“Merci patron !” sur les écrans des Activités Sociales de l’énergie

affiche_mercipatron2

400.000 spectateurs sont venus applaudir « Merci patron » dont nous vous annoncions la sortie le 24 février dernier. La folle route de ce film épatant, passera par Visions Sociales le 16 mai prochain et rejoindra celles des rencontres culturelles de vos vacances.

Avec “Merci patron!” François Ruffin filme la rencontre, secrète, entre le premier groupe mondial du luxe et une famille qu’il a réduite au chômage. Émouvant, drôle, inquiétant et cocasse, profondément humain : à voir absolument à partir du 24 février.

“Ce que vous faites pour nous, un jour, nous le referons pour vous” promettaient dans les années 1970 le groupe des Charlots dans leur chanson”… François Ruffin, réalisateur et rédacteur en chef du journal Fakir, s’apprêtait à revenir sur les traces des méfaits économiques de Bernard Arnaud, première fortune de France et patron du premier groupe mondial du luxe : Louis Vuitton-Mouet-Hennessy, dit LVMH.

Rempli de bonnes intentions, notre journaliste picard « sur planche à clous », à bord d’un van siglé « I love Bernard » (j’aime Bernard) se lançait un défi : réconcilier la France d’en bas avec celle d’en-haut, avant que tout nos grands patrons n’aient pris le départ vers l’outre-manche ou l’outre-brabant comme notre grand patron national en avait fait le projet.

Destination Poix-du-Nord, où tout commença pour notre Bernard natif (non point d’Arras mais de Tourcoing, côté beau quartiers), et où tout se termina pour les 140 salarié-es d’ECCE, l’entreprise de confection et de commercialisation européenne des costumes Kenzo. Depuis, les costumes qu’ils et elles confectionnaient ont voyagé à travers l’Europe au gré des emplois “agiles” et de la force du jet du lance-pierre des « coûts de production ». En Bulgarie, les salaires ne représentent plus que 30 € dans le prix de revient d’un costard vendu 1000 € à Paris : “on peut faire mieux, souligne le patron de l’atelier. Il y aura bientôt en Grèce quelques opportunités.”

Sur son chemin de rédemption, notre routard picard rencontre un couple d’anciens employés restés sur le carreau depuis la fermeture des ateliers : la famille Klur, qui nous explique, dans un Ch’ti fleuri, comment ne pas pouvoir vivre avec 400 € par mois. Sous la menace d’une saisie judiciaire de leur petite maison et de son joli jardin, ce n’est pas Marx qu’ils évoquent, mais, dans cette vie devenue un western, La petite maison dans la prairie.

À partir de ce moment, le film bascule dans le thriller social – mené de main de maître – et va voir l’improbable rencontre via les barbouzes de la 13e fortune du monde (32 milliards d’euros) et d’un politicien avec la famille Klur, sous le regard fixe d’une poupée en crinolines sagement installée sur le buffet de la salle à manger : c’est Clausewitz et Machiavel en vacances à Flixecourt !

A propos du film, Le Monde diplomatique notait :

Entre ceux qui exercent le pouvoir et ceux qui le subissent, la distance apparaît souvent infranchissable. L’actionnaire estime n’avoir nul compte à rendre à ses salariés. Et ceux-ci n’ont aucun moyen de lui rappeler qui produit les richesses. Jusqu’au moment où un groupe de joyeux saboteurs court-circuitent la routine et, comme au carnaval, met la hiérarchie cul par-dessus tête. Alors, celle-ci se dévoile à l’écran, au naturel, convaincue que puisque que tout s’achète – le travail, le silence, les soutiens politiques –, toute vie est à vendre elle aussi.

Impossible de vous raconter la suite sans éventer les rebondissements de cette farce, qui prend des allures de conte philosophique où, comme le dit le slogan du film : “C’est nous qu’on gagne à la fin”. Merci Patron! est une « comédie documentaire » ironique, drôle, humaine, revigorante, certes, mais, en ce qu’elle révèle du cynisme et de la brutalité de certaine méthodes des multinationales, atterrante et effrayante.
SUIVRE L’ACTUALITÉ des projections sur la page Facebook de Merci Patron!

Voir la bande-annonce :

Avant sa sortie dans les salles le 24 février prochain, Merci patron ! fait l’objet d’avant-première en présence du réalisateur. Ne manquez sous aucun prétexte ce thriller social vitaminé… En janvier et février, François Ruffin, réalisateur de Merci patron ! fait le déplacement. Contact: mercipatron@fakirpresse.info
2 Commentaires
  1. CHAYVIALLE 4 ans Il y a

    Je trouve l’idée d’intégrer ce film aux tournées culturelles de l’été est excellente.

  2. bex 4 ans Il y a

    Excellent film, drôle et direct qui redonne l’envie de lutter!
    Qui fait le malheur des klur?!es étrangers ou les actionnaires?
    Qui aide les Klur, la Cgt ou le front national?
    Je suis ravie de voir que la CCas communique autour de ce film. Il devrait d’ailleurs être intégré aux tournées culturelles de l’été, sera t-il programmé au Festival Visions Sociales?
    Ce film permet de parler des inégalités, des délocalisations, des plans sociaux…..dans la vraie vie!
    Les éditions Fakir, proposent également des livres (petits) donc faciles d’accès qui permettent d’aborder différentes thématiques de société => à mettre à disposition dans nos bibliothèques

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

17 − seize =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?