Créateurs amateurs : vos témoignages

©Collection particulière

De nombreux bénéficiaires des Activités Sociales ont fondé ou animent des clubs artistiques et artisanaux, dans leur CMCAS et sur leur lieu de travail : nous avons recueilli le témoignages de six créateurs amateurs, en activité professionnelle ou à la retraite, qui racontent leur rapport essentiel à la matière.

Propos recueillis par Sophie Chyrek et Marie-Line Vitu.

“Le contact avec l’argile me ramène à mon enfance et à la nature”

Florence Lacabanne, agente EDF retraitée, club de poterie CMCAS Béarn Bigorre

créateurs amateurs - témoignages

©Collection particulière

“Pour moi, fille d’agriculteurs, travailler la terre est un plaisir immédiat qui éveille tous les sens. Le contact avec l’argile, fin et doux, me ramène à mon enfance et à la nature. Et comme les émaux de peinture réagissent différemment, c’est toujours une excitation, un émerveillement de découvrir l’objet, chaque fois unique, à la sortie du four. Vous pouvez recommencer vingt fois, il ne sera jamais le même.”

“Créer un objet à partir de la matière brute”

Lucien Serton, ingénieur sûreté nucléaire à Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), atelier bois CMCAS Tours-Blois

©Collection particulière

“J’aime le bois et le travail manuel, qui m’offre la possibilité de laisser libre cours à mon imagination. Il y aussi la fierté de construire quelque chose en partant d’une matière brute, avec un côté “retour aux racines” que je trouve fascinant. Je suis en train de fabriquer un lit pour bébé (60 cm × 120 cm) à partir d’un plot de chêne. Je le façonne au fil du temps avec mes mains. Outre les machines de grande qualité, l’atelier bois permet de profiter de l’expérience des autres.”

“Je dessine depuis toujours”

Jérôme Brisepierre, chef de mission protection risques environnement au CNPE de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), CMCAS Tours-Blois

©Collection particulière

“Dessiner, c’est du plaisir, du délassement, en même temps qu’une grande concentration. Je m’inspire de l’univers de la bande dessinée et en particulier celui de Lorenzo Mattotti et d’Enki Bilal. En ce moment, je peins des enveloppes que j’envoie ensuite par la Poste. Selon moi, ne pas chercher à développer cette petite différence que l’on nomme créativité, c’est perdre en richesse. L’imagination, les propositions un peu décalées, un peu libres, manquent aujourd’hui dans notre société.”

“Un coup de foudre partagé”

Liliane Badou, bénéficiaire des Activités Sociales, club de peinture sur soie à Alès,CMCAS Languedoc

Liliane Badou à droite (et Marie Magiera à gauche, cofondatrice du club) de peinture sur soie à Alès CMCAS Languedoc. ©Collection particulière

“Le moment magique, c’est lorsque l’on déroule le tissu peint qui vient d’être étuvé (à la vapeur) et que l’on découvre les effets chatoyants des couleurs sur la soie… On est souvent surpris par le rendu, car la soie est une matière vivante, noble, magnifique à travailler. C’est un ravissement. Ma découverte date d’une visite au musée de la soie à Saint-Hyppolyte-du-Fort (Gard), organisée par la CMCAS Nîmes. Un coup de foudre partagé avec d’autres bénéficiaires qui a mené à la création du club.”

“Fabriquer soi-même, c’est un plaisir et une fierté”

Michel Maugendre, retraité, responsable atelier bois CMCAS Tours-Blois

©Collection particulière

“Notre atelier existe depuis trente ans. Les retraités y viennent autant pour parler que pour travailler. Les actifs optimisent le temps. Moi je fabrique surtout du mobilier pour ma famille, je mets ma créativité au service de l’utilitaire. J’ai par exemple fabriqué une salle d’eau il y a trente ans que je m’apprête à refaire. Le bricolage occupe mes pensées toute la journée, car il y a toujours un gros travail de conception en amont. Et bien sûr on goûte la satisfaction du résultat : fabriquer soi-même un objet, un meuble, c’est un plaisir et une fierté.”

“C’est une mise à nu, un miroir”

Cendrine Dubourgeat, agente EDF retraitée, atelier sculpture et peinture CMCAS Dauphiné Pays-de-Rhône

©Collection particulière

“Quand je crée, le temps n’existe plus, je suis dans ma bulle, j’envisage cela comme une démarche spirituelle. Quand une émotion (colère, joie…) s’impose à moi, peindre ou sculpter permet de la poser, de s’en débarrasser. C’est une partie de nous-même que l’on n’arrive pas toujours à comprendre. Mais je me sens alors en synergie avec le monde, avec les autres ; c’est dynamisant. Je fais le lien avec le qi-gong que je pratique. Nos créations nous ressemblent. C’est une mise à nu, un miroir.”

Étiquettes :
0 Commentaires

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?