#OnBougeLe9 : mobilisation interprofessionnelle à la conquête d’un autre avenir

Manifestation intersyndicale pour la défense du service et de la fonction publics du 22 mai 2018, à Paris. ©Didier Delaine/CCAS

Une intersyndicale de salariés, étudiants et lycéens appelle à une journée d’action commune mardi 9 octobre prochain, contre “l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs”. Une grande manifestation est notamment prévue à Paris. 

La fumée qui entourait jusqu’au début de l’été l’élection du nouveau gouvernement et le raz de marée des législatives en sa faveur, s’est estompée dans les premiers vents de l’automne, emportant avec elle l’attentisme circonspect des électeurs. Les jeux de bonneteau autour des cotisations sociales et sur les fiches de paie n’auront pas réussi à masquer le sentiment de perpétuation – voire de creusement – de profondes et violentes inégalités, qui ont présidé, tout au long de l’année, aux mesures gouvernementales, pariant sur un hypothétique ruissellement des plus riches vers… les autres.

Les attaques contre les services publics, les retraités, le code du travail, l’assurance chômage et bientôt les retraites, et globalement contre le système de protection sociale qui a permis à notre pays de mieux atténuer, selon les observateurs, les conséquences de la crise financière de 2008, les fragilise toujours davantage.

C’est en substance ce que les organisations syndicales appelant à la journée d’action du 9 octobre (CGT, FO, Sud-Solidaires, FSU, UNEF, UNL et FIDL) dénoncent dans leur communiqué commun du 30 août dernier :

“Pour les organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens – la CGT, FO, Solidaires, UNEF et UNL – réunies le 30 août 2018, un constat s’impose et se renforce : celui d’une politique idéologique visant à la destruction de notre modèle social, favorisant notamment l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs.”

“Cette politique, ainsi que les mesures encore récemment annoncées par le gouvernement, relèvent d’une logique d’individualisation mettant à mal la solidarité et la justice sociale, valeurs essentielles de la cohésion sociale, et fragilisant une fois de plus les plus faibles, les précaires et les plus démunis” dénoncent les syndicats et organisations. Et de préciser leurs objectifs :

“Au moment où est annoncée une fois encore l’explosion des dividendes en France et dans le monde, il est temps de mener une politique de partage des richesses pour augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux. Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des fondements de notre modèle social et à la conquête de nouveaux droits”.

Dans l’énergie, l’année aura été marquée par des attaques incessantes contre le service public, de l’hydraulique jusqu’à la distribution, en passant par les moyens de production nucléaire et thermique, sans compter l’agitation des scénarios récurrents de séparation des activités, la fin des tarifs réglementés dans le gaz et les tentatives, avortées, dans l’électricité.

En retour, les mobilisations ont également été fortes, notamment dans l’hydraulique et dans la distribution, sur les conditions de travail, les moyens des missions de service public, les embauches et les rémunérations. Autant de sujets qui, faute de solutions, demeurent sur la table et ne manqueront pas d’alimenter l’actualité sociale dans les Industries électriques et gazières ces prochains mois.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?