Idée sortie : une virée romantique dans le Paris du XIXe

Arie Johannes Lamme, “Atelier de l’artiste Ary Scheffer, rue Chaptal”, 1851, huile sur bois, Paris, musée de la Vie romantique ©Musée de la Vie Romantique/Roger-Viollet

Jusqu’au 15 septembre, le Petit Palais vous invite à flâner dans le Paris romantique du jeune Victor Hugo, qui est déjà plein d’ambition, et du peintre Eugène Delacroix. Et avec la billetterie CCAS, vous bénéficiez de 5 euros de réduction !

La première moitié du XIXe siècle est pour la France une période de rupture. À la crise politique suivant la chute de Napoléon en 1815 s’ajoutent les bouleversements engendrés par la révolution industrielle. C’est dans ce contexte que va se développer un nouveau mouvement artistique, le romantisme, dont l’ambition est de secouer l’ordre établi. La diversité des œuvres, alliée à une ingénieuse scénographie, nous transporte dans cette période bouillonnante, qui s’achève avec la révolution de 1848.

Parmi les artistes incontournables de l’exposition, le peintre Eugène Delacroix, auteur du célèbre tableau “la Liberté guidant le peuple”. Peint en 1830, dans la foulée de la proclamation de la monarchie de Juillet, cette œuvre, inspirée du soulèvement du peuple de Paris contre le roi Charles X, rend hommage aux insurgés. Aujourd’hui, elle fait partie intégrante des symboles de la République.

Hommage à Notre-Dame

Autre personnage majeur de l’exposition, Victor Hugo, dont la pièce “Hernani” fait grand bruit la même année, lors de sa première représentation à la Comédie-Française. Actualité oblige, une des salles est consacrée à la cathédrale Notre-Dame de Paris et au roman homonyme de l’écrivain français, publié en 1831. Un succès littéraire qui contribue grandement à la réhabilitation de l’édifice dont l’architecte Viollet-le-Duc entreprend la restauration dix ans plus tard.

Les amateurs de musique classique ne seront pas en reste car, si le romantisme trouve ses racines dans le monde des lettres, son succès rejaillit sur d’autres domaines artistiques comme la musique. L’occasion de redécouvrir les airs de Frédéric Chopin, qui s’installe définitivement à Paris au début des années 1830, et de Franz Liszt.

Infos pratiques

Paris romantique, 1815-1848
Jusqu’au 15 septembre au Petit Palais (Paris)
Tarif CCAS : 8 euros (au lieu de 13 euros) ; gratuit pour les moins de 18 ans.
Voir sur la billetterie


Ouvert du mardi au dimanche, de 10 à 18 heures et jusqu’à 21 heures les vendredis

Avenue Winston-Churchill, métro Champs-Élysées-Clemenceau, ligne 1
Rens. : 01 53 43 40 00
Site Internet : www.petitpalais.paris.fr

lien vers billetterie

Veuillez vous connecter sur ccas.fr (NIA et mot de passe) avant d’accéder au site.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

un × deux =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?