Nancy, duchesse de Lorraine

L’emblématique place Stanislas à Nancy, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. ©Elise Rebiffé/CCAS

Pour une courte escapade ou de grandes vacances, la cité nancéienne possède toutes les qualités pour vous séduire. Elle saura combler vos exigences culturelles avec son patrimoine historique remarquable et même satisfaire vos envies de nature.

Elle est à Nancy ce que la tour Eiffel est à Paris : emblématique, la place Stanislas, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco (1983), confère à la cité lorraine une portée internationale. À en croire les Nancéiens, c’est l’une des plus belles au monde. Rien que ça ! Somptueuse, elle l’est incontestablement…

C’est que la place royale (son nom originel), inaugurée en 1755, a été imaginée à la gloire de Louis XV, façonnée à son image, par son beau-père Stanislas Leszcynnski, duc de Lorraine et roi de Pologne détrôné.

Jeux de lumière nocturnes sur la place Stanislas. ©Élise Rebiffé/ CCAS

À l’époque, Nancy appartient au Duché de Lorraine, dont elle est la capitale. Elle réintégrera le royaume de France, en 1766, à la mort de celui-ci. Outre la volonté d’honorer le monarque français, la place, conçue par l’architecte Emmanuel Héré, devait sceller l’union entre la ville médiévale et la ville neuve. Elle est constituée d’un ensemble harmonieux de bâtiments de style classique qui enveloppent l’ancienne esplanade, tout en conservant une vaste perspective.

Les ornements baroques des façades lui insufflent un caractère singulier et majestueux. Les deux monumentales fontaines d’Amphitrite et de Neptune, de style rococo, ajoutées aux six grilles d’or tranchent avec la sobriété des bâtisses, mais rappellent le faste de la royauté. L’un des pavillons abrite le musée des Beaux-Arts, dans lequel sont exposés quelques chefs d’œuvre : Rubens, Le Caravage, Delacroix… et la collection exceptionnelle de verreries de la manufacture Daum.

La transformation impulsée par Stanislas, dont la statue trône sur la place depuis 1831 (remplaçant celle de Louis xv détruite à la Révolution française), se poursuivra avec plus ou moins de fortune. Si l’on vient du monde entier pour admirer ce joyau du XVIIIe siècle – 3 millions de touristes chaque année –, les édifices Art nouveau attirent également de nombreux visiteurs.

Le berceau de l’art nouveau

L’école de Nancy est le fer de lance de l’Art nouveau en France. ©Élise Rebiffé/ CCAS

Au tout début du XXe siècle, un courant artistique novateur imprègne la cité lorraine. L’émergence de cet esthétisme décoratif va révolutionner la ville, forger durablement son identité, et contribuer à sa prospérité. Nancy vit son âge d’or culturel.

Le style Art nouveau, porté par l’École de Nancy, rayonne sur la métropole en pleine expansion. Celle-ci voit fleurir des villas et des bâtisses de toute beauté, incroyablement modernes pour l’époque, principalement dans les quartiers Saint-Léon, Saurupt et le centre historique, tels la villa Majorelle, l’immeuble Margo, la chambre d’industrie et de commerce, la brasserie L’Excelsior, l’ancienne banque Renaud…

Le savoir-faire des artisans nancéiens, à son apogée, devient une marque de fabrique dont Nancy est la vitrine, créant une émulation dans toute l’Europe. Situé dans l’ancienne demeure du mécène Eugène Corbin, le musée de l’école de Nancy restitue un intérieur style Art nouveau : du mobilier, des luminaires, des objets d’art, des vitraux, des céramiques…

La campagne en ville

Flâneries sur le port de plaisance et les berges du canal de Nancy. ©Élise Rebiffé/ CCAS

Certes, Nancy peut s’enorgueillir d’un capital historique et culturel prestigieux. Elle a su néanmoins sauvegarder et valoriser son patrimoine naturel, pour créer des îlots de campagne. De très beaux parcs municipaux, parfois très anciens, parfaitement structurés – véritables poumons verts intra-muros – assurent aux habitants des refuges bucoliques bien agréables. On vient s’y promener, faire du sport, se cultiver, s’évader, se ressourcer. Ces bulles de verdures font assurément le bonheur des Nancéiens et des touristes…

Le parc de la Pépinière créé par Stanislas (21 hectares), en plein centre-ville en est le plus bel exemple : un superbe kiosque à musique trône au milieu des arbres, dont certains ont plus de 250 ans.

Celui de Sainte-Marie (1905) ou encore le parc de La Cure d’air sur les hauteurs (25 000 m²), qui abritait autrefois une maison de convalescence, offre un impressionnant panorama. Vers 1900, on y accédait par un funiculaire. Des voies piétonnes ont été par ailleurs aménagées le long de la Meurthe sur lesquelles il fait bon déambuler et flâner.

Côté vélo, la ville compte près de 125 kilomètres de pistes cyclables, dont la moitié dans le périmètre de la cité ducale. Si le cœur et la forme vous en disent, vous pourrez rallier Metz en un coup de pédales (67 km tout de même). Idéalement située au centre du pays lorrain, Nancy peut être un tremplin pour découvrir les merveilles de la région.

À voir : la Villa Majorelle

La villa Majorelle est le symbole par excellence de l’ architecture Art nouveau. ©Elise Rebiffé/CCAS

Symbole de l’architecture Art nouveau par excellence, la demeure familiale de Louis Majorelle fut conçue par un jeune architecte de 26 ans, Henri Sauvage. Elle est entièrement réalisée – jusqu’aux gouttières et aux cheminées extérieures – dans le style Art Nouveau. Un pur chef-d’œuvre qui nous propulse dans le Nancy de la Belle Époque.

Visite virtuelle et infos sur le site internet de l’école de Nancy.

À voir : le Musée de l’histoire du fer

Le Musée de l’histoire du fer témoigne du passé sidérurgiste de la Lorraine. ©Elise Rebiffé/CCAS

À travers les différentes machines-outils, les hauts-fourneaux, mais aussi la fabrication de canons et d’obus, c’est l’histoire de l’industrialisation de la région et son passé sidérurgiste qui défilent. Le musée détient un tronçon de l’escalier qui desservait le sommet de la tour Eiffel. Les forges de Pompey avaient livré 8500 tonnes de fer soient 15000 poutres et poutrelles et 2,5 millions de rivets aux ateliers Eiffel pour la construction de la Dame de fer.

Site internet : www.museehistoiredufer.fr


Où séjourner avec la CCAS ?

Le conseil de la rédaction : le camping Le Brabois

Le camping du Brabois, à Villers-les-Nancy (Meurthe-et-Moselle). ©Campéole

Idéalement placé, en pleine nature dans un espace boisé, et à proximité de la ville, aux portes de son jardin botanique, ce camping propose aux bénéficiaires des Activités Sociales un hébergement en gîtes.

Camping Le Brabois
2301 av. Paul-Muller
54600 Villers-Les-Nancy
Tél. : 03 83 27 18 28 / brabois@campeole.com


Vos vacances avec la CCAS

Retrouvez tous les logements disponibles à la CCAS,
et chez nos partenaires à tarif socialisé ou négocié
sur ccas.fr > rubrique Vacances


mediatheque

Réservation, catalogues, séjours en France ou à l’étranger… : bienvenue dans la rubrique Vacances du site ccas.fr



 

Étiquettes :
0 Commentaires

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?