[Vidéo] Électriciens et gaziers en France : histoire et actualité du mouvement social

En parcourant plus d’un siècle d’attaques et de luttes dans la branche des Industries électriques et gazières, l’historien Stéphane Sirot apporte un éclairage qui permet d’arrimer les enjeux sociaux contemporains de la branche à son histoire sociale.

On sait que “celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre”, comme le notaient Marx et Engels. Et c’est pourquoi le livre de l’historien Stéphane Sirot, professeur à l’université de Cergy-Pontoise, intéressera tous les syndicalistes, et plus largement tous les salariés des Industries électriques et gazières (IEG). Comment, en effet, s’opposer à la précarité qui gagne les métiers des IEG, aux remises en cause du statut de leurs salariés ou encore aux critiques du supposé gaspillage de leurs Activités sociales, sans en connaître l’histoire ? Car, souvent, il n’est rien de nouveau sous le soleil.

Les critiques de la gabegie supposée des Activités sociales des salariés de l’énergie sont ainsi aussi anciennes que lesdites Activités. Pourtant, les salariés des IEG sont parvenus, en plus d’un siècle de luttes, à se tailler une place à part parmi les salariés français, avec des conditions de travail incontestablement meilleures.

“Les acteurs des Industries électriques et gazières sont parvenus à forger un univers original, presque systématiquement situé en première ligne du progrès économique et social”

Le livre de Stéphane Sirot, recueil de treize articles écrits ces dernières années par ce spécialiste reconnu du syndicalisme, parcourt toutes les étapes du progrès apporté par les Activités sociales de l’énergie. Pour les résumer à grands pas, il y a d’abord l’anarcho-syndicalisme de la Belle Époque, emmené par Émile Pataud, qui n’hésite pas à recourir aux coupures de courant dans Paris pour obtenir satisfaction ; et notamment un statut, sans équivoque le meilleur qui soit, à l’époque, pour les ouvriers. Puis la conquête de la nationalisation, sous la houlette de Marcel Paul, syndicaliste et ministre en charge du gaz et de l’électricité (une “double casquette” très rare dans l’histoire sociale de la France), et la construction d’un service public. Et enfin, la remise en cause de ce modèle, sous la pression des directives européennes de 1996 et 1998 poussant à l’ouverture à la concurrence, que Stéphane Sirot analyse comme un échec majeur du mouvement syndical, l’obligeant à repenser ses moyens d’action.

L’histoire sociale est aujourd’hui trop souvent le parent pauvre de la recherche historique, qui préfère les thèmes plus en vogue de l’histoire des cultures ou des représentations. Le livre de Stéphane Sirot nous offre une belle leçon d’histoire sociale, attentive aux luttes, à leurs espoirs, aux valeurs dont elles étaient porteuses. De quoi méditer les leçons de l’histoire, et en sortir armé pour en écrire de nouvelles pages.


Pour aller plus loin

Électriciens et gaziers en France. Une histoire sociale, XIXe-XXIe siècles, par Stéphane Sirot, éd. Arbre bleu, 2017, 270 p., 25 €.

Lire l’introduction et la table des matières.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

15 − 14 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?