd’hui, les collections iconographiques du musée, extrêmement riches, et ses activités de recherche en font aussi un lieu ressource pour les scolaires à travers de multiples activités pédagogiques. Ces activités sont bien sûr ouvertes à d’autres publics, comme les centres de formation – les formations de l’Institut de formation, de recherche et de promotion des Activités Sociales, l’Iforep, comportent parfois des visites du musée de Montreuil –, les réseaux d’éducation populaire, les centres de loisirs, les groupes associatifs, et bien sûr à tous les particuliers désireux de découvrir et comprendre cette histoire vivante.

Exposition “1936 : nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire” du musée de l’histoire vivante de Montreuil. ©Julien Millet/CCAS

Les fonds iconographiques concernent-ils l’histoire des Industries électriques et gazières ?

Très peu en réalité, puisque ces archives sont plutôt détenues par l’Institut d’histoire sociale mines-énergie (IHSME). Il y a toutefois quelques photos de la construction de barrages ou de la mise en place des premières centrales nucléaires qui sont assez intéressantes.

Concrètement, en quoi consiste ce partenariat ?

Tout d’abord, il nous semble intéressant de rendre accessible le musée à ceux qui ne le connaîtraient pas encore. L’entrée est gratuite pour tous les bénéficiaires et leur famille. Dans un second temps, le musée s’engage désormais à nous prêter des expositions : elles pourront être installées dans nos centres de vacances, dans les CMCAS, etc. Ces expositions portent aujourd’hui principalement sur le monde du travail, mais nous réfléchissons actuellement à élargir les thèmes traités.

Du côté de l’institution, le Comité d’histoire des Activités Sociales des Industries électriques et gazières souhaite développer son travail sur l’évolution des centres de vacances et mener une réflexion conjointe sur le tourisme social. On peut tout à fait imaginer travailler ensemble de manière très fructueuse autour de ce type de projet.


Infos pratiques

Musée de l’Histoire vivante de Montreuil (Seine-Saint-Denis)
Entrée gratuite pour les agents et leur famille

Le pavillon qui abrite le musée date du XIXe et se situe dans le parc Montreau, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). ©Musée de l’Histoire Vivante

S’y rendre
31, bd Théophile-Sueur, 93100 Montreuil
Tél. : 01 48 54 32 44 / 01 48 54 36 08
Site Internet : museehistoirevivante.fr

Ouvert les mercredi, jeudi, vendredi de 14 à 17 heures.
Les samedi et dimanche de 14 heures à 17 h 30.

Fermeture annuelle en août.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

11 + un =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?