Kaddour Hadadi : “La vie, c’est la révolution”

Kaddour Hadadi, chanteur engagé de HK & les Saltimbanks ©T.Princep

Kaddour Hadadi, chanteur engagé de HK & les Saltimbanks. © T.Princep/CCAS

Avec le Par Pour Festival de la CMCAS Nord-Pas-de-Calais, le dernier week-end de septembre avait un air de joyeuse révolte populaire. Portés par leur devise, “Faire de nos vies une oeuvre d’art, et de notre art une oeuvre de résistance”, Hk & les Saltimbanks sont venus clore ces 24h de résistance citoyenne, en donnant un concert bénévole. Leur chanteur Kaddour Hadadi, dit HK, nous explique les raisons de sa présence.

Hier, vous étiez sur la place de la République, au festival Alternatiba Paris, et vous jouez aujourd’hui à Cappelle-en-Pévèle. Est-ce parce que vous vous reconnaissez dans les valeurs de la CMCAS ?

L’important pour nous est de nous sentir à notre place. Et aujourd’hui c’est le cas. On se reconnait dans les valeurs de ce festival : fraternel, populaire, solidaire… Aujourd’hui ces mots sont employés pour faire œuvre de communication, au lieu de véhiculer des valeurs.

N’importe quel politicien de bas étage peut utiliser ces mots, qui ont du sens pour nous, simplement pour mettre les gens dans sa poche “Citoyen du monde” [nom du précédent album de HK & les Saltimbanks, NDLR], nous, on sait ce que ça veut dire. Ces mots ont du sens, c’est notre époque qui pervertit les mots.

Comment faire la différence entre les mots des communicants et ces mots dont vous parlez, ceux qui ont du sens ?

Ça n’est pas forcément tangible, c’est quelque chose que l’on ressent. C’est mon métier de travailler avec les mots, et ça fait partie des choses que je sais un peu faire : sentir quand ça sonne faux. Quand bien même des orateurs ou des politiciens utiliseraient ces mots, on sentirait que c’est du baratin. Et il suffit de regarder dans leurs actions pour s’en convaincre…

Est-ce que pour autant on fait de la politique ? Notre tribune est artistique, mais on fait de la politique au sens où on l’entend : on véhicule des idées, on raconte des histoires avec des partis pris affirmés, on s’engage dans des causes. Vu sous cet angle, on fait de la politique.


Lire aussi
Par Pour Festival : créer, c’est résister


En quoi la fête et ce festival sont-ils une manière de résister ?

Ce qu’il se passe aujourd’hui, ce qu’il s’est passé hier [à Alternatiba Paris, le 26 septembre 2015, NDLR], c’est au-delà de faire la fête. Il s’agit de vivre. Dans cette société on nous infantilise, on nous robotise, on nous déshumanise : on nous place au rang de statistiques, de chiffres, on pense en termes de croissance, de déficit. On nous fait croire que rien d’autre n’est possible, qu’il n’y a rien à imaginer, à essayer de créer, et que c’est en restant dans ce cadre et à coup de petites mesurettes que le monde pourra changer.

Si on s’enferme dans ce monde, on reste un commentateur : on s’indigne, on se révolte, mais on sent qu’on n’a aucune prise. C’est un fatalisme qui enferme dans un état d’esprit où on oublie pourquoi on se bat : pour quelles valeurs, quels moments, quelles sensations, quels frissons…

J’aime beaucoup ce slogan de mai 68 : “l’action ne doit pas être une réaction, mais une création”. Si on est dans la réaction, dans le commentaire, on accepte de ne pas avoir de prise et on ne change rien. La création, elle, libère l’imagination : créer, c’est oser, oser imaginer d’autres chemins, d’autres espaces, d’autres façons de faire… et surtout, c’est oser faire ce chemin.


Avant le concert, la famille Delannoy a pu échanger quelques mots avec HK

La famille Delannoy ©T.Princep

La famille Delannoy © Tiffany Princep/CCAS

“HK, on est tous fan! Ce qui nous parle, c’est son engagement, son message de tolérance, d’ouverture d’esprit. La musique c’est une manière de partager ça avec nos enfants. Il y des petits mots “adultes”, mais les enfants ont bien compris qu’il y a des chansons où l’on peut dire ce qu’on pense, avec des mots un peu forts qu’on n’a pas le droit d’employer à d’autres moments. Mais eux adhèrent et comprennent le message : on leur explique, et ça permet d’aborder des sujets avec eux.”

1 Commentaire
  1. pagazzi therese 4 ans Il y a

    HK a cette valeur profonde que je partage : l’Amour de l’Etre, qu’il véhicule par l’écriture et la musique . Dans son interprétation sur scène , tout son être vibre , il nous transporte ., C’est un véritable Artiste qui met , de façon sublime , son art au service l’Homme pour en extraire la quintessence … il rayonne de ce soleil intérieur qui allume de nombreuses étoiles faisant renaître l’espoir d’un avenir meilleur .

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

12 − cinq =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?