Grégory Baugé : “Champion olympique, ce serait le bouquet final !”

Grégory Baugé, 34 ans : “J’échangerais tous mes titres pour une seule médaille d’or olympique” ©FFC/ Patrick Pichon

Neuf fois champion du monde de cyclisme sur piste, le Guadeloupéen rêve d’une médaille aux Jeux de Tokyo 2020. Confidences avant de monter dans l’avion pour les championnats du monde à Pruszków (Pologne), du 27 février au 3 mars, à suivre sur France Télévisions.

Autobio express

“Je suis né en 1985 à Maisons-Laffitte, dans le 78. J’ai grandi avec mon père et mes deux soeurs, j’étais le cadet de la famille. Mon premier sport a été le football à l’âge de 9 ans. C’était surtout pour être avec mes copains. Mais j’ai arrêté au bout de 3 mois.

Je voulais faire du vélo mais mon père n’était pas d’accord car il avait payé ma licence à l’année. J’ai attendu un an avant de rejoindre mon premier club, à Aubergenville, à côté de la maison. Je débute donc le vélo en club en septembre 1995. Je commence en école de cyclisme où on m’apprend toutes les disciplines.

Sincèrement, la piste ne m’intéressait pas quand j’ai commencé. Jusqu’à découvrir des sensations de vitesse incroyables lors d’un championnat régional à Saint-Denis (93).Le déclic arrive en 2001 quand je participe au championnat de France sur piste. Je suis un petit cadet et je me retrouve aux côtés de grands noms de ce sport comme Florian Rousseau ou Arnaud Tournant.Je découvre l’univers du cyclisme sur piste. L’ambiance générale me plaît. Je sais maintenant ce que je vais faire. Les résultats vont suivre.”

Dans les biographies qui vous sont consacrées, une ligne saute aux yeux : “Premier pistard noir en équipe de France”. Quel sentiment cela provoque chez vous ?

Je n’en sais trop rien, je ne fais pas attention à ça. Depuis tout petit, et depuis que je fais du sport, je me donne à fond pour gagner. C’est tout. Beaucoup de personnes me demandent comment j’avais réussi dans un sport où il n’y a que des blancs. J’ai eu la chance d’intégrer l’Insep (Institut national du sport et de l’expertise de la performance, ndlr), et j’ai démontré que j’avais les tripes, la volonté de réussir au plus haut niveau. On m’a donné la chance de réussir et j’ai travaillé et travaillé encore pour y parvenir.

Je sais que certains Blacks sont très attachés à ma réussite. Je suis un modèle pour eux et je reçois souvent des messages qui me disent que, grâce à moi, ils ont franchi des étapes dans leur vie professionnelle et personnelle. Je suis fier de ça. Mais, jamais, je me dis : “Je suis un Black, je dois montrer aux autres ma valeur”. Moi, je veux juste gagner des courses.

Avec 10 ans de recul maintenant, pouvez-vous nous dire pourquoi et comment vous êtes devenu champion du monde individuel en 2009 ?

Avant ce titre, je suis passé par des moments forts, mais aussi par des moments de doutes. La qualité d’un champion est de se servir de ses échecs pour rebondir. Le moins d’échec étant le mieux (rires). Je suis parvenu à tirer du positif de mes défaites pour mieux gagner ensuite.

En 2009, je suis double champion du monde individuel après sept ans de travail. Quand je suis arrivé en équipe de France, j’ai très vite progressé. Je suis champion du monde par équipes à 20 ans (en 2006, ndlr). J’ai du talent, le physique, mais pas de mental. Fin 2006, j’ai fait appel à une psychologue pour être mieux préparé. Ça m’a transformé.

Le haut niveau, ce n’est pas que le physique, ça se joue beaucoup dans la tête. Je suis médaille d’argent olympique en 2008 et, donc, champion du monde l’année suivante. 2009, c’est ma victoire, c’est aussi celle de ma famille, de toutes les personnes qui m’ont permis d’arriver là, et de Florian Rousseau qui est devenu mon entraîneur.

Palmarès

Champion du monde de vitesse par équipes (2006, 2007, 2008, 2009 et 2015)
Champion du monde de vitesse individuelle (2009, 2010, 2012 et 2015)
Médaillé d’argent olympique en vitesse individuelle (2012)
Double médaillé d’argent olympique en vitesse par équipes (2008 et 2012)

Vous semblez taillé pour la course en équipes : six fois champion du monde par équipes et double médaillé d’argent olympique par équipes. Comment traduisez-vous cette solidarité dans un sport pourtant individuel ?

Je suis avant tout taillé pour le sprint. En individuel ou en équipes. Et je n’ai jamais fait de distinction dans les catégories. Forcément, la course par équipes est une addition d’athlètes qui réussissent à bien s’entendre et à courir chacun pour les autres.

J’ai couru pendant des années avec Arnaud Tournant et Michaël Bourguin, puis avec Kevin Sireau et Kevin d’Almeida. On se connaissait tous très bien. On était bon dans tout ce qu’on devait faire ensemble. On se conseillait, on échangeait, on s’encourageait.

J’ai fait une Coupe du monde avec le jeune Sébastien Vigier (20 ans) l’an dernier. On formera peut-être l’équipe de France aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Il va falloir beaucoup courir ensemble pour apprendre à mieux se connaître.

A 34 ans, comment vit-on et partage-t-on avec la nouvelle génération et des talents tel Sébastien Vigier que vous citez justement ?

Je suis de nature à échanger, à discuter avec tout le monde et avec les jeunes. C’est ce qu’ont fait Arnaud Tournant et Florian Rousseau avec moi quand je suis arrivé en équipe de France.

Je suis là pour donner des conseils aux jeunes. Pour discuter, offrir des clefs pour qu’ils progressent plus rapidement. Ma génération n’est pas la même que celle d’aujourd’hui (sourire). Je dois m’adapter. Avoir un autre langage (rire) ! Il faut connaître les mots de la génération d’aujourd’hui pour bien faire passer les messages importants.

Je suis quelqu’un d’ouvert. J’aime prendre mon temps pour transmettre les bons conseils, pour mettre à l’aise tous ces jeunes. J’essaye de leur faire comprendre que ce n’est que du sport, et qu’il y a des choses plus importantes dans la vie. Mais qu’à partir du moment où tu portes les couleurs de l’équipe de France, il faut être prêt le jour J. Et pour cela, il faut du travail, beaucoup de travail.

“J’échangerais tous mes titres pour une seule médaille d’or olympique”

Dans quel état d’esprit attaquez-vous ces Mondiaux sachant que votre dernier titre remonte à 2015 ?

Je suis dans l’état d’esprit de réaliser la meilleure performance française sur ces Mondiaux. Avant de parler de médaille, nous, coureurs, voulons battre notre meilleur chrono. Les coaches et le staff, eux, veulent la médaille (sourire).

J’ai assez d’expérience et je suis suffisamment réaliste pour dire qu’on doit aller chercher notre meilleur temps, si on veut continuer de parler des Jeux olympiques 2020. On a tous envie de très bien faire. Et si on fait tout très bien, qu’on bat notre record, on sera médaillé. Voire plus.

Il y a eu beaucoup de courses internationales ces derniers temps, on connait tous nos adversaires. En tout cas, j’ai vraiment hâte d’y être pour donner mon maximum, tout simplement.

“Gagner un titre olympique est ce qui me fait encore avancer aujourd’hui, à 34 ans.” ©FFC/ Patrick Pichon

Vous avez clairement annoncé vouloir participer aux JO de 2020. L’or olympique est le seul titre qui vous échappe. Pourquoi est-il si important ?

Il n’y a rien au-dessus ! C’est le titre le plus prestigieux dans mon sport, dans tous les sports olympiques. Vous pouvez être 15 millions de fois champion du monde, il existera toujours un manque si vous n’avez jamais été champion olympique !

J’échangerais tous mes titres de champions du monde, toutes mes victoires, tous mes trophées pour une seule médaille d’or olympique ! Il n’y a pas photo. Regardez la notoriété des athlètes qui ont été champions olympiques. C’est une compétition à part, qui est unique car elle n’a lieu que tous les quatre ans.

Malheureusement, jusqu’en 2016, on n’a pas pris réellement conscience en France qu’il y avait un fossé entre viser les JO et se donner les moyens d’y parvenir. Le dernier titre olympique français en cyclisme sur piste remonte à 2000 (4 médailles d’or à Sydney, ndlr). Un titre à Tokyo récompenserait toutes les personnes qui m’ont offert 5, 10, 15 % de leur temps dans ma préparation. Champion olympique, ce serait le bouquet final ! Ça couronnerait tout ce que j’ai fait. J’ai coché les JO quand je suis arrivé dans le vélo. C’est ce qui me fait encore avancer aujourd’hui, à 34 ans.

Vous sentez-vous mûr pour aller chercher cette médaille d’or à Tokyo ?

Je suis assez croyant, je dirais donc : Dieu décidera. Je suis en lice pour représenter la France et aller chercher le titre olympique. Avec mon expérience, avec la frustration des derniers Jeux (Rio 2016, ndlr), je suis prêt. Je ne sais pas si je serai à Tokyo, ni dans quelle catégorie.

Je suis encore plus réaliste, je connais l’univers sportif, et toute ma volonté ne me garantit rien. Mais je n’aurais pas fait mon retour (après un break d’un an au lendemain des JO de 2016, ndlr), si je ne croyais pas en mes qualités et en mes chances d’aller chercher ce titre.

“Quand j’appuie sur la pédale, tous les Français appuient avec moi”

Qu’est-ce que cela représente de porter le maillot bleu ?

Oh ! C’est une énorme fierté ! Quand tu es petit, tu ne te dis pas que tu voudrais porter les couleurs d’un club. Tu te dis que tu veux porter les couleurs de ton pays. J’ai encore le souvenir du jour où j’ai reçu ma première tenue de l’équipe de France. C’était quelque chose. On était quelques années après la coupe du monde de football de 1998. J’avais des étoiles dans les yeux. Représenter la France, ce n’est pas donné à tout le monde.

C’est une fierté pour toi, pour ta famille. Tu vas représenter ton pays, tes racines, c’est énorme. Être en bleu aux Jeux olympiques, c’est encore mille fois plus fort que tout. Tu sais la ferveur qu’il y a et tous ces gens qui sont derrière toi. Chaque personne que tu croises, tes amis, tes voisins, des gens que tu ne connais même pas, toutes sont derrière toi. Alors, quand je suis sur mon vélo, que j’appuies sur la pédale, je sais que tous les Français appuient avec moi.

Équipe de France de cyclisme sur piste. ©FFC/ Patrick Pichon

L’équipe de France est-elle une seconde famille pour vous ?

Je ne dirais pas ça. Je fais la part des choses. C’est quelque chose de très important. Je côtoie mes coéquipiers tous les jours. Mais c’est pour un objectif sportif. On échange, on discute, on s’entraîne et on vit des moments forts ensemble. Mais ce n’est pas une seconde famille. Il y a certaines personnes qui sont très proches, comme Mickaël d’Almeida. Il est devenu mon meilleur ami. Mais j’ai dépassé la barrière du sport dans ma relation avec lui. L’équipe de France, c’est mon boulot.

“Rien ne changera pour ma famille”

Concernant votre propre famille, quelle a été la part de son soutien dans votre carrière ? Est-elle aujourd’hui encore présente à vos côtés dans vos choix, votre réussite ?

Oui, on est très proche. Depuis tout petit, mon père, mes sœurs, mes oncles, tantes et cousins sont là. Ma famille de Guadeloupe aussi. Je suis né et j’ai grandi en métropole mais la Guadeloupe est en moi, et c’est une force. Ma famille m’a toujours soutenu. Dans les bons moments comme dans les moins bons.

La dernière olympiade n’a pas été toute rose. J’ai vécu des choses très dures. Je n’étais pas bien et ma famille n’était pas bien. Ça m’a embêté de tous les voir comme ça pour moi. Mais rien ne changera : que je gagne ou pas, ils seront toujours très fiers de moi.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

17 − 1 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?