Pas de retraite pour l’intersyndicale

Les salarié·es d’EDF Recherche et développement manifestent lors de la mobilisation contre la réforme des retraites du 5 décembre 2019 à Paris. © Agnès Dherbeys/CCAS

L’intersyndicale CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEF et UNL (lycéens) appelle à une nouvelle journée de mobilisation le 16 janvier, contre la remise en cause du système de retraite et ce, “jusqu’à la victoire” affirme-t-elle !

Au terme de la 42e journée de mobilisation sociale contre le projet de “réforme” des retraites en France, dont le soutien, selon les sondages d’opinion auprès des salarié·es et de la population en général, ne faiblit pas, l’intersyndicale CGT, CFE-CGC, FO et Solidaires, appelle à une nouvelle journée d’action ce jeudi 16 janvier.

Tablant sur l’épuisement des travailleurs et des travailleuses en grève et sur la fatigue des usagers, le gouvernement, par la voix du Premier ministre, a fini par concéder la suspension de l’âge d’équilibre qu’il fixait à 64 ans, apparu soudainement dans son discours au Conseil économique social et environnemental.

Malgré les annonces de samedi dernier, l’intersyndicale souligne que “le Premier ministre confirme sa détermination à reculer l’âge de départ à la retraite en refusant toute augmentation de cotisation sociale”. Et de rappeler : “Contrairement aux affirmations du gouvernement, les femmes ne sont pas gagnantes ! Concernant les carrières heurtées, ce projet qui prendra en compte toute la carrière, aura pour conséquence d’augmenter les écarts de pension déjà grands entre les femmes et les hommes”.

Dans une tribune publiée par “les Échos”, François Hommeril, président de la CFE-CGC notait : “En diminuant l’assiette de cotisation, en décrétant la baisse nécessaire de la répartition dans le PIB, en renvoyant le calcul des pensions à une seule valeur de point aussi aléatoire que les crises économiques à venir sont certaines, le projet de l’exécutif rend nécessaire l’établissement de régimes complémentaires par capitalisation. Voilà pourquoi, toutes concessions faites aux grincheux, il faut rendre le futur système “irréversible”. “Dans un modèle social français déconstruit par trente années de réformes néolibérales, la retraite par répartition est la dernière citadelle à prendre” conclut-il.

Dans une vidéo, Sophie Binet, responsable de l’Ufict-CGT, montre comment le gouvernement tente de faire du système de retraite une variable d’ajustement des dépenses sociales

Quant à l’âge pivot, Yves Veyrier, secrétaire général de FO, l’affirme : “L’âge pivot, ou l’âge d’équilibre, est intrinsèque au régime unique par points lui-même” (lire son édito).

Les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEF et UNL appellent ainsi “l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève y compris reconductible là où les salarié·es le décident.”

Lire le communiqué : https://www.cgt.fr/actualites/france/retraite/mobilisation/communique-intersyndical-jusqua-la-victoire

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

cinq − 5 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?