Le Lavandou “en mode Massaï”

Toiles Massaï au Lavendou©E.Raz/ccas

Les toiles “Massaï” au centre de vacances Campéole au Lavandou (Var) ©E.Raz/ccas

En rénovation totale depuis septembre dernier, le centre de tourisme du Lavandou (Var), paré de ces nouvelles toiles et espaces communs, ouvre ses portes ce dimanche 3 juillet.

Au pied de la colline, si le cadre est toujours aussi idyllique, quelque chose a changé du côté du chemin Hubac-Bleu à Cavalière. Après dix mois de travaux, sous la houlette d’une cinquantaine d’ouvriers, le centre de tourisme du Lavandou, complètement rénové pour cause d’arrêté préfectoral*, occupe l’espace avec élégance… Dans cet écrin naturel « encore épargné », et ce malgré quelques eucalyptus sacrifiés mais remplacés, le vert se confond ainsi à merveille avec le beige des toiles à l’architecture insolite et à la structure en bois. Les anciennes ont été en partie recyclées au Rayolet, il faut le préciser.

Et à quelques jours de l’ouverture aux bénéficiaires, si les pelleteuses sillonnent encore les deux hectares et demi de terrain, « le centre sera fonctionnel et opérationnel », assure Jean-Pierre Fauré, architecte. « Au regard des contraintes, des délais impartis et malgré les impondérables inhérents à tout chantier, je suis satisfait du résultat, explique-t-il. Il faut savoir que tout a été repensé en fonction, notamment, de la loi incendie qui impose que chaque emplacement soit desservi par une voirie (5 mètres de large pour la principale et 4 mètres pour les secondaires). Aussi, seul le bâtiment central, rénové lui aussi, est resté au même endroit. Pour la rétention d’eau, nous avons opté pour l’enterrement des canalisations. »

Alors, si les contraintes ont mécaniquement engendré une autre configuration, elles induisent également un lot de nouveautés, comme autant de curiosités. De l’Aquatoon, véritable espace ludique de fraîcheur et de sensations, à l’aire de jeux, et aux terrains de tennis repeints (ce qui est non négligeable), jouxtant le tout nouvel espace multisport, entre autres, le Lavandou élève, sans conteste, son niveau de prestations, tout autant que ses toiles. Trônant sur pilotis, les types « Massaï » en imposent. Toutes équipées de douches et toilettes (122 T4, 9 T6 et 9 réservées aux personnes à mobilité réduite), ces véritables cocons au plancher chauffant (pour l’avant et l’arrière-saison, évidemment), au mobilier design et à la terrasse spacieuse détonnent et étonnent…

Aussi, dans un département où les étoiles fixent le prix, souvent exorbitant, des toiles et autres types de logement, le contrepied de la CCAS est notable. Car au centre de tourisme du Lavandou, si les « vacances, ce n’est pas un luxe… financièrement parlant (coefficient social oblige) », au niveau du confort des habitations, des espaces communs, ça y ressemble fortement ! Tant l’accent apposé sur cet aspect est aigu. Sanitaires à hauteur d’enfant, baignoire, coin aménagé pour changer les bébés, bloc sanitaire chauffé pour les campeurs libres, etc. Alors, si certains déploreront peut-être l’absence de sable blanc qui ne viendra que plus tard recouvrir les allées du centre, celui de la mer, toute proche, devrait suffire à les faire patienter.

En 2012, la préfecture du Var a ordonné à tous les campings du département de se mettre en conformité avec les lois incendie et eau. Assorti d’un délai de trois ans pour déposer le permis d’aménager.


“Etre ouvert à tous”
Trois questions à Laurent Pojaghi, président de la CMCAS Toulon

En voyant le résultat, quel est votre sentiment ?

Celui d’être persuadé que la CCAS a fait un investissement intelligent et a su transformer les contraintes de l’arrêté préfectoral en une opportunité. Le centre était vétuste, notamment les lieux collectifs et les sanitaires. Et ce besoin de rénover était patent.

A n’importe quel prix ?

Non, bien évidemment. De toute façon, le « tout accès » aux personnes à mobilité réduite, la loi sur l’incendie et sur l’eau induisaient des dépenses conséquentes – autour de 4 millions d’euros. Mais cette obligation de mettre le centre aux normes nous a permis de revoir la configuration des lieux en nous adaptant aux demandes des bénéficiaires. Et le résultat se traduit par une plus-value évidente pour les vacanciers qui vont découvrir cet été un centre tout neuf et qui sera ouvert, dans un futur proche, huit mois dans l’année.

A tous ?

Oui, car notre but est d’ouvrir nos centres de vacances à d’autres populations, dans un esprit de mixage et de brassage. L’ouverture aux autres, la pérennisation de notre patrimoine et l’amplitude des dates d’ouverture, voilà, en partie, les enjeux de cette rénovation dans un département où les logements périclitent. Et pour la CMCAS, c’est aussi la possibilité de mener des activités de proximité tout au long de l’année en favorisant le partage avec des vacanciers bénéficiaires mais aussi venant d’autres horizons professionnels.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?