Une saison culturelle atypique pour la CCAS

©Camille Besse/CCAS

À l’heure où l’activité artistique est en sommeil partout en France, la CCAS s’attache à amplifier son offre culturelle numérique, et à imaginer d’autres modes d’accès inéprouvés, afin de pallier l’annulation de ses festivals. D’ores et déjà, les Activités Sociales préparent une saison culturelle d’après confinement. Entretien avec Christophe Vanhoutte, président de la Commission activités culturelles des Activités Sociales.

Christophe Vanhoutte, président de la commission Activités culturelles des Activités Sociales.

Malgré l’arrêt des représentations artistiques en France, la CCAS est-elle parvenue à garder un lien culturel avec ses bénéficiaires ?

Pour ce faire, nous utilisons l’outil numérique et digital. Nous réfléchissons avec nos partenaires, les organisateurs de festivals, les artistes, à la façon d’enrichir ce lien. La CCAS a des idées, les artistes aussi : ensemble, nous imaginons des solutions inédites. Cela pourrait être des captations de spectacles, des vidéos d’interviews d’artistes, etc.


Organisée par la CCAS traditionnellement en marge du festival de Cannes, les Activités Sociales vont inaugurer ce mois-ci une version numérique du festival Visions sociales, annulé pour cause de pandémie. De quoi s’agit-il exactement ?

L’idée est de proposer, malgré tout, un festival Visions sociales, mais à distance, diffusé sur les réseaux digitaux, avec la thématique initiale du jeune cinéma africain. En plus des films, les bénéficiaires pourraient voir des entretiens avec le parrain de Visions Sociales 2020, Pierre Schoeller, les réalisateurs et les comédiens.

Des échanges entre les artistes et les bénéficiaires pourraient être également organisés. Aujourd’hui, je ne peux rien affirmer de précis sur les dates. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on y travaille. Ce serait par ailleurs un moyen de faire découvrir cet événement, majeur pour les Activités Sociales, à un plus grand nombre de bénéficiaires.

Bannière du festival Visions Sociales. ©Tiphanie Tuczapski/CCAS

De la même façon, le festival Contre Courant, un événement pluridisciplinaire organisé par les Activités Sociales, cet été serait-il envisageable ?

Là encore, on cherche des solutions alternatives ; on avance sur des pistes. Nous avons contacté l’ensemble des compagnies et des artistes qui devaient se produire à la Barthelasse sur la petite scène, ouverte à tout le monde, et sur la grande scène, réservée en priorité aux bénéficiaires des Activités Sociales. On pourrait s’orienter vers un report des représentations dans nos centres de vacances à des dates ultérieures, ou encore vers la captation vidéo des spectacles initialement prévus puis leur diffusion numérique… La radio FMR, présente d’ordinaire sur l’événement, diffuserait quotidiennement des entretiens des artistes. On envisage aussi la faisabilité d’une aide à la création artistique, tout à fait inédite, comme nous le faisons chaque année dans le cadre de notre partenariat avec le Festival d’Avignon.


L’accès à la médiathèque CCAS a fortement augmenté depuis le début de la crise sanitaire. Comment l’expliquez-vous ?

Nous avons en effet constaté une forte hausse du nombre de connexions à la médiathèque et de visionnages de différents supports. Dès le confinement décrété, le conseil d’administration de la CCAS et le Comité de coordination des CMCAS ont décidé un accès gratuit à l’ensemble des produits proposés par la médiathèque pour tous ses bénéficiaires. Ce sont près de 10 000 familles supplémentaires qui se sont connectées et ont pu accéder à une large gamme d’offres culturelles : des livres, des BD, des films et des documentaires, mais aussi de la musique avec des captations de spectacles, des conférences… Et, bien entendu, à un large choix dans le domaine du savoir comme des cours en ligne de tous les niveaux scolaires. Les bénéficiaires ont, de la sorte, découvert la variété et l’étendue de nos propositions. Ce panel impressionnant fait de la médiathèque CCAS un acteur original dans l’univers des plateformes culturelles numériques, avec une identité propre aux Activités Sociales. Par conséquent, nous avons décidé la prolongation de la gratuité jusqu’à fin juin.

L’accès au numérique illustré par ©Jean-Luc Boiré/CCAS

Les rencontres culturelles, très appréciées des agents, seront-elles au rendez-vous cet été dans les villages de vacances ?

Nous avons anticipé la question. Nous souhaitons maintenir la programmation, dès lors que c’est possible et en fonction des conditions sanitaires imposées. L’ouverture de nos centres de vacances est prévue fin juin avec le début des séjours d’été. Mais nous sommes dans le flou et dans l’attente des mesures gouvernementales précises. Pour l’heure, nous étudions toutes les possibilités avec les artistes. En cas de restriction de déplacements, nous pourrions, par exemple, faire appel à des artistes locaux choisis avec les CMCAS. Seule certitude, les compagnies étrangères ne viendront pas dans nos centres cette année.


La culture, c’est aussi partager ensemble une émotion sur une œuvre quelle qu’elle soit. L’accès à une culture virtuelle sur Internet, chez soi, n’aura-t-il pas un impact négatif sur l’envie et la joie d’assister in situ à un spectacle ?

Nous sommes persuadés que le mode numérique est un formidable outil qui, certes, ne remplacera jamais l’émotion ressentie lorsqu’on assiste à un spectacle vivant. La sensation ne sera jamais pareille, d’autant plus, comme c’est le cas à la CCAS, lorsque la séance est suivie d’un échange avec l’artiste. Il n’y a pas, selon nous, d’opposition ni de concurrence ; mais plutôt une complémentarité. Et plus encore, lorsque l’on a affaire à un public attentif et réceptif, comme le nôtre.

“C’est une opportunité, pour nos bénéficiaires, d’élargir leurs horizons culturels durant le confinement.”

La CCAS a toujours été aux côtés des intermittents du spectacle. En cette période difficile pour eux, comment va-t-elle leur manifester sa solidarité ?

Dès l’annulation des spectacles, la CCAS a exprimé sa solidarité auprès des intermittents du spectacle et leur a réaffirmé tout son soutien. Nous allons trouver des solutions avec les artistes, comme le remplacement ou le report des prestations par exemple, et non pas l’annulation pure et simple de leurs contrats. Nous sommes vigilant à ne pas laisser sur le carreau ces populations déjà fragiles pour la plupart. On n’oublie pas non plus, à côté des créatifs, tous les emplois annexes : régisseurs, monteurs de scène… également en grande précarité.


La pandémie a mis en lumière les dérives de la mondialisation capitaliste. Cette prise de conscience ne constitue-t-elle pas un terreau inespéré pour imaginer le monde d’après ?

Cette crise a mis en lumière la nécessité des services publics hospitaliers, de l’éducation, de l’énergie… qui ont contribué à maintenir le pays debout.

“On peut donc espérer une prise de conscience collective qui émergera pour l’après-Covid 19.”

Il faudra être vigilant à ne pas retomber dans la vie d’avant, à ne pas minimiser la force de frappe du capitalisme. Le Medef, lui, a déjà affiché sa volonté de profiter de la situation, en remettant en cause les droits élémentaires des salariés. Dans les Activités Sociales, nous avons entamé une réflexion avec des intellectuels, des artistes, des syndicalistes pour créer des espaces d’échanges autour de la problématique du monde après cette crise. Des débats pourraient être proposés dans nos centres de vacances durant les séjours d’été pour nourrir, avec les agents, une autre vision du monde après la crise sanitaire.

6 Commentaires
  1. Muriel 2 mois Il y a

    Bravo pour ces belles initiatives qui contribuent à nous maintenir les yeux, les oreilles, les horizons, l’imagination, les possibles grand ouverts !

  2. HUGUET 2 mois Il y a

    Bonjour Agent EDF en invalidité, je fais partie d’une troupe de Théâtre, nous devions nous produire au Cap D’Agde. Nous sommes référencés à la CMCAS de Valence car nous assurons depuis deux ans la galette de la SLVIE, nous sommes disposés à tourner des scènes que nous devions produire afin de faire bénéficier la CCAS de ces productions. La Troupe Sauvage de Bourg Saint ANdéol est une troupe amateur et j’étais en cours de mise en place sur la base d’un échange de productions de pièce, ateliers et porte ouverte à la répétition, contre gite et couverts des comédiens le temps d’un week end !! J’ai fais part de notre projet de tourner des scènes de nos répétions de 2020 0 LA Cmcas de Valence afin de tourner au Domaine des Roches et d’avoir du soutien technique. Courage à tous vive le Théâtre et la culture pour tous.

  3. Fatou Pascal 2 mois Il y a

    “Nous allons trouver des solutions avec les artistes, comme le remplacement ou le report des prestations par exemple, et non pas l’annulation pure et simple de leurs contrats. Nous sommes vigilant à ne pas laisser sur le carreau ces populations déjà fragiles pour la plupart.”
    Cette volonté nationale de LA CCAS, faisons de même pour l appliquer en slvie des Cmcas.

  4. muret Muret 2 mois Il y a

    c’est une très bonne initiative pour nous familiariser un peu plus avec le numérique(surtout pour certains retraités peu adeptes d”internet)!

  5. Charles-Henri MARICEL 2 mois Il y a

    Je suis un agent EDF à la retraite et responsable d’une association qui propose une forme de théâtre de lecture qui devraient largement trouver sa place par ces temps de confinement. Je vous invite à cliquer sur le lien ci-après: http://maricelbaltus.unblog.fr/3-oeuvre-theatrale/3-5-theatre-de-lecture-teat-kolbo/

    Bonne lecture
    Chh MARICEL

  6. GREGOIRE 2 mois Il y a

    Je remercie la CCAS pour les idées et la solidarité qu’elle apporte pour les rencontres culturelles ainsi que l’ouverture de la médiathèque pour tous.
    Espérant que mon encadrement sur les Centres de vacances CCAS ne sera pas annulé cet été ce qui pourrait remettre en cause leurs ouvertures .
    Fraternellement

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

13 + 17 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?