L’avenir des Activités Sociales en négociation

© P.Charriau/CCAS

© P.Charriau/CCAS

Les négociations ouvertes au mois de septembre entre gouvernement, syndicats et entreprises, s’avèrent cruciales pour les Activités Sociales de l’énergie. Ce sont les plus importantes depuis 1964 et la reprise aux employeurs historiques EDF-GDF de la gestion par les seuls représentants des fédérations syndicales. Financement, restauration méridienne, personnels, « moyens bénévoles  » et gouvernance seront les cinq points à l’ordre du jour des discussions tripartites. Croire que la pérennité des Activités Sociales de l’énergie sera assurée sans une forte mobilisation des salariés et des retraités est pure illusion.

Après six mois de préparation, l’ensemble des parties – fédérations syndicales, employeurs de la branche et représentants de l’Etat – dressent le même constat : « Le modèle est actuellement dans une situation de crise importante, pour des raisons liées au mode de financement et au bouleversement du paysage de l’énergie, et parce qu’il doit aussi s’adapter à l’évolution des attentes des bénéficiaires », peut-on lire dans un rapport rédigé à l’issue des premiers échanges.

Depuis les années 2000, le secteur de l’énergie connaît de grands bouleversements. À la création du monopole public d’après-guerre s’est substituée la logique néolibérale menant à l’éclatement des deux grandes entreprises EDF et GDF et à l’ouverture des marchés européens de l’énergie. La libéralisation de cette branche industrielle a favorisé l’arrivée de nouveaux acteurs, la constitution de nouvelles filiales et l’embauche de nouveaux salariés hors statut. Le constat est clair. Ces nouveaux entrants ne contribuent pas au financement des Activités Sociales. La filialisation de pans entiers d’activités au sein des entreprises historiques est également hors champ du 1 %. La chute des prix de l’électricité sur les marchés européens fragilise les opérateurs historiques que sont EDF et Engie. Tout cela impacte le fonds du 1 % qui a vu ses ressources diminuer de 70 millions par rapport à 2013, année de référence.

La loi de transition énergétique adoptée le 22 juillet 2015, la privatisation engagée des barrages hydrauliques, la vente d’une partie du réseau de transport Rte, les menaces financières qui pèsent sur la filière du nucléaire et enfin, l’arrivée du pétrolier Total dans la liste des fournisseurs d’électricité, sont autant d’éléments à prendre en compte pour appréhender ce dossier.

5 Commentaires
  1. Clos 2 années Il y a

    Indexer partiellement sur le dividende, quelle bonne idée !

  2. DUSSIN 2 années Il y a

    Philippe, je répète :
    Et d’AGIR pour que le bonheur, la joie, le RESPECT DE L’AUTRE soit les principales actions menées par nous tous !

    Je ne sais pas si la violence verbale et le paternalisme soit encore une méthode à utiliser aujourd’hui : qui dit qu’il a perdu la raison ? Il a sa vision des choses et il a le courage de la donner. C’est respectable. Inutile de vouloir l’écraser, il est préférable, selon moi, d’ouvrir un dialogue explicatif et réellement documenté.
    “Les vrais anti-système[s] ne sont pas ceux qu’on croit”, voilà une phrase qui manque bougrement d’arguments et qui stigmatise au lieu d’ouvrir vers une vision des choses.

    Je me répète encore :
    Ma vision est la mienne, tout le monde ne la partage pas, je sais !

    Bien cordialement

  3. DUCARN 2 années Il y a

    bonjour pour repondre à vos infos citées ci dessus qui propose de sortir du joug des directives europeennes qui propose de retrouver notre souverainete energetique qui propose que l’on redevienne la france d’avant !! puissante et indépendante ??
    ni la gauche !! ni la droite alors 2017 arrive votez bien !! les amis si vous voulez que cela change et cessez de matraquer le parti politique qui le propose ayez le courage * changez vous et changez le pays
    bonne reception a vous je reste dispo

    • Philippe 2 années Il y a

      Bonjour,
      pourquoi ne citez vous pas le parti auquel vous faites allusion? Il s’agit bien du FN n’est-ce pas?
      Si vous voulez vraiment changer les choses, portez plutôt votre regard à gauche du PS, car le FN vous berne. Oubliez vous qu’ils sont à droite? qu’ils combattent le modèle social d’EDF? qu’ils sont libéraux? Croyez vous qu’en tapant sur les plus faibles et sur le minorités, ils vont sauver la CCAS? Vous risquez vite de déchanter malheureusement. Les vrais anti-systeme ne sont pas ceux qu’on croit. Attention aux imposteurs !
      Espérant que vous retrouverez toute votre raison…
      Fraternellement

  4. DUSSIN 2 années Il y a

    Il est temps d’ouvrir les yeux et de comprendre que ce n’est plus en défendant des choses que l’on avait qualifiées d’acquises comme réellement acquises !
    Le monde à changé depuis 1968 qui a tout foutu parterre !
    INTERDIT D’INTERDIRE !
    Et voilà le résultat ! Un pays où tout le monde peut faire n’importe quoi ! Puis maintenant DOIT faire comme ON LUI DIT ! Et surtout pas d’amalgame !
    Ma vision est la mienne, tout le monde ne la partage pas, je sais !
    Bref, il est temps de voir ce qui se profile !
    Et d’AGIR pour que le bonheur, la joie, le RESPECT DE L’AUTRE soit les principales actions menées par nous tous !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?