Douarnenez : de la pellicule à la réalité

©Festival de cinéma de Douarnenez 2015

©Festival de cinéma de Douarnenez 2015

Du 21 au 29 août, le festival de cinéma de Douarnenez a enchanté les cinéphiles et les amateurs de rencontres inédites. Mais bien au-delà de ce temps fort, les liens tissés ici constituent toute l’année un véritable embarcadère vers la découverte des peuples et des communautés en lutte pour la reconnaissance et leurs droits.

Au moins quatre cent électriciens et gaziers fréquentent chaque année le festival, partenaire des Activités Sociales. Ils bénéficient d’une tarification préférentielle pour l’accès aux films et certains participent à une projection qui leur est spécialement dédiée et qui est suivie d’un temps d’échange.

La majorité des agents qui viennent au festival sont des personnes de la région qui le font de leur propre initiative, sans forcément se faire connaitre tandis que d’autres sont incités à venir alors qu’ils passent des vacances dans les centres de vacances CCAS de la région où le festival est largement relayé et mis en valeur. “Nous avons fait notre fil rouge de la thématique du festival, et nous avons l’annonçons aux vacanciers à travers des affiches et de l’information dans notre centre, pour l’instant je sais que les deux familles qui sont venues sont rentrées enchantées, malgré les intempéries, d’autres vont les imiter” précise Jean François Triquet, le responsable du centre de vacances de Trégunc.

Tard dans la soirée, longue file d'attente pour la projection de Much Loved de Nabil Ayouch ©Avel Corre/Festival de cinéma de Douarnenez 2015

Tard dans la soirée, longue file d’attente pour la projection de Much Loved de Nabil Ayouch ©Avel Corre/Festival de cinéma de Douarnenez 2015

Comme souvent en ce qui concerne les beaux projets, le partenariat entre la CCAS et le festival a été impulsé il y a cinq ans, par un agent impliqué et passionné, comme nous le confie Gilles Canqueteau, président de la CMCAS Finistère-Morbihan : “Un ancien administrateur de la CMCAS, Albert Roland, a été l’un des fondateurs du festival il y a près de quarante ans. C’est grâce à lui que nous avons pu tisser des liens avec cet évènement, dont nous sommes devenus partenaires il y a quelques années.” Yvonne, sa veuve, toujours très active au sein de la SLVie et de l’organisation de ce festival de cinéma, garde des souvenirs impérissables des rencontres qu’elle a pu y faire : “Nous avons lié des amitiés durables avec des invités du festival que nous avons hébergés. Notamment un professeur de russe qui était venu parler des films soviétiques, que je vois régulièrement. J’ai aussi eu le privilège de côtoyer Rigoberta Menchú, qui a eu le prix Nobel de la paix quelques années plus tard (en 1992 NDLR). “Hier, j’ai vu La tierra y la sombra de César Augusto Acevedo, un film qui donne à voir la misère des ouvriers surexploités dans les plantations de cannes à sucre en Colombie. Du coup, dorénavant je regarde mon paquet de sucre roux d’un autre œil…” ajoute Yvonne. “La motivation principale de notre participation à ce festival c’est que nous en partageons les valeurs, notamment en terme de solidarité, d’échanges et de convivialité. La particularité de ce festival est de mettre en lumière les minorités, que ce soit des peuples, comme cette année les peuples des Andes, que des groupes souvent méconnus ou discriminés comme les intersexes(1) ou les sourds(2) qui sont aussi à l’honneur de cette 38e édition” précise Gilles Canqueteau.

Discussion sur les démocraties indiennes dans les Andes boliviennes ©Avel Corre/Festival de cinéma de Douarnenez 2015

Discussion sur les démocraties indiennes dans les Andes boliviennes ©Avel Corre/Festival de cinéma de Douarnenez 2015

En effet la volonté de la CCAS, comme celle des organisateurs du festival, est de de découvrir les réalités des minorités de leur propre point de vue et de mettre en lumière les combats sociaux, l’émancipation des peuples, les valeurs humaines et la culture. “Nous avons des choses à apprendre de populations ou de communautés peu ou pas représentées, mais nous avons sans doute aussi des choses à leur apporter car au sein de la CCAS, nous tentons chaque jour de mettre en pratique la non-discrimination que ce soit en ce qui concerne le handicap que l’homosexualité et nous avons une vraie pédagogie de lutte contre les préjugés. D’ailleurs, à ce titre, nous avons organisé l’an passé pour nos bénéficiaires, en lien avec l’équipe du festival et en s’appuyant énormément sur leur base documentaire et leurs contacts, un voyage en Roumanie, à la découverte du peuple Rrom (qui était à l’honneur à Douarnenez en 2013, NDLR)”, poursuit le président de la CMCAS Finistère-Morbihan. Un séjour dont Diane Levesque, la vice-présidente de la commission Loisirs et culture de de la CMCAS, garde un souvenir ému et émerveillé : “grâce aux contacts que nous avions noués lors du festival, nous avons reçu un accueil formidable dans des familles rroms, avec lesquelles nous avons partagé des repas et qui nous ont transmis les bases de leur culture authentique. Les bénéficiaires qui ont participé à ce périple ont vécu des instants vraiment magiques, très loin des clichés souvent négatifs, véhiculés sur ces populations ! Et en ce moment nous préparons pour cette fin d’année, du 4 au 14 octobre, un voyage à la découverte des Indiens d’Amérique en résonance avec les luttes et es problématiques soulevées par les Indiens d’Amérique latine que nous rencontrons cette année à Douarnenez.”

Au-delà des projections, rencontres, expositions, conférences, palabres, concerts et autres repas pris en commun qui constituent son cœur battant, le festival est donc un formidable vivier de ressources documentaires et pédagogiques, de films et de contacts pour le travail de la CMCAS, tout au long de l’année, pour organiser des conférences sur les lieux de travail des agents ou des projections de films lors des rencontres culturelles dans les centres de vacances. Véritable embarcadère, il a aussi été le point de départ vers une traversée de l’écran, à la rencontre réelle, sur leurs lieux de vie des peuples mis à l’honneur à Douarnenez.

Stand de la CMCAS Finistère Morbihan et des Activités sociales au festival de cinéma de Douarnenez ©E.Barbezat/ccas ; Affiche du festival 2015 ©Festival de cinéma de Douarnenez 2015

Stand de la CMCAS Finistère Morbihan et des Activités sociales au festival de cinéma de Douarnenez ©E.Barbezat/ccas ; Affiche du festival 2015 ©Festival de cinéma de Douarnenez 2015

 

(1)Notamment au travers du projet Dissidences Trans Intersexes, dont est issu le premier Forum intersexe européen, qui s’est tenu les 29 et 30 juin 2015.
(2) Depuis 2009, le Festival de cinéma de Douarnenez comporte une sélection intitulée Monde des Sourds. Depuis, le festival est devenu quasiment intégralement accessible aux personnes sourdes.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

5 × trois =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?