Bons souvenirs d’Aimargues

La Camargue, ses étangs et roselières, est une véritable réserve naturelle d’oiseaux et d’animaux sauvages. ©Joseph Marando/ CCAS

De la découverte de la culture camarguaise aux rencontres insolites, sans oublier mes échanges avec les autres vacanciers, mon premier séjour avec la CCAS au centre de tourisme d’Aimargues, restera, pour mes filles et moi, à part. De ceux qui incitent à revenir sur place ou à repartir vers cet “inconnu” très vite devenu familier.

Tout d’abord, cette impression de bout du monde. Découvrir Aimargues, c’est un peu comme toucher du doigt l’univers du plat pays. Celui de la petite Camargue, de ses roseaux, ses taureaux et chevaux, postés là, dans la “pampa” qui jouxte les gîtes du centre de vacances.

À la gare de Lunel, le chauffeur de taxi, Camarguais d’adoption, m’avait prévenu : “Oui, je connais le Mas de Torras ! J’y emmène parfois des vacanciers ; c’est un très bel endroit, mais très excentré !” Après cette assertion, j’ai regardé mes filles, Maya, 11 ans et Isia, 9 ans, dans le rétro. Entre inquiétude et excitation, elles repensaient sans doute à la multitude de questions posées avant de partir, restées volontairement sans réponse de ma part. “Les filles, on va à Aimargues dans un centre de vacances CCAS !” Vers l’inconnu et ses vertus émotionnelles, surtout chez les enfants.

L’équipe du centre de vacances a à coeur de faire découvrir les traditions régionales. ©Stéphane Alesi/CCAS

Et à Aimargues, ce fut le cas. Notamment pour Isia, perdue dès le premier soir, lors d’un banal contrôle d’identité… : “Comment tu t’appelles ? Timéa. Moi, c’est Isia. On joue ?” Simple formalité d’usage à des fins poétiques pour les gamins, qui génère ensuite des rituels matinaux et des phrases redondantes : “Papa, je vais voir Timéa au parc, et je reviens pour voir le programme d’activités.” Pas de souci, ma fille ! Comment en avoir d’ailleurs, tant l’accueil, en ce dimanche, fut digne et chaleureux de la part de l’équipe du centre. Avec instantanément cette impression d’entrer dans un monde à part, une sphère où règnent la considération et la convivialité.

Un monde à part

C’est en feuilletant le programme d’activités, lovés dans notre gîte – le dernier au bout du couloir, sorte de chaumière qui donne sur l’éternité des champs… et sur le calme absolu – que l’on comprend d’où vient cette impression. Outre qu’il sera difficile d’esquisser un plan d’attaque pour ces quelques jours, tant il y a pléthore de possibilités, pour tous les goûts, les profils et les âges, on sent d’emblée que les vacances ici offrent un certain contenu et ses valeurs.

Une impression que l’exposition consacrée aux 80 ans de la Retirada (aperçue le premier soir dans la salle du Mas) mais aussi les nombreux livres sur la Camargue (posés à côté du classeur d’animation), et le documentaire sur la région et ses traditions (commenté de façon magistrale par Julien, animateur culturel, et Monique, bénévole) viennent corroborer.

L’équipe du centre de vacances a à cœur de faire découvrir la région aux vacanciers. Ci-dessus : le Grau du Roi, à une vingtaine de kilomètres d’Aimargues.

Là, on se dit qu’il faut se lancer dans cette cavalcade camarguaise ! Et les filles et moi allons le faire, à l’intérieur du centre comme à l’extérieur. Pour des images fortes, des rencontres insolites, des moments de grâce et des liens certes éphémères, mais partie intégrante de cette parenthèse estivale humaine et émancipatrice. Pour être interpellé, impressionné aussi par cette harmonie entre une région et la CCAS, son équipe et ses intervenants.

Les valeurs chevillées au corps

À Aimargues, casser les préjugés, bannir les différences et échanger, vivre ensemble et comprendre pour être plus armé contre la bêtise, souvent conséquence de l’ignorance, sont, semble-t-il, des valeurs chevillées au corps de tous et toutes. Des valeurs magnifiées par les performances individuelles ou collectives. Et ça me plaît. La performance du slameur Govrache, qui déclamera, dans un cadre minimaliste, un soir de rencontre culturelle, l’étendue de sa colère contre “cette drôle de société”, fut assez vibrante. Et audible même en vacances !

Et que dire de la partition de Julien, toujours lui, l’érudit “pourfendeur de l’insuffisance aggravée” ? Avec lui, la visite du Cailar, village à proximité du centre, ses vestiges, sa culture, le poids de la religion, celle de la tour Carbonnière, un peu plus loin, et sa vue panoramique exceptionnelle, ou encore la sortie à Vauvert, pour assister à la course camarguaise, sont autant des secrets d’histoire et de traditions dévoilées que des leçons de vie actuelles. Et les ruades, les courses (et les chutes aussi) des taureaux, les esquives des raseteurs et tourneurs ont presque un côté lyrique.


Lire aussi
En Camargue, la nature et l’homme


Les fêtes votives, populaires dans le Midi, promettent de beaux spectacles taurins. ©Getty Images/iStockphoto

Lors de notre dernière soirée, organisée dans une manade (pour une plongée initiatique et gastronomique, tout en convivialité, chez un éleveur de taureaux), j’ai retrouvé Anne, “la mitrailleuse” parisienne des arènes, de la course camarguaise. Toujours avec son grand objectif autour du cou, mais sans clichés.

Autour d’un apéro presque “démesuré”, on a discuté… “Nous, c’est la première fois qu’on vient ici. Je pense que cette façon de découvrir une région n’est possible qu’avec la CCAS. Il y a un tel état d’esprit, une telle richesse dans le programme. Et puis le fait que les animateurs soient locaux, ça aide. Aussi pour mettre l’ambiance et créer cette communion avec les autres bénéficiaires. Non ?” J’ai acquiescé.

Au fil des rencontres humaines

Comment ne pas le faire ? Et ne pas repenser à ce repas en commun, cette soirée dansante, où les ados de la colo voisine ont rejoint la troupe des grands, des plus vieux et des plus petits, où les facéties de Stella, 2 ans et demi, ont suscité une sorte de bienveillance naturelle chez mes filles… À Germain et Géraldine, les Normands, amoureux de la Camargue et du Mas de Torras, au point d’y revenir pour la deuxième fois consécutive. À Alexis et Théo, les deux intervenants handisport, dont le parcours de basket-fauteuil ont eu le mérite de monopoliser pas mal de temps à Isia. Et à la posture de Philippe, retraité, ancien hydraulicien et intervenant sarbacane dévoué, un de ces matins où Maya planta dans le mille.

Les activités sportives, valides et handisport, ravissent les filles.

“Moi, je suis dans mon élément ici, me confie Philippe. J’interviens dans le cadre du Par et du Pour, mais j’ai de toute façon toujours eu cette vocation à faire partager aux autres ma passion. Sans la transmission du savoir, on n’est rien.” Alors au moment de partir, lorsque le chauffeur de taxi (le même, bien sûr, qu’à l’aller), nous a demandé : “Alors, ces vacances ?”, à l’arrière, il y eut un silence. Évocateur sans doute d’une certaine mélancolie. Et pour ma part il y eut un profond soupir, une grande respiration avant la narration.


En savoir plus

Le centre de vacances d’Aimargues. ©Joseph Marando/CCAS

Vos Activités Sociales vous invitent à séjourner au centre de vacances d’Aimargues, et ce dès le printemps. Au Mas de Torras, inauguré en 1990 et rénové entièrement en 2013, 36 gîtes des plus agréables. Le point de départ idéal pour visiter Camargue et la Petite Camargue, avant de se détendre en fin de journée auprès de la piscine.

Grâce aux partenariats développés, de nombreuses découvertes et activités y sont proposées : Camargue vue du ciel avec les pilotes de l’Aneg, balades équestres, spectacle… À Aimargues, petite ville pleine de charme, ne manquez pas le château de Teillan.

Centre de vacances CCAS
Le Mas de Torras
30470 Aimargues
Tél. : 04 66 88 67 95

Voir tous les séjours disponibles dans ce centre de vacances

CMCAS Languedoc
17, rue du Pont-de-Lattes
34070 Montpellier
Tél. : 0 810 170 700
Site internet : languedoc.cmcas.com


mediatheque

Réservation, catalogues, séjours en France ou à l’étranger… : bienvenue dans la rubrique Vacances du site ccas.fr

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

dix-huit − quinze =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?