Prix CCAS du festival Momix : quand les mômes s’en mêlent

Le prix CCAS du festival Momix a été attribué par un jury de bénéficiaires de la CMCAS Mulhouse au spectacle “La Belle au bois dormant” réalisé par le collectif Ubique. ©Charles Crié/CCAS

Être membre d’un jury est une affaire sérieuse. Surtout lorsqu’il s’agit de remettre un prix CCAS au meilleur spectacle d’un festival. C’est pour cela que la remise du prix familles du festival de théâtre jeune public Momix est confiée… à des enfants, ainsi qu’à leurs parents. Reportage à Kingersheim (Alsace), le 9 février dernier.

“On va manger de la soupe aux cailloux au petit déjeuner !” La brunette qui vient de faire cette annonce iconoclaste affiche la mine résolue des supporteurs s’apprêtant à envahir leur stade de football favori. Dans le hall du Hangar, lieu de spectacles du festival Momix à Kingersheim, une foule bigarrée et joyeuse se presse à l’entrée de la salle dans un brouhaha indescriptible. Le spectacle est archi-complet, paraît-il.

Dans le public se sont glissés des spectateurs un peu particuliers : les quinze membres du jury familles chargés d’attribuer le prix CCAS au spectacle de leur choix, au terme d’un marathon de dix jours de festival. Le jury s’apprête à assister au dernier des cinq spectacles en compétition pour le prix : “la Soupe au(x) caillou(x)” des compagnies belge Pan! et suisse Rupille7.

Spectacle “La belle au bois dormant” par le Collectif Ubique, prix CCAS du meilleur spectacle du festival Momix 2020, jury familles composé d’adultes et enfants. ©Nikola Cindric/Le Collectif Ubique

A gauche : Dimanche 9/02 à 11 h, spectacle “La Soupe au(x) Caillou(x)” par Pan, une compagnie belge. A droite :  la Compagnie, distribue une tasse de soupe à l’ issue de la représentation.

De spectateurs à programmateurs

Voilà bientôt dix ans que la CCAS, la CMCAS Mulhouse et le festival de théâtre jeune public Momix, sous la houlette de Philippe Schlienger, font fructifier ce partenariat toujours plus riche d’expériences communes. Au départ, il s’agissait pour les différents protagonistes d’attirer de nouveaux spectateurs, jeunes et moins jeunes, en offrant deux spectacles gratuits aux enfants et un tarif réduit à leurs parents. Mais il y a trois ans, ce partenariat a pris un sens nouveau. Frédéric Guth, président de la CMCAS de Mulhouse, souhaitait faire jouer un rôle plus important que celui de simples spectateurs aux adhérents de la CMCAS. Au festival Momix, les familles du jury récompensent un spectacle qui sera programmé dans les centres de vacances CCAS, les fameuses rencontres culturelles.

Délibération du jury pour le prix des familles composé de bénéficiaires (enfants et parents) de la CMCAS Mulhouse. ©Charles Crié/CCAS

“Nous nous demandions comment aller plus loin et les choses se sont faites assez naturellement, explique-t-il, toujours avec la volonté de promouvoir l’accès à la culture dès le plus jeune âge. J’ai eu un rôle d’impulsion au sein de la CMCAS, surtout concernant la constitution du jury. Il fallait trouver des familles suffisamment motivées et assidues. C’est prenant de s’investir dix jours durant pour voir cinq spectacles et ensuite d’être présents le jour de la délibération.”

Jury, mode d’emploi

Sophie Chapdelaine, responsable de la coordination et de l’accueil des compagnies pour le festival, et Marion Rousseau, programmatrice théâtre pour la CCAS, sélectionnent les cinq spectacles à départager plusieurs mois en amont. Puis, un appel à candidatures est lancé auprès des adhérents de la CMCAS, afin de pouvoir composer un jury d’une quinzaine de membres, constitué d’enfants et de leurs parents. Pour cette 29e édition du festival, cette annonce a été faite lors de la fête de Noël de la CMCAS, qui avait offert un stand au festival. “Il est important que le jury soit bien constitué d’enfants et de leurs parents, qui ne sont pas de simples accompagnateurs, déclare Sophie Chapdelaine. C’est un jury familles, dans lequel toutes les voix comptent à égalité, chacun doit trouver son compte dans le spectacle qui sera sélectionné.”

Délibération du jury pour le prix des familles composé de bénéficiaires (enfants et parents) de la CMCAS Mulhouse. ©Charles Crié/CCAS

Une fois le jury constitué, ses membres sont accueillis au Centre de rencontre, d’échange et d’animation (Créa) – la structure culturelle qui chapeaute le festival –, reçoivent un badge “jury CCAS” et un dossier décrivant chacun des spectacles, identique à celui qui est distribué aux professionnels.

Sophie leur expose les règles du jeu. L’enjeu n’est pas une petite affaire : le prix qui sera attribué est une tournée de huit dates dans les villages vacances CCAS au cours des étés 2021 et 2022. Le dispositif scénique du spectacle sélectionné doit donc être relativement léger, afin de pouvoir être monté et démonté facilement, et s’adapter aux configurations des différents villages CCAS. Cette année, cinq spectacles sont en lice : “Papic” (Compagnie Drolatic Industry), “la Belle au bois dormant” (collectif Ubique), “Marre Mots” (compagnie Marre Mots), “Journal secret du Petit Poucet” (les Ateliers du Capricorne), et “la Soupe au(x) caillou(x)”. Délibération et remise du prix ont lieu le jour de la clôture du festival.

L’apprentissage de la démocratie

Les organisateurs du festival ont soigné leurs petits jurés. Un goûter pantagruélique est prévu pour leur séance de travail. Dans ce petit restaurant bio au décor tout en boiseries, situé non loin des locaux du Créa, les attendent des crêpes toutes chaudes, une montagne de pâtisseries et du jus de fruit à volonté. La petite troupe s’installe en s’esclaffant autour d’une grande table préparée pour l’occasion.

Marion Rousseau préside les débats, tandis que Sophie Chapdelaine rappelle quelques règles : “Vous devez réfléchir comme des programmateurs, et choisir un spectacle qui pourra plaire à tous les enfants des colos. L’autre critère de choix réside dans la légèreté du dispositif technique.” “Le spectacle tournera-t-il également dans les centres adultes ?” interroge Fleur, 11 ans. “Très bonne question, répond Marion Rousseau. Oui, tout à fait. Il doit donc plaire à un public large, au-delà de la tranche d’âge à laquelle il est destiné.”

Délibération du jury pour le prix des familles composé de bénéficiaires (enfants et parents) de la CMCAS Mulhouse. ©Charles Crié/CCAS

Le débat s’engage, un peu timidement. Le choix s’avère plus difficile que prévu. “Le spectacle peut-il obtenir plusieurs prix ?” demande Christian Fischer, retraité des IEG et beau-père de la petite Anaïs [Trois autres prix sont décernés à la fin du festival : le prix professionnel Momix, coup de cœur des programmateurs, le prix Résonances décerné par cinq directeurs de salles partenaires du festival, et le prix junior, attribué par les adolescents issus des ateliers théâtre du Créa, ndlr]. “Bien sûr, ce n’est pas gênant. Au contraire, cela légitimera encore davantage votre choix, déclare Sophie.” Deux spectacles semblent tenir la corde : “la Soupe aux cailloux” et “la Belle au bois dormant”.

Maelys, jolie blondinette aux grands yeux rêveurs, ose une remarque fort à propos : “Il ne faut pas que le spectacle soit trop long, parce que les enfants ont aussi envie de faire d’autres choses en colo !” Hochements de tête vigoureux autour de la table. Finalement, c’est “la Belle au bois dormant” qui remporte les suffrages par 10 voix contre 3 et une abstention.

“C’est un moment vraiment important, confie Laure Guth, cadre dans le secteur de la santé et maman de Cécilia, 12 ans. Il permet de construire une autre connivence avec les enfants, et de confronter notre vision avec la leur. Nous, adultes, intellectualisons beaucoup par rapport à notre vécu, tandis que les enfants sont davantage dans le ressenti immédiat.”

(A gauche) Membre du jury, Louise est sans aucuns doute la plus jeune des jurés. A droite : Remise du prix des familles par Frédéric Guth président de la CMCAS Mulhouse en présence de Philippe Schlienger, directeur du festival et du jury composé d’ enfants et parents bénéficiaires de la CMCAS Mulhouse.

Caroline Braun, qui participe pour la première fois au jury avec ses deux filles, Louise et Anna, admet que les parents ressentent sans doute davantage la pression de l’enjeu : “Il s’agit tout de même de fournir du travail à des artistes durant deux mois, ce n’est pas rien.” Roméo et Fleur, frère et sœur, sont déjà de vieux routards du festival Momix : “Avec l’école, on va voir les films en allemand du festival Augenblick, explique le jeune garçon de 9 ans. Mais là, en tant que jurés, on peut donner son avis et développer son esprit critique.” Une autre manière de “former les citoyens de demain”, selon la formule de Frédéric Guth.

Chacun rentrera chez lui des souvenirs plein la tête, et la fierté d’avoir participé à une belle aventure. Les compagnies Pan! et Rupille7 ne repartiront pas non plus bredouilles : leur seconde place leur permettra de venir jouer “la Soupe au(x) caillou(x)” lors de la prochaine fête de Noël de la CMCAS Mulhouse.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

5 × trois =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?