Des aides pour le maintien à domicile

©Shutterstock

Bien vivre chez soi, le plus longtemps possible, c’est le souhait du plus grand nombre d’entre nous. Mais en cas de perte d’autonomie, des difficultés se posent, que les aides proposées par les Activités Sociales peuvent pallier.

Selon un sondage OpinionWay, 90 % des Français préfèrent, le temps venu, adapter leur logement plutôt que d’intégrer une maison de retraite. Seulement, sécuriser un habitat n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Pour répondre à ce besoin, les Activités Sociales mettent à la disposition des pensionnés une aide pouvant aller jusqu’à 3 500 euros. Cette subvention destinée à l’amélioration de l’habitat permet de réaliser des travaux d’aménagement du domicile, notamment pour prévenir les chutes (système antidérapant, rampe de sécurité, etc.).

Par ailleurs, pour qu’une personne fragile, surtout si elle vit seule, puisse facilement donner l’alerte en cas de problème, les Activités Sociales proposent une aide financière annuelle de 264 euros maximum, pour s’équiper d’un système de téléassistance. Doté de numéros d’urgences facilement accessibles, notamment en cas de malaise ou de chute, il assure à l’aîné un lien rapide avec ses proches ou des secours en cas de besoin.

Épauler les personnes âgées dans leur quotidien

Une perte mineure d’autonomie suffisant à rendre les tâches du quotidien éprouvantes, les Activités Sociales offrent aux aînés un Plan d’action personnalisé (PAP). En 2019, 7 880 bénéficiaires seniors ont été aidés à hauteur de 3,6 millions d’euros, dont 80 % dédiés au seul dispositif du PAP.
Après évaluation par un organisme agréé des besoins sur une période de 24 mois, le PAP permet à son bénéficiaire d’obtenir une aide pour les courses, les travaux ménagers ou de jardinage et même le portage de repas.

L’“aide aux situations de rupture” comprend le même panier de services, accessible – pour une durée de trois mois – quand l’un des pensionnés du foyer se retrouve seul suite à un déménagement, au placement en institution de son conjoint ou à son décès. Ces aides concernent les retraités des Industries électriques et gazières ne bénéficiant pas d’une pension personnelle servie par un autre régime et à leur conjoint, âgés d’au moins 55 ans, sous réserve de la prépondérance du régime.
Les montants attribués sont calculés sur base des ressources du foyer.

Comment effectuer votre demande ?

Contactez votre CMCAS ou votre SLVie. Elles vous informeront sur vos droits et déclencheront la procédure.

Tout dossier respectant les critères d’éligibilité est accepté.

En cas d’inéligibilité, vous serez orientés vers d’autres aides proposées par les Activités Sociales ou de droit commun (Conseil départemental, mairies, Maison départementale des personnes handicapées).


Plus d’informations sur ces aides sur ccas.fr

Toutes les aides aux pensionné·es (dépendance, handicap)
sur ccas.fr > rubrique Santé social

 

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?