Après la tempête Alex, la précarité court toujours

Les bénévoles du Secours populaire français se mobilisent pour venir en aide aux habitants, auprès des nouvelles antennes du SPF créées dans les vallées touchées par la tempête Alex en octobre 2020. ©Jean-Marie Rayapen/ SPF

Dévastées par la tempête Alex en octobre, les vallées de la Roya et de la Vésubie ont de nouveau été frappées par des crues le week-end dernier. Des équipements provisoires ont été emportés. Reportage, à l’heure de la reconstruction, aux côtés du Secours populaire des Alpes-Maritimes, dont les moyens déployés en soutien aux familles sinistrées et précaires, issus de solidarités multiples, permettent de mesurer l’ampleur de la tâche.

Au début du mois d’octobre, la tempête Alex a frappé le Sud de la France et laissé derrière elle les vallées de la Roya, de la Vésubie, et leurs villages considérablement éprouvés : routes et ponts détruits, maisons inondées voire englouties par les crues, coupures d’électricité et eau potable inaccessible…

“Quatre mois plus tard, la situation des personnes dans les vallées reste toujours très préoccupante, car avant le passage de la tempête, une grande précarité existait déjà, souligne Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire français (SPF). Les villages de Tende, Saint-Dalmas et Breil mettront des années avant de s’en remettre sur le plan économique”. La délégation qu’elle conduisait est allée à la rencontre des habitants, dont de nombreux sinistrés, et des bénévoles du SPF qui s’activent sur le terrain depuis de longues semaines.

Des dons multiples bienvenus

©Jean-Marie Rayapen/ SPF

Le Secours Populaire Français a également pu récolter, dans l’Hexagone, la somme d’1,5 millions d’euros, fruit de diverses collectes organisées par des entreprises et des particuliers, ainsi qu’une tombola en ligne imaginée par le chanteur Julien Doré, ayant permis à elle seule de réunir près de 900 000 euros. “C’est le budget moyen annuel de la fédération locale” précise Jean Stellittano, le secrétaire général de la fédération des Alpes-Maritimes.

La solidarité s’est organisée aussi, du côté des Activités Sociales, en lien étroit avec la CMCAS de Nice et le village vacances de Saint-Martin Vésubie, pour faciliter le travail des pompiers, des électriciens et des gaziers mobilisés, avec la mise à disposition d’hébergements.

Un centre d’appel ainsi que des aides financières ont également été débloqués par les électriciens et gaziers.

Un centre d’appel ainsi que des aides financières ont également été débloqués par les électriciens et gaziers. Ce qui n’étonne pas Henriette Steinberg : “La Fédération nationale des électriciens et gaziers est l’une des fédérations du Secours populaire”, rappelle-t-elle. Et d’évoquer la figure de Marcel Paul, “ministre communiste de la production industrielle et ancien électricien, qui a longtemps milité pour qu’un pour cent du chiffre d’affaire de l’entreprise aille aux activités sociales et solidaires”.

Des milliers de colis alimentaires déjà distribués, les bénévoles du Secours Populaire accompagnent les personnes sinistrées dans leurs différentes démarches : nettoyage et déblayage, soutien psychologique, mise en place de boitiers 4G pour pallier les coupures de réseau, acheminement d’équipements, etc…

“Grâce à EDF et son programme solidaire, nous avons également pu obtenir des réductions de dettes pour les familles en difficulté, des échelonnements, des abonnements adaptés” confie Henriette Steinberg. “Les gens ne savent pas forcément qu’ils ont le droit à des abonnements adaptés lorsqu’ils sont en difficulté”. La Fondation Engie a également apporté son aide, “en fléchant les fonds récoltés, vers les vallées de la Roya (…) Et pas seulement sur la thématique énergétique, mais aussi sur l’aide financière en général : Engie s’est engagée sur la durée à abonder les dons en fonction des besoins”.

Après l’urgence, l’accompagnement à long terme

©Jean-Marie Rayapen/ SPF

Dès le 13 octobre, le Secours populaire ouvrait une antenne à Saint-Martin-Vésubie et, trois jours plus tard, à Breil-sur-Roya. “Ces antennes ont été équipées en moins de 48 heures avec du matériel indispensable tels que des radiateurs, des lits, des nettoyeurs haute pression. Mais aussi un point wifi 4G ainsi que des groupes électrogènes 100 et 200 kVA” précise Hélène Jossec, responsable de l’antenne saint-martinoise, à la délégation nationale du SPF. Une antenne mobile sillonne également les vallées de la Vésubie et de la Tinée pour apporter un soutien aux personnes les plus isolées.

“Le Secours populaire a réalisé un travail exceptionnel” se réjouit Alain Pallanca, agent EDF à la retraite, maintenant pizzaiolo à Saint-Martin-Vésubie. “Je tenais à remercier les agents EDF envoyés en FIRE (force d’intervention rapide électricité, ndlr) dans les Alpes-Maritimes. C’est eux qui ont réalimenté l’hôpital, la mairie et les commerces. Le travail réalisé est dantesque ! Cependant, avec le mauvais temps, le froid et la crise sanitaire, rien n’a pu être enfoui ou suspendu”.

D’après les habitants du village, les travaux effectués sont en effet provisoires. Au vue de l’ampleur des dégâts, notamment la destruction totale de l’usine hydroélectrique qui alimentait la vallée, l’Etat évalue les dégâts à plusieurs milliards d’euros. La reconstruction prendra du temps.

©Jean-Marie Rayapen/ SPF

En lien avec les associations locales, les bénévoles du Secours populaire recueillent les informations permettant d’identifier des situations difficiles pour les sinistrés, mais aussi pour les habitants qui souffrent indirectement de la situation : perte d’emploi, impossibilité de se rendre sur son lieu de travail ou de rejoindre leur domicile. “Ce recensement est essentiel pour apporter l’aide la plus précise et la plus large possible, et pour éviter les zones blanches où des habitants ne recevraient pas d’aide” soulignait Hélène Jossec, responsable de l’antenne saint-martinoise.

La mairie de Saint-Martin Vésubie a confié aux équipes du SPF la gestion de ses stocks de dons afin de bien cibler les demandes de la population. La commune de Breil redirige quant à elle les bénévoles qui se proposent d’apporter leur soutien, vers ce même SPF.

À l’heure actuelle, cinquante-quatre familles sont prises en charge par le Secours populaire dans la Vésubie. Parmi eux, une trentaine de sinistrés. Les autres familles sont dans une situation d’extrême précarité.

 

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?