La colo vue de l’intérieur (et à dos de dromadaire) à Cayeux-sur-Mer

Journée découverte à la colo de Cayeux-sur-Mer (Somme), destinée aux parents et aux enfants qui ne sont jamais partis. ©Julien Millet/ CCAS

Le centre de vacances de Cayeux-sur-Mer, en Picardie, a ouvert ses portes samedi 28 avril pour une journée découverte de la colo destinée aux familles. Une initiative des CMCAS Picardie, Ardennes-Aube-Marne et Nord-Pas-de-Calais.

C’était le dernier jour pour les enfants de 4 à 17 ans accueillis à Cayeux-sur-Mer, pour leurs colos Graine de malice (4-5 ans), Sports 100% énergie (6-8 ans), Voyage aux pays des Mille et Une Nuits (9-11 ans) et Cani-rando (15-17 ans). L’occasion de retrouver sa famille, mais aussi, en cette journée spéciale “Promo colos” le 28 avril dernier, de permettre aux parents de pousser les portes de la colo, parfois pour la première fois. Les uns viennent chercher leurs enfants ; les autres, dont les enfants ne sont jamais partis en colo, y étaient invités pour découvrir une colo de l’intérieur.

Lucie, 9 ans, raconte à ses parents sa colo Voyage aux pays des Mille et Une Nuits. ©Julien Millet/ CCAS

“Comment faire découvrir la colo aux parents qui hésitent à y inscrire leur enfant ?” se sont interrogés les présidents des CMCAS Picardie et Ardennes-Aube-Marne, qui ont travaillé à l’organisation de cette journée et l’ont proposée aux CMCAS voisines du Nord-Pas-de-Calais. Une première, dont l’objectif est de pousser les portes de la colo : rencontrer les animateurs et animatrices, visiter les bâtiments, découvrir ce que les enfants ont fait ou peuvent faire pendant leur séjour… “L’idée est de ‘vulgariser la colo’ pour donner envie aux parents d’y inscrire leurs gamins”, explique Gilbert Vannet, président CMCAS Ardennes-Aube-Marne. Cette journée portes ouvertes a donc permis de rassembler les aficionados et les hésitants, celles et ceux qui ne veulent ou n’osent pas y partir.

Baptême à dos de dromadaire

“Maman, tu as déjà fait du dromadaire ?”, demande Lucie, 9 ans, et déjà habituée des colos, à sa mère qui lui répond par la négative. “Tu te penches en avant puis en arrière quand le dromadaire se lève”, explique l’apprentie chamelière, qui a passé les jours précédents avec les dromadaires de Picardie lors de sa colo Mille et Une Nuits (“ceux qui ont une seule bosse !”). L’univers des camélidés est une grande découverte pour Lucie, qui traîne car elle ne veut pas quitter les animaux. Sa maman confie : “La punition, c’est quand je lui dis : ‘Si tu ne travailles pas, tu n’iras pas en colo !’ ”

La ferme du Fay, située dans l’Aisne, organise des stages et des balades comme ici à Cayeux, et participe à des courses de dromadaires au niveau national. ©Julien Millet/ CCAS

Voyage aux pays des Mille et Une Nuits, le fil rouge des différents séjours de Cayeux, a été décliné sous toutes ces formes pendant la semaine, y compris ce dernier jour, où tous les bénéficiaires ont goûté le couscous, les pâtisseries orientales et autres gourmandises confectionnées par les enfants, accompagnés d’un thé à la menthe. Un moment de partage, d’échange et de joie, où les parents sont devenus, le temps d’une journée, de grands enfants.

Avec son casque sur la tête, Naomie, 8 ans, s’apprête à grimper sur un dromadaire. Elle n’est jamais allée en colo. “Nous sommes venus aujourd’hui pour lui faire découvrir comment ça se passe et apaiser ses craintes. Elle a vu les chambres, les dortoirs, le réfectoire et a compris que tout est fait pour les enfants. Cette journée est rassurante, pour elle comme pour nous”, confie son père Christophe Lesur, technicien d’intervention polyvalent Enedis et bénéficiaire de la CMCAS Picardie.

Au programme, des activités liées aux colos de Cayeux-sur-Mer. À droite, l’activité cani-rando, thème de la colo des 15-17 ans.

La timide Bertille, 9 ans, elle non plus n’est jamais partie en colo : “c’est la première fois que j’en visite une !” Son père, Thomas Zanelli, secrétaire général de la CMCAS Ardennes-Aube-Marne et président de la SLVie Ardennes-Sud, est convaincu des bienfaits des séjours jeunes. “C’est décidé : ma fille part douze jours cet été, avec une copine qu’elle a connue grâce aux activités de proximité des SLVie. En plus, comme j’ai l’opportunité de convoyer, je les convoierai au moins jusqu’à Paris.”

“C’est la première fois que nos trois enfants partaient, c’était stressant. Comme les nouvelles étaient bonnes, nous étions rassurés. Aujourd’hui, c’est la fête. Nous venons les chercher”, explique Marion Leleu, maman de Méline, 10 ans, Timéo, 7 ans, et Lilly, 6 ans, bénéficiaires de la CMCAS Nord-Pas-de-Calais. Du haut du dromadaire, elle jubile : “C’est énorme ! Cela n’a rien à voir avec un cheval, on vague. C’est génial et surprenant.” “Cette journée est émancipatrice, renchérit son mari Jérémie, agent GDRF. Mais je m’angoisse moins que leur mère !”

De l’utilité des colos

“La jeunesse est et doit demeurer une priorité pour les Activités Sociales, car c’est l’avenir de notre société qui se dessine avec elle, déclare Pascal Chivet, président de la CMCAS Picardie. Nous devons accompagner nos bénéficiaires de la petite enfance à l’âge adulte, au plus près de leurs besoins, en apportant à chaque moment des réponses innovantes, empreintes de nos valeurs.”

Pascal Chivet, président de la CMCAS Picardie, parmi les CMCAS à l’initiative de cette journée portes ouvertes. ©Julien Millet/CCAS

Les parents de Julien sont “protecteurs” mais Julien, 9 ans, était “demandeur”. Il est parti une semaine pour une première expérience. “C’était l’inconnu pour lui. Il a appris à se débrouiller sans nous, a participé à des activités qu’il n’aurait pas faites ailleurs. Il en avait besoin. C’est l’école de l’autonomie”, commente son père, Arnaud Wanthier, chargé d’affaires génie civil au CNPE de Chooz, et bénéficiaire de la CMCAS Ardennes-Aube-Marne.

“Avant de partir j’étais ‘bof’, j’avais un peu peur, concède Julien. Cette première colo était super. J’ai beaucoup aimé les dromadaires et les chiens. Les vacances sans les parents, c’est bien. Ils m’ont un peu manqué mais pas trop. Et j’aimerais repartir !” Cet été, Julien ira d’ailleurs à Merlimont, où il découvrira l’univers des cabanes. “La thématique des séjours, rappelle Pascal Chivet, n’est qu’un moyen pour mettre en place le vivre ensemble et rendre les enfants auteurs et acteurs de leur colo.”

“Promo colos” a pu montrer aux parents et à leurs enfants comment se déroule un séjour, et en promouvoir tous les aspects, de la vie collective aux activités. ©Julien Millet/ CCAS

Que dire aux parents qui hésitent ? “Je suis fille d’agent et j’ai effectué mon premier séjour à l’âge de 5 ans et demi. C’était une évidence pour moi que mon fils Charly, qui a 4 ans, parte l’automne dernier, raconte Julie Chanteclair, assistante sanitaire et sociale CCAS au territoire CCAS Picardie. Ni cocon familial, ni cocon de l’école, la colo c’est l’école de la vie, le vivre ensemble mais version vacances !”

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?