“Sur les traces de Mamani Abdoulaye” : une page oubliée de l’histoire du Niger

©DR

La littérature peut-elle servir le combat pour la liberté ? Les Mardis de l’Afaspa vous proposent d’aborder cette thématique avec la projection du documentaire “Sur les traces de Mamani Abdoulaye”, le 18 juin au cinéma le Maltais Rouge (Paris 11e), en entrée libre pour les bénéficiaires.

Les secousses provoquées par l’histoire coloniale de la Françafrique n’en finissent pas de remodeler les sociétés concernées, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de nos frontières. Le Niger ne fait pas exception à la règle. Sous domination française jusqu’en 1960, il peine depuis à retrouver une certaine stabilité. Il est notamment le terrain privilégié d’affrontement et d’exactions pour les groupes djihadistes comme Boko Haram.

Mamani Abdoulaye, chef du parti Sawaba durant les années 1950, fut l’une des figures historiques de la lutte pour l’indépendance du pays. L’Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (Afaspa), nous propose de redécouvrir son histoire à travers le regard de sa fille Amina, auteure du documentaire “Sur les traces de Mamani Abdoulaye”, projeté le mardi 18 juin à 20 heures au cinéma le Maltais Rouge, à Paris.

Écrivain combattant

L’homme politique a pourtant presque disparu des livres d’histoire du Niger. Il fut pourtant l’artisan de la constitution du premier gouvernement autonome du pays en 1957. Sawaba, le parti qu’il dirige, fut interdit et ses partisans traqués avec violence. C’est son œuvre littéraire qui subsiste. En exil, puis emprisonné à son retour au pays, il écrivit la grande œuvre “Sarraounia” (adaptée au cinéma par le Franco-Mauritanien Med Hondo), transcrivant à travers la construction du mythe d’une reine africaine éponyme, les aspirations contestataires de l’auteur, et sa volonté de combattre le colonisateur oppresseur.

Il déclarera : “Vous savez que le bon écrivain n’écrit que dans la douleur. Les grands écrivains quand ils écrivent, ou bien sont dans une situation particulière qui provoque l’inspiration, ou alors écrivent mais sont interdits. Et quand c’est interdit, évidemment, le public veut toujours savoir ce qui est interdit et pourquoi on l’interdit.”

La projection de “Sur les traces de Mamani Abdoulaye” sera suivie d’un débat avec la participation de Nils Anderson, militant anticolonialiste et ancien camarade de Mamani Abdoulaye.

Infos pratiques

“Sur les traces Mamani Abdoulaye”
Documentaire d’Amina Abdoulaye Mamani63 min (2018)

Quand ? Mardi 18 juin, à 20 heures
Où ? Cinéma le Maltais rouge, 40 rue de Malte, Paris 11e  Métro République
Tarif : 5 €
Entrée libre pour les bénéficiaires des Activités Sociales de l’énergie.

Les Mardis du cinéma

Les Mardis du cinéma de l’Afaspa sont un cycle de projections-débats sur l’Afrique organisé par l’Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (Afaspa). Ces rencontres sont coorganisées chaque mois par la CCAS et les CMCAS de la région parisienne au cinéma le Maltais Rouge (Paris).
Contact et infos : www.afaspa.com / afaspa@wanadoo.fr

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2 + dix =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?