“Le statut des IEG est le plus favorable qui ait jamais existé”

Stéphane Sirot, professeur à l’université de Cergy-Pontoise et écrivain. ©Bertrand de Camaret/CCAS

Pour l’auteur du recueil “Électriciens et gaziers en France” (2017), la remise en cause des statuts dans les entreprises nationalisées atteint parfois les salariés eux-mêmes, attitude qu’il compare à un “syndrome de Stockholm”. 

Professeur d’histoire politique et sociale à l’université de Cergy-Pontoise, Stéphane Sirot est spécialiste du syndicalisme et des conflits sociaux. Il découvre l’histoire des électriciens-gaziers par hasard, en 1995, lors d’un colloque organisé pour le cinquantenaire de la nationalisation. Il se passionne alors pour un sujet sur lequel peu de chercheurs ont travaillé. Son dernier ouvrage, “Électriciens et gaziers en France”, publié en 2017, retrace l’épopée de la lutte des électriciens-gaziers, de leur combat pour le statut, la culture, le progrès social. Il permet aux plus jeunes de comprendre la portée politique, sociale et symbolique de l’engagement des énergéticiens tout au long de leur existence.


Bon à savoir
“Électriciens et gaziers en France”
est en libre accès sur la médiathèque numérique de la CCAS (voir plus loin)


Vous écrivez : “L’histoire des ‘porteurs d’énergie’ vient opportunément nous rappeler que leur travail, tout comme celui de l’ensemble du salariat, est avant tout créateur de richesses, de prospérité, de lien social.” Les énergéticiens ont-ils encore cette influence aujourd’hui ?

Faire valoir le concept de service public aux nouvelles générations est compliqué. Le salariat, dans les Industries électriques et gazières, a connu un renouvellement conséquent. Les nouveaux venus sont de plus en plus qualifiés : ils sont cadres ou techniciens. Ils n’ont pas la même approche que leurs prédécesseurs ouvriers, peut-être plus sensibles au discours de la CGT. Ces nouveaux salariés ont découvert l’entreprise dans un contexte d’ouverture à la concurrence. Ils n’ont pas connu les grandes heures d’EDF-GDF. Les entreprises se sont converties au fonctionnement managérial classique. Les salariés ont parfois intégré des pratiques se rapprochant des méthodes du privé, à la place du mode de gestion proche du service public.

Revenons aux origines. Vous rappelez qu’en 1946 le législateur fait le choix de créer deux entreprises publiques, plutôt que de conserver les 1 400 sociétés privées déjà en place. Pourquoi ce choix de nationaliser à l’époque ?

La nationalisation commence à être revendiquée avant la Première Guerre mondiale par des élus socialistes. Après le conflit et durant l’entre-deux-guerres, la CGT défend progressivement le principe de la nationalisation et un statut national unificateur. La nationalisation était aussi dans le programme du Conseil national de la Résistance. Enfin, Marcel Paul est ministre de la Production industrielle depuis novembre 1945. N’oublions pas non plus le contexte des années 1930 : la crise économique, la recherche du profit par les “trusts” au détriment de l’intérêt général, tout cela a légitimé l’intervention de l’État. Il y a un certain consensus sur la question.

Le statut est-il encore une revendication des agents de 2018 ?

Je pense que les jeunes générations sont attachées au statut. Ce n’est peut-être pas la forme à proprement parler qui les intéresse. Mais la question de la transformation des Activités Sociales les interroge, comme les chèques-vacances par exemple. Le réseau d’activités sociales qu’a tissé la profession est un joyau. Le statut des énergéticiens est historiquement le plus favorable qui ait jamais existé. La profession a tout intérêt à maintenir cela. On peut penser qu’il y a des projets de transformation du statut. Les entreprises pourraient chercher à justifier cette modification par le rajeunissement de la profession, la montée en qualification et la transformation sociologique du salariat.

Vous expliquez que la critique des statuts n’est pas née aujourd’hui.

Depuis l’après-guerre, règne une propagande selon laquelle les œuvres sociales coûtent trop cher, qu’elles sont des privilèges, qu’il y aurait une prise d’otages des moyens des usagers… Ce qui a changé aujourd’hui, c’est l’espèce de syndrome de Stockholm présent parfois chez les bénéficiaires des statuts eux-mêmes. J’ai du mal à le comprendre. Pourquoi ceux qui disposent d’un statut devraient-ils s’en excuser ? Le discours qui s’est généralisé ces dernières décennies justifie un rabiotage des droits sociaux. Pourquoi cette logique devrait-elle primer au nom de dettes établies que parce qu’on veut bien qu’elles existent et qui servent d’abord de rente au capital ? Pourquoi les premiers touchés devraient-ils tout sacrifier sur l’autel de l’austérité ?

Votre livre interroge sur les armes dont disposent les syndicats aujourd’hui. Par le passé, les coupures de courant étaient fréquemment utilisées. Les électriciens peuvent-ils encore brandir cette menace ?

Techniquement, ils le peuvent encore. Seulement, les énergéticiens craignent davantage aujourd’hui une réaction défavorable de l’opinion publique. Les syndicats cherchent des pratiques qui frappent moins l’opinion et ciblent l’adversaire. Ce qui peut affaiblir l’action sociale. Bien évidemment, il ne s’agit pas de couper le courant en France pendant le mois de janvier. En 2004, on a vu se mettre en place le mouvement Robin des bois qui a organisé des coupures ciblées et plutôt populaires.

Vous évoquez le principe de “concurrence libre et non faussée”, gravé dans le marbre des traités européens. De quelle marge de manœuvre disposent les énergéticiens face à cet ordre établi ?

Il est indispensable d’adopter une position claire sur la question européenne. Une véritable politique sociale n’est pas compatible avec les principes défendus par l’Union européenne. Comment peut-on faire vivre l’idée de service public et de progrès social dans un contexte de dumping social généralisé ? Il devient compliqué pour les syndicats de développer une position à contre-courant de la pensée dominante. Les syndicalistes sont par ailleurs souvent entachés d’une image de “ringards”. Ils choisissent donc de manœuvrer au sein du discours dominant.

À l’origine, le syndicalisme français était porteur d’utopies, initiateur d’un projet politique et social. Or, depuis vingt-cinq ou trente ans, il a choisi de se détacher de ce contenu politique. Il s’est, dans le même temps, éloigné d’une réflexion approfondie sur les structures de la société. Et ce n’est certainement pas la Confédération européenne des syndicats (CES), qui agit dans le cadre des règles de l’Union européenne, qui permettra d’obtenir des résultats significatifs.

Justement, que peuvent faire les syndicats européens, se trouvant au cœur du système ?

Pas grand-chose. La CES a un bilan extrêmement faible. Par exemple, les syndicats européens ont réussi à limiter la durée de travail hebdomadaire à 48 heures, partout en Europe. Mais à quoi cela sert-il chez nous ? La France est à la pointe du progrès social. La Confédération européenne des syndicats est une structure intégrée aux institutions européennes. Elle s’apparente davantage à un lobby qu’à une organisation syndicale classique.

Peut-on encore avoir un espoir ?

La résistance est difficile à organiser mais il y a quand même de quoi être optimiste. Il existe une combativité. Les récents mouvements des gardiens de prison ou dans les Ehpad le prouvent. La grève s’est transformée mais n’a pas disparu. On assiste néanmoins à un repli corporatiste. Chaque profession, comme elle le peut, construit tant bien que mal sa propre forteresse pour résister à l’ordre libéral. La question est de savoir comment toutes ces luttes peuvent déboucher sur quelque chose de plus généralisé.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

Il y a une phrase que j’aime beaucoup dans un journal de la CGT de 1911 : “Il faut à l’homme d’action l’illusion bienfaisante qu’il est comme un anneau dans la chaîne du temps.” L’image de la chaîne du temps est belle. Le syndicaliste n’est qu’un maillon dans la chaîne du temps. Il agit pour ceux qu’il représente mais aussi pour l’intérêt général, le bien commun. Il fait du mieux qu’il peut mais se dit qu’il appartiendra aux générations suivantes de poursuivre ce qu’il a initié. Je voulais rappeler qu’à l’époque des syndicalistes révolutionnaires tels qu’Émile Pataud ou Marcel Paul étaient un peu considérés comme des “fous”.

Certes, ils ont produit de l’utopie, mais ils ont aussi été très pragmatiques. Par exemple, au début du XXe siècle, les syndicalistes parisiens obtiennent l’assimilation au personnel municipal en usant de la coupure de courant, tout en négociant dans le même temps. Mon objectif est de faire réfléchir les lecteurs. De les inviter à chercher des idées, à trouver des embryons de solutions. J’essaie de produire une œuvre de résistance.


Pour aller plus loin

Électriciens et gaziers en France. Une histoire sociale, XIXe-XXIe siècles, par Stéphane Sirot, éd. Arbre bleu, 2017, 270 p., 25 €.

Vous pouvez lire ce livre gratuitement sur la médiathèque numérique de la CCAS.
(Important : veuillez vous connecter sur ccas.fr – NIA et mot de passe – avant d’accéder au site.)

Stéphane Sirot ira à votre rencontre cet été dans les centres de vacances de la CCAS, autour de son livre : du 13 au 17 août à Gourdon, Sain-Antonin-Noble-Val, Soueix, Camplong-d’Aude et Saint-Cyprien.


Pendant vos vacances : cet été, 1200 rencontres culturelles vous attendent dans les centres de vacances et les colos de la CCAS

Programme complet à découvrir sur ccas.fr, rubrique Culture et Loisirs, et dans la brochure ci-dessous.

Rencontres culturelles 2018

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

deux × 3 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?