Pierre Peyronie : “La musique, ce n’est pas pour faire du nombrilisme”

Portrait de Pierre Peyronie de Orchestre EDF ©J.Millet/CC

Pierre Peyronie, violoniste et président fondateur de l’orchestre EDF. ©J.Millet/CCAS

Musicien amateur autodidacte, Pierre Peyronie a eu l’idée de l’orchestre d’EDF il y a dix-huit ans. Un succès. Aujourd’hui, l’ensemble rayonne en partie grâce à des musiciens salariés de plusieurs directions de l’entreprise.

Dans l’auditorium du conservatoire du 19e arrondissement parisien. Quelques minutes avant la répétition hebdomadaire et le débriefing du concert qui s’est tenu il y a à peine une semaine à quelques encablures d’ici, à la Cité de la musique. On y a joué, entre autres, des extraits de “Roméo et Juliette” dus à trois compositeurs différents, Prokovief, Gounod et Tchaïkovski. C’était en faveur du Téléthon. Il y avait du monde. C’est maintenant une habitude dans l’itinéraire de cet orchestre presque unique en France. Pierre Peyronie nous parle pendant que les musiciens amateurs – agents, salariés, anciens collègues, tout cela à la fois – s’installent.

Comment qualifier Pierre Peyronie ? Un faux timide derrière ses lunettes rondes ? Un ex-homme d’entreprise ? Ou est-ce un communicant qui pèse ses mots ? Un doux rêveur mélomane ? En tout cas, l’ancien commercial d’EDF se dit heureux à l’heure de la retraite. La musique ? “C’est pour donner, être avec les autres.” Il salue un jeune, dans l’orchestre depuis deux ans. Puis un coup d’oeil sur la fosse comme on jette un coup d’oeil sur son passé.

Orchestre EDF - Chef d’orchestre Michaël Cousteau ©J.Millet/CC

L’orchestre EDF est dirigé par un chef d’orchestre professionnel, Michaël Cousteau. ©J.Millet/CCAS

Une belle équation

Remontons donc le temps : 1998. Nous sommes en pleine ouverture au marché à la concurrence. Pierre Peyronie a cette idée géniale : créer une formation philharmonique au sein d’EDF. Il est autodidacte en musique ou presque. À peine “quelques cours privés aléatoires dans la jeunesse avec un arrêt pendant les études”, précise-t-il. Certes, il se rappelle de “cette participation dans un petit orchestre provincial” mais il n’avait rien d’un virtuose, précise-t-il. L’agent, dont le “but dans la vie est d’avoir des projets”, veut “quelque chose d’ambitieux, de symphonique”. “Banco !”, lui rétorque son directeur. L’idée le porte même devant la présidence. Il obtient un budget. “Conséquent”, sourit Pierre Peyronie. Il faut bien rémunérer le chef d’orchestre et les quelques professionnels qui vont accompagner les musiciens amateurs.

“Répondre à un besoin personnel, apporter quelque chose à l’entreprise et fédérer un maximum de collègues passionnés.”

En échange, il doit veiller “au rayonnement de l’entreprise et positiver son image”. En clair, l’orchestre se devait d’être “un vecteur de com’, de créer des liens, du business avec des partenaires ” explique son fondateur. Il a ainsi pu résoudre cette équation : “Répondre à un besoin personnel, apporter quelque chose à l’entreprise et fédérer un maximum de collègues passionnés.” La musique puis l’orchestre ont même un peu modifié sa vie d’agent. “Lorsque j’ai voulu changer de poste, partir du technique pour le commercial, nous étions plusieurs candidats. J’étais le seul à faire de la musique. Le chef du service m’a dit : “Vous êtes musicien, ça me plaît”, raconte-t-il, j’ai été pris.” Aujourd’hui, il est même “reconnu”.

Orchestre EDF, qui mêle musiciens amateurs (agents EDF, salariés de Saint-Gobain, Airbus....) et professionnels. Cet orchestre est dirigé par le chef d'orchestre professionnel, Michael Cousteau. Reportage réalisé dans l'auditorium du Conservatoire du 19e arrondissement, à Paris. Répétition hebdomadaire et débriefing du concert donné à la Cité de la musique, à Paris, en faveur du Téléthon 2016. ©J.Millet/CCAS

L’orchestre répète chaque lundi de 20h30 à 22h30 dans l’auditorium du Conservatoire du 19ème arrondissement de Paris. ©J.Millet/CCAS

Passons rapidement sur la première année et ce premier concert dans une abbaye de Vaucelles, dans le Nord, où Pierre Peyronie fait “appel à des connaissances pour remplir l’espace”. Mais, au fil des ans, la formation écume les plus belles salles de France : Pleyel, le Théâtre des Champs-Élysées ou encore la Gaveau. Les soixante-dix amateurs-salariés ont joué dans la salle des machines de la centrale de Porcheville, pour fêter les quarante bougies de l’Yvelinoise, pour l’arrêt du réacteur Superphénix, en bordure du Rhône, ou encore pour les Jeux paralympiques.

L’orchestre EDF participe au Téléthon

Voilà dix ans que l’orchestre d’EDF s’engage auprès de la Fondation EDF en faveur du Téléthon. Chaque année, l’intégralité de la recette est versée à l’Association française contre les myopathies (AFM). En 2016, les musiciens ont collecté plus de 9000 euros à l’occasion d’un concert à la Cité de la musique, à Paris.

Orchestre EDF, qui mêle musiciens amateurs (agents EDF, salariés de Saint-Gobain, Airbus....) et professionnels. Cet orchestre est dirigé par le chef d'orchestre professionnel, Michael Cousteau. Reportage réalisé dans l'auditorium du Conservatoire du 19e arrondissement, à Paris. Répétition hebdomadaire et débriefing du concert donné à la Cité de la musique, à Paris, en faveur du Téléthon 2016. ©J.Millet/CCAS

L’orchestre mêle musiciens amateurs (agents EDF, salariés de Saint-Gobain, Airbus….) et professionnels. Le concert public donné lors du Téléthon verra sa recette reversée à l’Association Française de Myopathie au titre des actions du Groupe EDF. ©J.Millet/CCAS

Distance subtile

Être au service de l’entreprise mais ne pas se confondre avec elle. Distance subtile que Pierre Peyronie respecte tout de même. Dans cet ensemble constitué en association, la majorité est composée d’agents, le reste vient de Saint-Gobain, d’Airbus… Une manière “de ne pas faire du nombrilisme et de ne pas être complètement tournés sur soi”. Tous les musiciens jouent en dehors de leur temps de travail, ils posent des congés ou des RTT. Certains effectuent même le déplacement de Lyon pour les répétitions à Paris. Quant à l’auditorium où on le rencontre, prêté par la mairie et qui sert aux répétitions, pour l’obtenir, Pierre Peyronie a fait jouer cette fois son entregent.

Pierre Peyronie est aussi un homme lucide. Aujourd’hui, les directions soutiennent l’ensemble. “Mais un autre jour, le vent pourrait tourner car les hommes changent”, dit-il. Comprenez qu’il faut lutter pour les subventions. “La formation a connu des hauts et des bas” et vit aujourd’hui au gré des négociations. Et depuis peu, avec cette nouvelle donne, “une entité qui se défausse et ne financera plus les prochaines années”, résume l’ancien commercial sans vouloir donner ni le nom de l’entreprise ni le manque à gagner.

Privilégier le mélange

Côté humain, l’orchestre se porte plutôt bien. “Nous sommes tellement connus que les gens ne viennent pas d’eux-mêmes se présenter, alors nous faisons beaucoup de communication et nous disons “welcome, welcome””, répète Michaël Cousteau, le chef d’orchestre professionnel. Pour autant, l’orchestre n’est-il pas devenu élitiste ? Ne recrute-t-il pas des musiciens éclairés ? “Ils n’ont pas tous le même niveau. On s’accommode, avance Michaël Cousteau, mais c’est vrai qu’il n’y a pas de débutants ici. Ils ont tous au moins dix ans de pratique instrumentale.” Mélange d’amateurs et de professionnels, niveaux différents, sans parler de l’âge… “Imaginez un orchestre de vieux, quelle image nous donnerions ?” insiste Pierre Peyronie.

Orchestre EDF, qui mêle musiciens amateurs (agents EDF, salariés de Saint-Gobain, Airbus....) et professionnels. Cet orchestre est dirigé par le chef d'orchestre professionnel, Michael Cousteau. Reportage réalisé dans l'auditorium du Conservatoire du 19e arrondissement, à Paris. Répétition hebdomadaire et débriefing du concert donné à la Cité de la musique, à Paris, en faveur du Téléthon 2016. ©J.Millet/CCAS

L’orchestre réunit des salariés de nombreux services d’EDF. A gauche, Romain Sarron, cadre à la direction de la stratégie ; au centre, Pierre Peyronie, ancien commercial retraité d’EDF. ©J.Millet/CCAS

Mais travailler, répéter, jouer avec les mêmes collègues dans une formation qui communique sur l’entreprise, n’est-ce pas un peu trop ? demande-t-on presque naïvement. “Rassurez-vous, nous sommes estampillés EDF, mais on ne passe pas notre temps à parler d’électricité ou de centrales. Nous discutons de musique, on fait des concerts, ça soude et ça crée du réseau”, répond Romain Sarron, cadre à la direction de la stratégie, quinze ans de piano et de trombone derrière lui. Le trentenaire en costume ajusté fait remarquer que “la musique est un tout petit monde, beaucoup passent d’un orchestre à un autre. Mais ici, c’est un orchestre qui nous permet de nous représenter dans toute la France. Peu de professionnels peuvent se targuer de jouer dans ces salles magnifiques”, note-t-il avant d’aller prendre place.

Pierre Peyronnie, lui, s’assoit, modestement, dans le rang des violons, non loin du chef d’orchestre. Sa dernière fille est quelque part dans la salle, la seule de ses enfants qui continue la musique. Derrière ses petites lunettes, on devine chez le fondateur l’effort de concentration. Avant de nous quitter, il avoue : “Je m’accroche à l’instrument pour arriver au niveau.” Nul doute, l’orchestre est la revanche d’un autodidacte, d’un “musicien au niveau modeste”, comme il se définit. Un rêve de jeunesse.

Vous souhaitez intégrer l’orchestre EDF ? Il recrute.

Écrivez à cette adresse :  orchestreedf@gmail.com
Voir les dates des prochains concerts 

peyronie

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?