Semaine anticoloniale et antiraciste

Semaine anticoloniale V2

Les 5 et 6 mars prochains, le 11e Salon anticolonial investira de nouveau La Bellevilloise (Paris). Articuler l’histoire, la mémoire et l’actualité de la domination coloniale et des luttes décoloniales : c’est le sens de ce rendez-vous associatif, culturel et militant, auquel participe notamment l’Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique (Afaspa).

Coup d’envoi d’une longue Semaine anticoloniale et antiraciste (du 5 au 21 mars), le Salon anticolonial de la Bellevilloise (Paris) se tient cette année dans le contexte particulier de la prolongation de l’état d’urgence en France et de sa constitutionnalisation, aux côtés de celle de la déchéance de nationalité. En résonance profonde avec l’actualité, les débats, expositions et projections programmés les 5 et 6 mars viendront aussi l’articuler à la mémoire et à l’histoire de la domination coloniale et impérialiste à l’échelle internationale, avec l’objectif de faire se rencontrer mémoires collectives et combats de terrain. En dialogue avec les mondes associatifs, culturels et universitaires, plus de soixante-dix organisations politiques et syndicales internationales feront ainsi état de leur lutte pour l’autodétermination des peuples colonisés, des peuples sans État et des minorités nationales, et contre la xénophobie d’État et le racisme structurel.

Trois questions à Michèle Decaster, secrétaire générale de l’Afaspa

afaspa“On ne peut pas savoir où l’on va sans savoir d’où l’on vient”
Créée en 1972, l’Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (Afaspa) sera présente tout au long du Salon anticolonial. Michèle Decaster, secrétaire générale de l’Afaspa et militante pour les droits des Sahraouis, nous explique le sens de sa présence.

Le Salon anticolonial et les programmations des Mercredis de l’Afaspa comportent souvent, si ce n’est toujours, une dimension historique. La construction collective des mémoires anticoloniales est-elle déjà une forme de combat ?

michèle decaster 2

Michèle Decaster, secrétaire générale de l’Afaspa © Thierry Nectoux / CCAS

Entretenir la mémoire fait partie des résistances à l’oubli et à l’amnésie. L’histoire n’appartient pas à un “passé” dont il faudrait tourner les pages : encore faut-il les avoir lues. L’État français maintient une forme d’amnésie volontaire, avec pour conséquence que la population française et ses populations étrangères ne connaissent pas leur histoire. Or si l’État français ne reconnait pas son histoire coloniale, c’est parce qu’il ne la renie pas. C’est cela qui est grave. Pour autant, écrire l’histoire ensemble n’est pas une question de repentance, mais de connaissance et de reconnaissance. Dans le cadre des Mercredis de l’Afaspa, le 9 mars nous programmons Qui a tué Ali Ziri ? [du nom d’un retraité algérien décédé le 11 juin 2009 suite à une interpellation par la police lors d’un contrôle routier à Argenteuil, NDLR]. Après six années de procédure, la Cour de cassation a récemment prononcé un non-lieu définitif dans l’affaire. Le dossier devrait donc maintenant passer devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Les débats que l’on propose sont donc dans l’histoire, mais concernent aussi des dossiers d’une brûlante actualité.

Le 8 mars, l’Afaspa participe à une soirée Femmes en résistances. De même le Salon anticolonial accueille de nombreux débats portant sur les oppressions sexistes et les résistances féministes au niveau international. Donnez-vous une importance particulière dans votre action à la solidarité avec les femmes opprimées ?

Les femmes ont une double peine, et subissent une double attitude criminelle avec les viols et les guerres. Elles sont donc une population doublement vulnérable. À l’inverse, leur résistance n’est pas une lutte catégorielle pour « leurs » droits. Soutenir la lutte des femmes via l’Afaspa est important, car les droits pour lesquels les femmes se battent sont des droits universels : ce sont des droits humains.

Le 16 février dernier, l’Assemblée nationale a voté la prolongation de l’état d’urgence sur le territoire national. Quel sens prend la tenue de cet évènement dans ce contexte ?

L’état d’urgence est toujours instauré pour de mauvaises raisons, surtout quand il dure ! On a l’impression de se retrouver pendant la guerre d’Algérie… Si des mesures d’urgence doivent être prises, qu’elles le soient. Mais lorsqu’elles durent, cela pose des questions de droit et de démocratie, surtout lorsqu’il s’agit de l’inscrire dans la constitution. Ce salon, cette Semaine anticoloniale et ses débats d’idée ont donc vraiment du sens.

affiche semaine anticoloniale 2016Infos pratiques

> Salon anticolonial
Samedi 5 mars et dimanche 6 mars
La Bellevilloise
19-21 Rue Boyer, 75020 Paris
Entrée solidaire : 2€

Programme complet sur le site du réseau Sortir du colonialisme ou sur leur page facebook

> Programme de la Semaine anticoloniale et antiraciste avec l’Afaspa

Vendredi 26 février – Soirée inaugurale sur le thème des quarante ans de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD). Au programme, exposition et débat avec : Jamal Zakari, représentant de la République arabe sahraouie démocratique en Europe, Michèle Decaster (Afaspa), Jean-Paul Lecoq (Maire d’une ville jumelée avec un campement sahraoui), Henri Pouillot (Président de Sortir du Colonialisme), débat animé par Lydia Samarbakhsh du Parti Communiste Français. À partir de 18h à l’Espace Neimeyer, Place du Colonel Fabien, à Paris

Dimanche 6 mars : dans le cadre du Salon anticolonial, débat sur le thème “L’impérialisme, une notion dépassé ou réalité bien présente?” Francis Arzalier (responsable du comité éditorial de la revue Aujourd’hui l’Afrique). Avec la participation d’Alain Ruscio (historien), Fathi Chamkhi (député à l’Assemblée des représentants du peuple de Tunisie), Acheikh Ibn Oumar (opposant tchadien), Gus Massiah (Cedetim)…

Mardi 8 mars – Soirée Femmes en Résistance, en partenariat avec l’association Femmes Solidaires. Projection du film Difret de Zeresenay Mehari, sur le refus des mariages forcés. Débat sur le thème “Le combat des femmes de la Corne de l’Afrique contre les traditions néfastes”, avec Aïcha Daballé, militante féministe et démocrate djiboutienne. À 19h à la Mairie du 2ème arrondissement, 8 rue de la Banque à Paris (métro Bourse). Plus d’informations.

Mercredi 9 mars Double programmation des Mercredis de l’Afaspa.
18h30 Présentation du livre de Daniel Dupui, Tout n’est pas blanc et noir, en Afrique comme ailleurs
20h Projection du film Qui a tué Ali Ziri ? de Luc Decaster, suivie d’un débat avec Omar Slaouti animateur du collectif Vérité et justice pour Ali Ziri. Au cinéma La Clef 34 rue Daubenton à Paris (métro Censier Daubenton).

Et du 5 mars au 21 mars, la Semaine anticoloniale sera suivie à Bordeaux, Chalette, Lyon, Le Havre, Marseille…

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

13 − trois =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?