[En images] À Baume-les-Dames, éducation rime avec amusement

Festival familial Les jeunes et les enfants d’abord ! au centre de vacances de Baumes les Dames (Doubs), les 18 et 19 mai 2019. ©Didier Delaine/ CCAS

Le temps d’un week-end, les 18 et 19 mai derniers, les frontières entre enfants et adultes ont été abolies. Le festival Les Jeunes et les Enfants d’abord !, organisé par les CMCAS de l’est à Baume-Les-Dames (Doubs), a mis à l’honneur l’éducation populaire avec un programme réjouissant à destination des petits comme des grands.

Ce festival, dont les précédentes éditions ont eu lieu au Cap d’Agde et à La Ville du bois, rassemble habituellement plusieurs CMCAS autour d’un même projet jeunesse. Il n’aurait pu cette fois avoir lieu sans l’implication des différents présidents de CMCAS de l’est, réunis ici pour marquer le coup. De gauche à droite, Frédéric Guth (CMCAS de Mulhouse), Sébastien Germain (CMCAS Lorraine Sud Haute-Marne), Didier Voitot (CMCAS Franche-Comté) et Jérôme Tixier (CMCAS Bourgogne).

©Didier Delaine/ CCAS

Avant le concert-spectacle clôturant ces deux jours de festivités, Didier Voitot et Sébastien Germain prennent la parole pour faire part de leur fierté d’avoir accueilli le festival et en profitent pour défendre un modèle social permettant à tous d’accéder à la culture. Difficile toutefois de garder son sérieux avec les pitreries du trio de la compagnie Terra Luna.

Fondateur de la compagnie, Sébastien Barberon, que l’on pourrait prendre pour le fils caché de Buster Keaton et Darry Cowl, fait ici office de Monsieur Loyal. Flanqués de ses deux acolytes, il sert de guide aux spectateurs, les entrainant parfois dans ses facéties.

Les jeunes festivaliers n’ont que l’embarras du choix parmi les activités proposées : escalade, confection de cerfs-volants, jeux d’adresse… De quoi se dépenser entre chaque spectacle.

“Quand j’étais petit, je voterai” est un spectacle écrit aux lendemains des élections présidentielles de 2002 mettant la politique et les vicissitudes d’une campagne électorale y sont mises à hauteur d’enfant. A la veille des élections de délégués de classe, Anar décide de se présenter pour faire barrage à Cachot, la brute de la cour de récré, pour les beaux yeux de Lune. Les coups fourrés se multiplient tout au long de cette pièce qui, dix-sept ans après sa création, n’a rien perdu de sa justesse.

©Didier Delaine/ CCAS

Théo et Jéremy, membres de l’association Break the Floor, animent un atelier hip-hop permettant aux enfants d’apprendre les techniques de base du breakdance comme le “scratch” ou le “spin”.

©Didier Delaine/ CCAS

“A l’ombre d’un nuage”, spectacle aérien et sensoriel pour les tous petits, a été créé par la compagnie En attendant en collaboration avec l’illustrateur Vincent Godeau. “À première vue, on est persuadé que ce spectacle est simple à jouer. Pourtant, cette simplicité ne rend la performance que plus difficile. C’est ce qui m’a plu lorsque j’ai repris le flambeau”, confie la comédienne Aurélie Varrin.

À l’atelier minilab itinérant de l’ASTS (Association science technologie société), les enfants peuvent s’essayer à l’impression en 3D. Muni d’un scanner manuel, les animateurs réalisent un moulage numérique du visage. Une fois les derniers détails réglés, on laisse la machine faire le reste. Les plus créatifs peuvent laisser libre cours à leur imagination et concevoir des objets de toutes sortes.

©Didier Delaine/ CCAS

“Contagion” est un spectacle mis en scène par la compagnie Italique, d’après un texte de l’écrivain François Bégaudeau. Confronté successivement à un adolescent porté sur les théories du complot, un rédacteur en chef cynique et un metteur en scènecherchant obstinément un sujet coup-de-poing, Stéphane, ancien prof, interroge les rouages de la radicalisation, les emballements de la machine médiatique, et la capacité de chacun à agir, nous invitant par la même occasion à faire de même.

©Didier Delaine/ CCAS

Le bal donné samedi soir est l’occasion pour la petite Olicia de se trémousser au son de standards du rock interprétés par les Castle Dolls.

©Didier Delaine/ CCAS

Plongée dans les années 1920 avec le spectacle musical Rag’n’Boogie.A travers l’histoire du ragtime et du boogie-woogie, ancêtres du jazz, le pianiste Sébastien Troendlè nous raconte celle des afro-américains et de leur lutte pour l’émancipation, dont la musique fut l’un des principaux instruments.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

neuf − 3 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?