Une photo, une histoire

Juliette Chague, 6 ans, et sa famille, tiennent le Journal sur lequel apparaît la petite fille©ccas

Juliette Chague, 6 ans, au centre, et sa famille©N.Coppin/ccas

Vous avez pu découvrir, en Une de votre Journal de février, une petite fille blonde qui vous tirait la langue. Nous avons voulu aller à la rencontre de Juliette, 6 ans, et de toute sa famille, au cœur des Landes, pour découvrir la vie de cette star en herbe. On vous embarque !

Bruno et Sophie Chague et leurs trois enfants, Louis, Juliette et Valentine, vivent dans une très belle maison en bois au cœur des Landes, dans le village de Gaillères, avec Domino, leur petit Jack Russel. Juliette préfère les sweats à capuche aux robes, surtout s’ils sont aux couleurs de son équipe de basket. Elle a beau n’avoir que 6 ans, elle n’a pas la langue dans sa poche, et on s’en rend vite compte. « Maintenant, à l’école, tout le monde m’appelle la star », lance-t-elle avec son plus beau sourire. Quand elle s’est retrouvée en Une, elle a amené le journal à sa maitresse, et un surnom était né.

Ses parents, Bruno et Sophie, avaient donné leur accord pour que la photo de leur fille soit utilisée : « Quand on a reçu le journal, on n’y croyait pas. C’était trop mignon ! Les papis et mamies étaient aux anges ! », sourit Sophie.
Bruno, son papa, est animateur à l’exploitation réseau chez ERDF à Mont-de-Marsan, depuis 2012. Il revient sur le contexte de création de cette Une : « Je savais que la photo de Juliette serait utilisée pour illustrer un dossier sur le vivre-ensemble. C’était juste après les attentats de janvier, on était tous à fleur de peau, alors j’étais très content, car c’était un dossier qui me tenait à cœur. Ça nous a permis de parler de nouveau des évènements avec les enfants. »
Pas facile de leur expliquer l’horreur. Mais pourtant, des notions simples permettent de dire l’essentiel. Louis, 8 ans et demi, le grand-frère de Juliette, s’en souvient : « Au début, au foot, des copains parlaient de ça mais je ne comprenais pas. Alors après à la maison on en a parlé et j’ai compris à quoi servait la liberté de la presse. » Sa petite sœur enchaîne : « Moi, j’ai compris qu’il fallait pas tuer des gens parce qu’on n’est pas d’accord avec eux, et aussi qu’il ne fallait pas avoir peur. »

Juliette Chague, 6 ans, en février 2014 à Gèdre©ccas

Juliette Chague, 6 ans, faisait la Une du Journal de février©J.Millet/ccas

La photo de Juliette a été prise lors d’un séjour jeunes à Gèdre, dans les Hautes-Pyrénées, en février 2014. Ce n’était pas le premier séjour de Juliette. Avec son frère Louis, ils partent régulièrement en colo avec la CCAS. Un moyen agréable d’apprendre ce fameux vivre-ensemble, et d’aller à la rencontre des autres. Toute la petite famille part en centre de vacances CCAS, l’été en mobil-home et l’hiver en gîte demi-pension, comme cette année, dans les Pyrénées Orientales. « On apprécie les tarifs raisonnables, mais surtout un esprit convivial, un lien humain. A chaque fois, on se fait des amis ! » explique Sophie. Bruno acquiesce : « Avant, je travaillais chez Airbus. Ce n’était pas du tout la même mentalité. D’ailleurs, quand je suis rentré chez ERDF, je ne savais pas que la CCAS existait et proposait autant d’activités. Ce n’est que quand je suis arrivé dans un petit bureau, à Mont-de-Marsan, que des collègues m’ont tout expliqué. Je n’y croyais pas ! »

Alors maintenant, la famille se rattrape. Avec la CCAS, ils ont découvert le festival Chantons sous les pins, qui propose des concerts dans toutes les Landes, pendant deux mois. « Le 15 mars, des collègues vont héberger un artiste. Chacun va ramener à manger et on partagera tous un concert privé. On est un peu nuls en culture, mais la CCAS est une bonne porte d’entrée. On vient chercher la rencontre humaine, la convivialité. Et puis on a envie d’éveiller la curiosité des enfants », explique Bruno. Grâce à une activité « décoration d’un poste-service », Juliette et Louis se sont essayés à la peinture et au collage, et ils ont rencontré des saltimbanques. La famille veut passer à l’étape supérieure, et initier une activité : bientôt, ils vont faire découvrir aux collègues le « Bubble Bump », ce sport étonnant où l’on tente de jouer au foot dans de grosses bulles en plastique transparent. Découvrir, partager, initier : il semble qu’entre la famille Chague et la CCAS, ce soit le début d’une longue histoire d’amour…

1 Commentaire
  1. denin catherine 4 années Il y a

    BELLE HSITOIRE NOUS AVONS BEAUCOUP DE VALEURS AVEC LA CCAS !!!!!!!!!!J ‘ADORE LA PHOTO DE LA PETITE JULIETTE DU JOURNAL DE FEVRIER DE LA CCAS .

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

17 + quinze =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?