5 BD et romans graphiques à lire sur la médiathèque

Les cinq BD et romans graphiques à ne pas manquer ce mois-ci sur la médiathèque des Activités Sociales.

Autisme, sexualité et parentalité, racisme ou attentats… Le roman graphique et la BD permettent d’aborder autrement les sujets de société. La rédaction en a sélectionné cinq à lire ce mois-ci sur la médiathèque en ligne des Activités Sociales.

“Un roman graphique est une bande dessinée qui nécessite un marque-page”, d’après Art Spiegelmann, auteur de la bande dessinée Maus (le récit de la Shoah fait par… une souris). Effectivement, les romans graphiques, traduction de l’anglais “graphic novels”, sont des ouvrages plutôt volumineux, ambitieux, au graphisme soigné, traitant de sujets de société et plutôt destinés à des lecteur.rices adultes. Petit panorama des romans graphiques et des BD qui nous ont particulièrement emballés sur la médiathèque en ligne des Activités Sociales.

1. Surmonter l’autisme : le combat d’un père

“Les petites victoires”de Yvon Roy, éd. Rue de Sèvres, 2017 (4 jetons). 

Couverture du livre Les petites victoires

Le père d’Olivier ne lâche rien. Face à la maladie qui frappe son fils, diagnostiqué autiste, Yvon Roy choisit le combat. Contre l’avis des médecins, il va faire preuve de trésors de patience pour faire découvrir à son fils le plaisir de faire des câlins, lui faire surmonter la peur de l’imprévu, ou affronter l’épreuve des “poussières dans le bain”. Chacun des deux fera son chemin et c’est ensemble qu’ils fêteront chaque petite victoire.

Au delà de la question de l’autisme, cet ouvrage drôle, sensible, et surtout autobiographique, pose la question du rôle des parents, de leur capacité à se libérer du regard des autres, pour se défaire de leurs propres attentes par rapport à leurs enfants.


2. Sexe, mensonges et tragédies au Maroc

“Paroles d’honneur”de Leila Slimani, Les Arènes BD, 2017 (4 jetons).

Couverture du livre Les paroles d'honneur

Dans le royaume de Mohammed VI, c’est peu de dire que le sexe est une question taboue, en particulier la sexualité féminine. Relations hors mariage, homosexualité, ou avortement sont sévèrement punis par la loi. Leila Slimani recueille le témoignage de lectrices sur leurs drames intimes. Grâce à l’infinie compréhension de l’auteur, la parole se libère.

Dans le contexte du phénomène #balancetonporc (hashtag né sur Twitter pour dénoncer les agressions sexuelles, suite à l’affaire Harvey Weinstein), l’ouvrage prend un relief particulier : dans un pays ou l’islam est religion d’Etat, la sexualité apparaît moins “libérale”, et le mensonge institutionnalisé sur la question peut aboutir à des tragédies. Mais les questionnements des femmes marocaines sont-ils si différents de ceux des femmes françaises ?


3. La couleur des sentiments

“Écumes“, de Ingrid Chabbert et Carole Morel, éd. Steinkis, 2017 (4 jetons).

Couverture du livre Ecumes

Deux femmes s’aiment. Elles attendent, pleines d’espoir. Jusqu’au jour où l’heureuse nouvelle leur est enfin annoncée : l’une d’elles est enceinte. La joie, l’excitation des premiers achats, les projets laissent bientôt place à l’inquiétude. La grossesse se teinte de rouge et d’angoisse. Puis survient la tragédie. Il ne leur faudra compter que sur la puissance de leur amour pour pouvoir surmonter ce deuil.

Ingrid Chabbert livre ici un album intime, sensible et poétique, dans lequel les couleurs sont le reflet des émotions. Si la question de la PMA (Procréation médicalement assistée) est abordée en filigrane, elle ne constitue pas l’essentiel du récit. C’est avant tout le drame humain, qui est livré aux lecteur.rices. Associé à la force des sentiments, il peut toucher chacun et chacune d’entre nous.


4. Une histoire de l’Amérique, de Kennedy à Luther King

“Wake up America”, tome 3 (1963-1968) de Nate Powell, éd. Rue de Sèvres, 2017 (4 jetons).

Couverture du livre Wake up America

1963, Alabama, Etats-Unis. La ségrégation raciale bat son plein, et la tension monte entre les communautés. John Lewis, compagnon de route de Martin Luther King et leader du Comité étudiant d’action non violente, organisation liée au Mouvement pour les droits civiques, est en tête de pont. Son objectif : obtenir le droit de vote pour tou.tes les Américain.es, y compris les Noir.es, selon le principe “un homme, une voix”. Ce qui les conduira, lui et ses ami.es, à Selma, petite ville du sud des Etats-Unis, d’où partira la Marche pour les droits civiques

Aujourd’hui, l’élection de Barack Obama ne semble pas avoir réellement amélioré la situation des jeunes Noir.es américain.es pauvres. Les manifestations contre les meurtres d’Afro-Américain.es par la police font régulièrement la une de l’actualité. Les vieux démons, que l’on croyait défaits par le Voting Right Act (loi qui accorde le droit de vote aux Noir.es adoptée en 1965), reviennent à la charge dans l’Amérique de Donald Trump, plus revanchards que jamais. C’est dans ce contexte que l’on commémore cette année le 50e anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King. Ce roman graphique donne à Nate Powell l’occasion de revenir sur les événements des années qui l’ont précédé.


5. Après Charlie Hebdo, le retour à la vie

“La légèreté”de Catherine Meurisse, Dargaud, 2016 (en accès libre).

Cette bande dessinée est l’histoire d’une reconquête : celle du désir de vivre. Dessinatrice à Charlie Hebdo depuis plus de dix ans, Catherine Meurisse revient sur les attentats du 7 janvier 2015, au cours desquels elle a perdu ses amis.e, et son insouciance. Ce jour-là, c’est un chagrin d’amour qui lui sauvera la vie, en retardant son arrivée à la rédaction du journal. Les mois suivants, elle est frappée d’aphasie (trouble du langage qui perturbe l’expression orale et/ou la compréhension) et le goût de la création l’abandonne…

Il faudra à l’auteur un voyage à la Villa Médicis, en Italie, pour que le déclic ait lieu : “submergée par la beauté” des œuvres exposées, dira-elle, elle se remet à dessiner. Cet ouvrage poignant a même séduit les Américain.es, qui, à la recherche d’une forme de résilience depuis l’élection de Donald Trump, l’ont invitée pour une présentation à New-York en 2016.

Comment ça marche ?

Première étape : rendez-vous sur la rubrique Culture et loisirs du site ccas.fr, et identifiez-vous à l’aide de votre NIA et de votre mot de passe. Cliquez sur le bloc Médiathèque.

Si vous avez déjà crédité votre compte et activé le contrôle parental, passez à l’étape 4 !

Deuxième étape : créditez votre compte. Cliquez sur le bouton “Je me connecte”, puis sur votre nom qui s’affiche. Dans le menu déroulant, allez dans la rubrique “Créditer mon compte”, puis laissez-vous guider.

Troisième étape : activez le contrôle parental. Certains de ces ouvrages ont une restriction d’âge. Pour y accéder, il faut définir un code à 6 chiffres : cliquez sur votre nom en haut à droite, puis sur “Mon profil” dans le menu déroulant, et suivez les instructions.

Quatrième étape : pour accéder au contenu de l’ouvrage, il faut entrer votre code parental, après avoir cliqué sur la couverture du livre.

À noter : après la première consultation, ces livres sont accessibles durant 360 jours. Certains contenus de la médiathèque sont en accès libre, d’autres sont payants. Pour ces derniers, vous réglez la location de films, livres, bandes dessinées, titres de presse en ligne à l’aide de jetons, achetés avec votre carte bancaire. Le prix en jeton est indiqué sur chaque livre ou film (1 jeton = 0,25 euro).

mediatheque

Veuillez-vous connecter sur ccas.fr (NIA et mot de passe) avant d’accéder au site.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?