Grandes grèves de 1919 : démobilisation, remobilisation

©Frédéric Guyot/CCAS

Au sortir de la guerre de 14-18, révoltés contre leur situation au retour du front, les soldats redevenus civils viennent alimenter les rangs de la fronde populaire qui inonde déjà une partie de l’Europe. Le mouvement sera durement réprimée par l’armée, avec la mort de Charles Lorne, ouvrier électricien, le 1er mai. C’est le premier épisode de notre chronique sur les grandes grèves de 1919.

Six mois après l’armistice du 11 novembre 1918, la France vit toujours sous le régime de l’état de siège et de la censure militaire (qui ne seront abrogés qu’en octobre 1919). La démobilisation des millions d’hommes du front est lente et souvent chaotique. Comme l’observe l’historien Julien Chuzeville, “la sortie brutale de l’économie de guerre et la démobilisation progressive entraînent un important chômage, des soldats redevenus civils sont particulièrement révoltés contre leur situation au retour du front. Ces éléments se combinent et se traduisent par de fortes luttes sociales” (“Un court moment révolutionnaire”, Libertalia, 2017).

L’évolution de la situation internationale contribue aussi à donner de l’ardeur aux luttes sociales. Dans la foulée de la révolution russe de 1917, Berlin puis la Bavière, la Hongrie ou encore le nord de l’Italie ont connu de puissantes révoltes ouvrières. Certes, elles ont été noyées dans le sang, mais un vent révolutionnaire souffle sur l’Europe. Et la France n’y est pas insensible.

De timides avancées sociales

Le radical Georges Clemenceau, président du Conseil depuis novembre 1917, sent bien que des concessions sont nécessaires s’il veut maintenir le climat d’union nationale des années de guerre. En février 1919, il a été blessé par les coups de feu d’un anarchiste. L’ambiance politique est marquée par la domination de la droite patriotique, qui voit l’assassin de Jean Jaurès acquitté par une cour d’assises. Mais Clemenceau comprend qu’il lui faut céder aux revendications ouvrières.

Le 25 mars 1919, une loi instaure les premières conventions collectives.

Le 23 avril, la durée légale du travail journalier est fixée à 8 heures, selon la vieille revendication du mouvement ouvrier. Pour la CGT, alors unique organisation syndicale (la CFTC ne sera créée qu’en novembre 1919), c’est une importante victoire qui renforce le camp des modérés emmené par Léon Jouhaux.

La direction de la CGT décide ainsi de ne pas appeler à la manifestation parisienne du 1er Mai, contre l’avis de son union départementale de la Seine. Clemenceau, l’ancien “premier flic de France”, interdit la manifestation.

Un ouvrier électricien tué

Et c’est le drame. Ouvrier électricien à la centrale de thermique de Saint-Ouen et membre du syndicat des producteurs d’énergie, Charles Lorne avait 18 ans lorsqu’il tombe sous les coups de la police lors de la manifestation du 1er mai 1919 à Paris. Ses obsèques au Père-Lachaise furent suivies par des dizaines de milliers de personnes.


Voir aussi
Dictionnaire biographique des militants des industries électriques et gazières (en ligne)


“À Paris, le gouvernement provoque des troubles”, accuse “l’Humanité” du 2 mai, relatant “un 1er Mai grandiose”. L’armée a été déployée dans la capitale, et tire rue Royale, place de l’Opéra, ou encore à l’Hôtel de Ville. Mais, souligne “l’Humanité”, “la troupe qui participa à ce déploiement de forces se montre moins ardente. Les soldats indiquèrent assez par leur attitude que le gouvernement ne devait pas compter sur eux pour faire ces besognes d’argousins. Ils se sont rappelés qu’ils étaient du peuple”.

Six mois après l’armistice du 11 novembre 1918, voici l’armée renvoyée au rôle sanglant de maintien de l’ordre qu’elle avait assuré durant tout le XIXe siècle, et dont on pouvait espérer que la Grande Guerre l’aurait délivrée. Mais le drame du 1er mai 1919 à Paris, marqué par l’assassinat par la police de Charles Lorne, ne met pas fin au mouvement revendicatif qui saisit le pays.

Chronique : les grandes grèves de 1919

Oubliées de la mémoire collective, les grandes grèves du printemps 1919 furent les plus puissantes jamais organisées jusqu’alors par le mouvement ouvrier, avec 2 000 grèves mobilisant 1,4 million de grévistes, quatre fois plus que lors du mouvement de 1906.

Et si elles ne furent pas victorieuses, elles contribuèrent à former une génération de militants qui donnera sa pleine mesure durant le Front populaire.

Lire la suite de la chronique :
Grandes grèves de 1919 : une syndicalisation croissante

1 Commentaire
  1. Paul Le Pouedras 2 mois Il y a

    Très intéressant cette information sur les luttes de 1919. Je n’en avait jamais entendu parler……

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

quatorze − 12 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?