Hydraulique : ouvrons les vannes du débat

Rassemblement à l’initiative de la CGT, sur le barrage de Roselend pour le maintien du service public lors du passage du tour de France cycliste. ©Didier Delaine/CCAS

Les énergéticiens ont investi le barrage de Roselend à l’occasion du passage du Tour de France, le 18 juillet.

Le barrage de Roselend (Savoie), ses 150 mètres de hauteur et son réservoir émeraude de 320 hectares. Difficile de trouver plus belle caisse de résonance pour des hydrauliciens en quête de soutien dans leur lutte contre les projets gouvernementaux de privatisation. Surtout un jour de passage du Tour de France sur ce joyau de l’histoire industrielle française, construit entre 1955 et 1962. Hydrauliciens, conducteurs nucléaires, agents du thermique, distributeurs, transporteurs, commercialisateurs… Les différentes branches de la famille des IEG ont répondu présent, ce 18 juillet à l’initiative de la CGT Energie Savoie. Une “journée citoyenne” tournée vers le public, celui qui se presse tous les jours sur les routes de la grande boucle.

“La bataille contre la privatisation des concessions hydrauliques et pour l’harmonisation des services publics est plus que jamais nécessaire”, estime Sébastien Menesplier, secrétaire général de la FNME-CGT. Un rapport d’experts (salariés d’EDF) remis en mai dernier à la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale montre les nombreuses menaces que fait peser la mise en concurrence des concessions hydrauliques sur l’intérêt général.

Éveiller la conscience des Français

Comment mener cette bataille du service public ? En “éveillant les consciences” des Français, répond Fabrice Coudour, de la CGT Energie Savoie, organisateur de l’événement. Et en tentant de convaincre les députés du danger des orientations prises par l’exécutif. Car le combat ne se limite pas à l’électricité et au gaz, comme le montre la présence de quelques cheminots auprès des énergéticiens ce 18 juillet. Egalement présent sur le barrage de Roselend, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez prépare justement, avec d’autres organisations syndicales, une journée de mobilisation interprofessionnelle fin septembre. La rentrée sera chaude, promet pour sa part Sébastien Menesplier.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

vingt − huit =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?