Développer le tourisme social

Michaël Fieschi Président de la CCAS et Laurent Salançon Président de la CMCAS Languedoc lors de l'inauguration du Cap d'Agde © Joseph Marando/CCAS

Michaël Fieschi, président de la CCAS (à d.), et Laurent Salançon, président de la CMCAS Languedoc (à g.), lors de l’inauguration du centre de tourisme du cap d’Agde © Joseph Marando/CCAS

Venu inaugurer le centre de vacances rénové du cap d’Agde, Michaël Fieschi, président de la CCAS, rappelle le rôle moteur des Activités Sociales dans l’économie locale et réaffirme le droit aux vacances pour tous.

La saison estivale a débuté. Cependant, et vous le rappeliez le 26 mai dernier dans une lettre ouverte aux bénéficiaires, la dotation 2014 du 1 % des Activités Sociales a été amputée de 35 millions d’euros. Quelles en seront les conséquences cet été ?

Michaël Fieschi :Tout d’abord, je tiens à redire que cette décision unilatérale des employeurs est inacceptable. Cependant, nous avons voulu que cela n’ait pas d’impact sur l’organisation des vacances cet été. L’ensemble de notre réseau est ouvert. Vous serez encore des dizaines de milliers à partir en vacances avec les Activités Sociales et plus de 16 000 jeunes partiront en colos. Après, il est évident que cette question de la transparence sur la collecte du 1 % sera discutée abondamment lors des réunions d’accueil, de la cinquantaine de rencontres des élus dans les centres de vacances. En conséquence de cette décision incompréhensible des employeurs, nous aurions très bien pu, par ricochet, décider d’augmenter de 18 % l’ensemble de nos tarifs. Cette logique n’est pas la nôtre. Les Activités Sociales appartiennent à l’ensemble des salariés et retraités des Industries électrique et gazière. Elles seront ce que nous en ferons tous ensemble. Un dernier mot : je mets au défi n’importe quel chef d’entreprise, dirigeant d’une structure dotée d’un budget d’exploitation de près de 388 millions d’euros, de naviguer à l’aveugle sans pouvoir se projeter à cinq ans. Depuis deux ans avec les élus du Comité de coordination des CMCAS, qui je dois le rappeler reçoit et répartit le 1 %, nous demandons au gouvernement de fixer des règles claires et transparentes. Cela ne se fera pas sans une mobilisation de tous.

Le 29 juin, vous avez inauguré le centre de tourisme entièrement rénové du cap d’Agde et en juillet vous serez à Sérignan.

Michaël Fieschi : Oui, et j’en suis très fier. Au total, ce sont près de 20 millions d’euros que nous avons investi dans cette région, sans aucune aide de l’État. Car, faut-il le rappeler, contrairement au tourisme « marchand », le tourisme social ne bénéficie pas de l’aide à la pierre ! En Languedoc, mais comme dans toutes les régions où nous sommes présents, les Activités Sociales sont des acteurs économiques incontournables dans de nombreuses localités. Le champ d’intervention de la CCAS et des CMCAS ne se limite pas aux vacances. Partout où nous sommes présents, elles sont l’occasion de nombreuses actions originales qui enrichissent le tissu social des entreprises et de la société. À l’heure où des centaines de festivals culturels ont disparu de la carte de France, nous demeurons le premier diffuseur de spectacles vivants en France, organisateur de Contre Courant à Avignon, partenaire des Francofolies, du festival de Douarnenez pour ne citer que ces exemples. En faisant travailler les commerces à proximité de nos centres de vacances, en employant des centaines de saisonniers, nous contribuons au maintien d’un vrai tissu économique local et au maintien de l’emploi. C’est aussi pour ces raisons que je me bats pour le développement du tourisme social.

Un exemple ?

Michaël Fieschi : Je n’en prendrai qu’un mais qui je pense, illustre bien le modèle économique que nous mettons en œuvre : Dives-sur-Mer dans le Calvados. Ce centre de tourisme, propriété à 87 % des électriciens et gaziers, situé entre Caen et Deauville, a été inauguré en juillet 2011. Depuis sa création, la gestion de ses 90 chalets a été confiée à notre partenaire TLC Vacances, ce qui nous permet d’accueillir en vacances des collègues cheminots, mais aussi du Secours populaire français, etc. En mai 2013, 54 familles d’agents ont passé un séjour dans un gîte que nous avions « préacheté ». L’an passé à la même période, 89 familles ont réservé directement auprès de notre partenaire. Cette tendance est similaire pour l’ensemble des centres Campéole – qui appartient avec la CIAT aux électriciens et gaziers –, les centres CEVEO, Touristra ou encore VVF. Au 1er juin, ce sont plus de 3 158 familles d’électriciens et gaziers qui partiront avec nos 24 partenaires du tourisme social.

Au regard de l’actualité en France et en Tunisie, vous tenez à réaffirmer les valeurs des Activités Sociales.

Michaël Fieschi : Oui. En janvier dernier, nous avons arboré le badge « Je suis Charlie » après les attentats de Paris. Ce qui vient de se passer en Tunisie ou en Isère doit nous faire réfléchir sur le sens de la société que nous voulons construire. Avec force, nos valeurs de solidarité, de dignité et de justice doivent être rappelées avec détermination. Lorsque que l’on crée les conditions pour que près de 250 000 personnes se retrouvent dans nos centres de vacances ou colos, c’est bien le vivre ensemble qui est en jeu. Les questions de la laïcité et de la lutte contre les discriminations seront au cœur de nos rencontres nationales des Act’éthiques, mais elles se poseront aussi dans chacune de nos activités sportives avec les semaines #Soyezsport, sorties découvertes régionales, repas pris en commun. Ensemble, faisons les vivre. Bonnes vacances à tous.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

quinze + 18 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?