Une journée aux Francofolies 2022

Coline Rio, artiste du Chantier des Francos

Coline Rio, artiste du Chantier des Francos, a pris plaisir à animer un atelier d’écriture avec les plus jeunes, le 12 juillet. ©Christophe Cussat-Blanc / CCAS

Comme l’an dernier, le lancement des Francofolies de La Rochelle s’est tenu au Camping Le Soleil. Ce 12 juillet, ce n’est pas une soirée qui était proposée aux bénéficiaires locaux ou séjournant dans les villages vacances de la région, mais toute une journée, ponctuée d’animations sur place et dans la ville, concoctée avec ce festival partenaire des Activités Sociales.


Ce 12 juillet au soir, le visage d’Alain Belly, le vice-président de la CMCAS de La Rochelle, rayonne de satisfaction. En compagnie de Delphine Idier, trésorière de la CCAS et présidente de la Commission culture, il inaugure la trente-septième édition des Francofolies de La Rochelle. Émilie Yakich, la codirectrice des Francos, l’a rappelé : entre le festival créé par Jean-Louis Foulquier et les Activités Sociales, les relations sont « historiques ».

Un partenariat de cœur, au service d’une chanson française vivante et intelligente, qui s’est inscrit de fait dans la durée. « Cette année, nous avons innové et il faut continuer, souligne Alain Belly. Nos liens avec les Francos, avec le Chantier notamment, nous permettent d’envisager d’autres pistes : des ateliers d’écriture tout au long de l’année et pourquoi pas un séjour dédié ! »

Si Alain Belly se réjouit, c’est que, pour cette édition 2022 du « before » du festival, on a doublé la mise en passant d’une soirée à une journée entière de festivités. Derrière ce « on », se cachent les élu·es et les bénévoles, les professionnels de la CCAS et de la CMCAS. Ceux-ci affichent également leur satisfaction. Le pari de réunir quelque 300 personnes venant des villages vacances environnants et des bénéficiaires locaux a été tenu. Et ce n’est pas rien lorsque dans le même temps débutent les colos et c’est le « coup de feu » de la saison…

Les bénéficiaires séjournant dans les villages vacances de la région ont répondu présent pour cette journée d’inauguration des Francos.

Les bénéficiaires séjournant dans les villages vacances de la région ont répondu présent pour cette journée d’inauguration des Francos. ©Christophe Cussat-Blanc / CCAS

Initiation au sténopé avec la Caravane photo

En milieu de matinée, les vacanciers séjournant à Saint-Trojan, aux Mathes et dans l’île de Ré sont arrivés groupés, dans les bus affrétés par la CCAS. Avant même de leur présenter le programme, l’équipe du village vacances et les bénévoles les ont invités à se désaltérer d’une grenadine ou d’une menthe à l’eau. Le soleil cognait déjà plus sec qu’un poids mi-lourd.

Pour bon nombre de bénéficiaires, cette journée aux Francofolies était aussi l’occasion de visiter La Rochelle. Le Camping Le Soleil étant à deux pas du centre-ville, ils avaient tout loisir d’aller s’y promener et de déjeuner dans un des nombreux restaurants du port, avant le rendez-vous de 14 heures. « Si vous aimez la friture de poissons, essayez Le Petit Bleu, leur ont conseillé des bénévoles. Et si vous avez vraiment envie de découvrir notre ville, des collègues proposent cet après-midi des visites guidées. »

Tentées, plusieurs familles se sont inscrites illico. Pour les enfants, qui n’avaient pas tous envie de crapahuter en pleine chaleur, un atelier d’écriture animé par la chanteuse Coline Rio et une initiation au sténopé par les deux photographes de la Caravane photo CCAS étaient prévus. Tout cela en attendant le clou de la journée, le concert de deux groupes estampillés Francos et le classique « apéritif de la mer » !

Dans un lieu insolite, un entrepôt de la zone portuaire, la chanteuse Kalika s’est produite devant les bénéficiaires en mode "showcase acoustique".

Dans un lieu insolite, un entrepôt de la zone portuaire, la chanteuse Kalika s’est produite devant les bénéficiaires en mode « showcase acoustique » ©Christophe Cussat-Blanc / CCAS

Mini-concert pour les uns, atelier d’écriture pour les autres

Parmi la douzaine de bénéficiaires qui s’étaient décidés à suivre André Birrier, un retraité de la CMCAS de La Rochelle visiblement rompu à l’exercice de guide touristique, se trouvait Jérôme Faure, le président de la CMCAS Agen, qui avait convaincu ses trois enfants de les suivre, sa femme et lui. Les jeunes n’ont pas regretté d’être venus. Pour rejoindre la Grosse-Horloge et les rues piétonnes, on a pris le bus de mer jusqu’au Vieux-Port. Un bref moment de repos et de fraîcheur plus qu’apprécié !

Placée sous le signe des tours, la visite a débuté par celle de la Lanterne, puis par Saint-Nicolas et la tour de la Chaîne, les sentinelles à l’entrée du port. Francos obligent, l’histoire s’est terminée par un mini-concert de la chanteuse Kalika dans un immense entrepôt maritime, au milieu des bonshommes roses de l’artiste iconoclaste Philippe Katerine.

De leur côté, les plus jeunes, demeurés au camping avec Coline Rio, n’avaient pas chômé. De l’atelier est née une chanson écrite collectivement sous l’œil bienveillant de deux mamans. « La Plage », un hymne à l’oisiveté heureuse : « Échoué sous les cocotiers, le soleil riait / Dans l’ombre des cocotiers, je dormais, je dormais.  » Alors qu’elle faisait retranscrire les paroles afin de les organiser en couplets et refrain, la jeune chanteuse s’est exclamée avec malice : « J’ai l’impression d’être une institutrice ! ».

 

Le groupe Ladaniva, passé par le Chantier des Francos et emmené par sa charismatique chanteuse Jacqueline Baghdasaryan.

Le groupe Ladaniva, passé par le Chantier des Francos et emmené par sa charismatique chanteuse Jacqueline Baghdasaryan. ©Christophe Cussat-Blanc / CCAS

Fin de la journée avec le concert de Ladaniva

En assistant aux balances de Château Forte, cet indispensable moment de test qui donne à voir la relation unique entre artistes et techniciens, les bénéficiaires déjà présents en fin d’après-midi avaient pu avoir un avant-goût du duo constitué par Lola-Ly et Clément. Leur électro-pop n’a donc pas été véritablement une surprise, mais bon nombre de spectateurs ont été impressionnés par la puissance et le grain de la voix de la jeune chanteuse, amplifiée par un usage savant d’effets sonores. « Trop bien ! », s’est écrié avec ferveur Souleymane, un des plus jeunes spectateurs. Son enthousiasme a amusé le duo et le public. De l’enthousiasme, le groupe Ladaniva, qui a suivi, en avait à revendre.

De l’émotion également, véhiculée en partie par sa chanteuse arménienne, Jacqueline Baghdasaryan. Cette dernière était bien entourée de musicien·nes et de choristes, qui ont su donner vie à des compositions dansantes, mi-reggae, mi-musique slave à la Goran Bregovic. Les 15-17 ans de la colo Franco-Voiles présents sur place ne s’y sont pas trompés, leurs chorés improvisées avaient des airs de danse folklorique.

 


 

 

 

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?