La voile habitable dans le vent

Voile habitable © Eric Raz/ccas

RSN voile habitable au large de MArseille© Eric Raz/ccas

Cent trente « voileux » représentant seize CMCAS sur l’archipel du Frioul, au large de Marseille… Tout le monde à bord pour trois jours de régates et de rencontres festives.

Vous souvenez-vous des incroyables challenges Yannick Coho qui, sous l’égide de différents comités d’entreprise, rassemblaient plusieurs dizaines de bateaux pour des régates saisissantes ? Les Activités Sociales ont choisi de faire revivre le concept à l’échelle d’une Rencontre Sportive Nationale, pensée et organisée par la CCAS et la CMCAS de Marseille.

Voile habitable © Eric Raz/ccas

Voile habitable © Eric Raz/ccas

Du 16 au 18 octobre, une grosse centaine de navigateurs s’est donc donné rendez-vous sur les îles du Frioul pour trois jours de compétition bon enfant. Partenaires de l’initiative : l’institution Vacances Léo Lagrange, qui a assuré l’hébergement et la restauration, et Team Winds, qui a mis à disposition seize voiliers monotypes “Grand Surprise” taillés pour la course avec leur ligne basse et effilée.

Vendredi matin, les conditions climatiques étaient idéales. Grand beau temps et mistral de 15 nœuds. Après l’accueil, c’est l’heure de l’inventaire. Les équipes se forment, partent à l’abordage de leur embarcation afin de vérifier que tout y est en ordre : équipement de sécurité, amarres, voiles bien rangées et sans accroc…
“Brigand”, “Vieux farceur”, “Gangster”, “Va-nu-pieds”, “Zigomar”, “Renégat”… Les noms des voiliers ont comme un goût de piraterie !

Régal de régate

15-10-16-RAZE-523-1

Sur “Cataclysme”, l’équipe de la CMCAS Bourg en Bresse s’affaire. “On navigue depuis ce matin  !”, plaisantent les membres de l’équipage lorsqu’on demande s’ils sont aguerris. On peut s’étonner de trouver des amateurs de régates à la voile sur un territoire qui ne bénéficie pas d’ouverture sur la mer ; la réalité est qu’ils trouvent le moyen de naviguer tout au long de l’année. “Nous nous entraînons régulièrement depuis la base nautique de Chambod. Tous les ans, nous organisons également une croisière et de temps en temps on prend le départ en catamaran depuis les Antilles”, précisent Aurélie, Jonathan, Arnaud, Pascal et Philippe. Les Marseillais ont investi la « Tigresse ».

On profite de l’inventaire pour parler technique et peaufiner sa stratégie. “Les manœuvres doivent permettre de stabiliser le bateau au maximum”. Le skipper Thierry Le Méhauté met au point quelques règles. Francis, Chloé, Maëlle et Carole s’approprient leur rôle. Cette dernière s’égaye : “je navigue régulièrement en mode croisière. Mais ma dernière expérience de régate remonte à plus de vingt ans ! C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas.” Pour Francis, ce qui compte avant tout c’est “la sécurité, fondamentale. Ce sera une main pour le bateau, une main pour soi”. À bord, les superstitions sont toujours vivaces : “on ne parle jamais de cordes, on dit “bouts”. Tout comme on ne prononce jamais le nom du “cousin du lièvre”, de mauvaise augure – car la bestiole rongeait les cordages”.

Voile habitable © Eric Raz/ccas

Voile habitable © Eric Raz/ccas

Après le briefing, et un repas pris sur les bateaux encore aux amarres, chacun rejoint le point de ralliement, à cinq-cents mètres au sud du célèbre Château d’If, théâtre du roman de Dumas Le Comte de Monte-Cristo. La rade de Marseille offre ses splendeurs. Épreuve du jour, un parcours construit entre bouées verte, jaune et rouge. Premier départ pour se rôder, apprendre à naviguer ensemble, s’approprier les potentialités offertes par ce type de support. Puis c’est le top départ : la grand-voile est hissée, gonflée par le vent. Virage serré autour des bouées, les voiliers sont pieds à pieds. Vite déployer le spi, qui parfois tournoie “en noix de coco”. On fait contrepoids pour équilibrer la gîte. Deux rotations et c’est l’arrivée !

Retour à bon port pour tous. On se réchauffe autour d’un repas, après avoir prêté une oreille attentive à la question du don d’organe. Le lendemain, départ pour un parcours côtier jusqu’aux féériques calanques.
Voir les images de la voile habitable :

1 Commentaire
  1. nauche 3 années Il y a

    belle initiative de la cmcas de marseille qui a permis de rassembler à nouveau les voileux, regate sympa , et bonne organisation
    reflexion à venir oui pour la monotypie pour ceux qui veulent se tirer la bourre(nous on a aimé) mais ne pas oublier nos orientations sur l’acces à tous au sports avec le theme de rassemblement.
    le dossier inscription a surement mis des freins pour certes des equipages confirmés dans la voile mais pas des pro de l’ecoute (cv du skipper et co skipper demandé tres pointu)
    avec mon experience ,suis à disposition de la ccas si il y a une reflexion à engager pour l’avenir
    jean paul skipper 1er avec son equipage à Marseille

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

9 − 2 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?