Quel avenir pour le tourisme en montagne ?

Colloque à l'institution CCAS de Morillon: "Le tourisme en pays

Intervenants du colloque « le tourisme en pays de montagne », Morillon le 10 décembre 2015 © Eric Raz/CCAS

Le 10 décembre 2015, sur l’institution CCAS de Morillon (Haute-Savoie), s’est tenu un colloque sur le thème « le tourisme en pays de montagne, notre place, notre action ». Autour d’une table ronde, les différents intervenants* se sont accordés sur la nécessité de se renouveler dans la pratique et dans l’offre face à des changements conjoncturels. Qu’ils soient liés au climat, à l’économie ou encore aux activités humaines.

« Il faut absolument introduire la notion de tourisme éducatif dans vos prérogatives ! » En guise de conclusion d’un brillant exposé, et en prélude au colloque, Franck Giazzi, géographe, maitre de conférence à l’université de Grenoble, jette les dés sur la table… ronde. Chiffres, graphiques et statistiques à l’appui, l’élu à la municipalité de Megève a livré, durant une heure, devant une assistance studieuse, un constat austère, sans pour autant verser dans le pessimisme…

Certes, sous les effets de l’activité humaine… en cinquante ans, le « visage » de la montagne a mué et la ruée exponentielle vers l’or blanc, corollaire d’une ardeur immobilière incessante, subit aujourd’hui le revers de la médaille. Selon le géographe, « ne pas reproduire les mêmes erreurs devient une nécessité et un défi à relever. Et c’est, entre autre, par le biais d’une bonne étude du paysage, qui permet de mieux comprendre les enjeux d’un territoire, que se dessine l’avenir. »
Car face à cette réalité : « Lits froids » (inoccupés) pendant des mois dans les stations, exode des autochtones étranglés par les loyers exorbitants, la montagne, aussi solennelle soit-elle, s’est « rendue » pernicieusement vulnérable. Face à un tourisme sur mesure pour une clientèle aux moyens financiers démesurés, trouver les procédés pour enrayer cette mécanique frénétique devient donc impérieux.

Alain DENERIAZ, Maire de Morillon © Eric Raze/CCAS

Alain Deneriaz, Maire de Morillon © Eric Raz/CCAS

« Le tourisme d’hiver, il ne faut pas le nier, nous a beaucoup apporté mais a aussi considérablement modifié notre cadre de vie. Il a engendré des “usines à ski”, et a fait péricliter l’activité agricole ancestrale et bien d’autres choses, car l’argent a pris le pas sur le reste. Aujourd’hui, faute de moyens humains, on ferme des classes ou des écoles, et on a du mal à trouver des médecins quand nos services publics disparaissent progressivement », déplore Alain Dénériaz, maire de Morillon et père d’Antoine Dénériaz, champion olympique de descente.

Incriminée alors qu’elle est un moteur essentiel à l’économie locale, l’activité touristique, originellement basée sur la découverte, l’échange et le respect, devient étrangement paradoxale. Décisions politiques douteuses, mégalomanie personnelle, clientèle de plus en plus exigeante, etc. « on est passé à une activité à la carte » souligne Pascal Duverney, directeur de l’École du ski français (ESF) à Morillon : « Il faut aller toujours plus vite. Le public a changé tout comme leurs aspirations en terme de séjour », le besoin de révolutionner l’offre est tangible.

Michel Rimboud, Président de la CMCAS Pays de Savoie © Eric Raz/CCAS

Michel Rimboud, Président de la CMCAS Pays de Savoie © Eric Raz/CCAS

Selon Michel Rimboud, président de la CMCAS Pays de Savoie, sans être en opposition stérile avec le tourisme marchand « puisque nous travaillons avec, il faut repenser l’image que nous devons donner de notre région. Pour cela, il faut consolider nos relations et s’accorder à collaborer tous ensemble et créer des passerelles, comme nous le faisons ici à Morillon où nous échangeons tout au long de l’année avec l’ouverture au public pour nos tournées culturelles, nos fêtes de CMCAS, etc. Quant à la remise en cause des services publics dans les zones rurales, nous la combattons tout naturellement. »

Des propos corroborés par Éric Vangelista, responsable vacances à la FOL 74 (fédération des œuvres laïques de Haute-Savoie) : « Il faut mutualiser nos moyens. Mais avec des séjours de proximité de plus en plus courts, notre difficulté à travailler sur nos valeurs s’accroit indéniablement. Comment être attractif sans perdre notre âme ? » Difficile équation, à en croire ces allégations.

Franck GIAZZI, géographe © Eric Raz/CCAS

Franck Giazzi, géographe © Eric Raz/CCAS

Le tourisme social, responsable, peut-il atteindre les sommets dans cette conjoncture où la futilité régule les mœurs des vacanciers et semble s’ériger tel un écueil devant sa (re)construction ? Mais finalement… si le salut venait du ciel ? Avec toutefois une bonne dose de pragmatisme à en croire Franck Giazzi : « Face au changement climatique, tant pis pour les sceptiques, mais c’est une réalité : la perspective aléatoire en matière d’enneigement incite à la prudence, en matière d’investissement pour les stations de ski, et à l’entendement. Peut-être faudrait-il se tourner vers un développement des activités estivales et une utilisation optimale de l’espace. Car de ce côté, la fréquentation touristique est en chute depuis des années. Mais je le répète, vous, par exemple, à la CCAS, vous avez un rôle à jouer en ce qui concerne l’éducation ».

Une évidence selon Michel Rimboud, rappelant cependant les initiatives en ce sens entreprises régulièrement par l’organisme : « Au-delà d’être une force économique, la CCAS s’inscrit tout naturellement dans une démarche d’éducation populaire. Notamment avec la charte affinitaire du tourisme social et solidaire. Nous sommes d’ailleurs porteurs de projets environnementaux dans nos contenus de séjours. Après, oui, je pense qu’il faut nous rendre beaucoup plus visibles sur ce que nous sommes capables de faire l’été. Se servir de notre patrimoine, hydraulique par exemple. Et nous pouvons y travailler ensemble ». Peut-être dès à présent…

*Sont intervenus : Alain Dénériaz, maire de Morillon ; Michel Rimboud, président de la CMCAS Pays de Savoie ; Franck Giazzi, géographe ; Pascal Duvernay, directeur de l’ESF (école de ski français) ; Éric Vangelista, responsable vacances à la FOL 74 (fédération des œuvres laïques de Haute-Savoie)

Entre la mairie de Morillon et la CCAS, le courant passe !
En tout début d’intervention, Alain Dénériaz, maire de Morillon, a souligné le rôle de la CCAS dans la construction de la première télécabine de la station… Une anecdote au regard des relations entretenues entre les deux parties qui vont bien au-delà de la cordialité. « C’est un vrai partenariat dans la proximité qui nous lie et les échanges entre nous sont réguliers. À la construction du centre, bien sûr que nous nous sommes réjouis d’avoir 300 lits supplémentaires. C’était bon pour l’emploi, pour l’économie locale, mais au fil du temps, il s’est instauré une véritable complicité entre nous. Nous avons d’ailleurs des projets communs comme la création d’un espace aqua-ludique sur le terrain que va nous céder la CCAS, et celle d’une aire de camping-car sur la commune afin de répondre à une demande de vos bénéficiaires. »
4 Commentaires
  1. nicolas 4 ans Il y a

    COMMENT SE FAIT IL QU’IL N’ Y AI PLUS OU TRèS PEU DE PèRIODES VERTES EN JUILLET OU AOUT 2016 ,MEME SUR LES CENTRES PEU OU TRéS PEU RéSERVéS OU DEMANDéS ” EXEMPLES : VERNEUIL SUR VIENNE , ARVIEUX , PONCHES, BOERSCH ( en toiles ) , LEYME ( en V.T. ) , …..ETC ……,SURTOUT EN début JUILLET et fin AOUT ….. ” ces centres risques d ‘ être maintenant vides , pour prioriser leur vente au privés , peut etre ?

  2. pascal 4 ans Il y a

    Bonjour, les rumeurs les plus folles courent sur diverses cessions du patrimoine, il est temps pour la ccas d’afficher de la transparence sur ce sujet et sur la stratégie de la CC en terme de gestion de celui ci.
    par avance merci

  3. Thierry 73 4 ans Il y a

    Non Garou 88, il s’agit ici d’établir un bail de location longue durée à la mairie et en contre partie elle construit un centre aquatique avec accès facilité pour les collègues en vacances ! le terrain dont il est question est un terrain de foot ball totalement inutilisé depuis de nombreuses années…

  4. Garou88 4 ans Il y a

    Et allez … la Ccas va céder du terrain à la commune de Morillon, après les villages de toile, les centres jeunes, maintenant des terrains.
    La cession du centre de vacances de Morillon et d’autres c’est pour quand messieurs les élus ? On ne vous a pas désigné pour vendre le patrimoine, comment faut-il vous le dire pour que vous compreniez.
    Pauvre Marcel, s’il voyait ce que vous avez fait … Misère !!

Laisser une réponse à Thierry 73 Cliquer ici pour annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

trois × 5 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?