Saint-Lary-Soulan cultive l’authentique

Saint-Lary-Soulan, au cœur de la vallée d’Aure. Vue de la route menant au village de Soulan. ©Éric Raz/CCAS

Situé dans le parc national des Pyrénées, Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées) est un exemple de “compromis”. Une sorte de pacte entre l’homme et l’environnement… En soixante ans, le village rural est devenu une destination touristique prisée, grâce notamment à sa station de ski, bâtie à force de détermination et dans le respect de la nature.

Des pionniers ouvrant la voie des pistes à dos de mulet au domaine skiable d’aujourd’hui, l’essor de Saint-Lary-Soulan s’est accompli dans la fulgurance. Celle des idées de l’ancien maire Vincent Mir, drainant derrière lui une “chaîne humaine” pour bâtir le futur, sans dénaturer un environnement et une culture exceptionnelles. Aussi, dans cette vallée d’Aure (vallée du vent), âtre du cochon noir, refuge des ours, lynx et renards, l’harmonie du lieu atténue les traces de l’homme, aussi indélébiles soient-elles.

Au sein de cette enclave pittoresque, il flotte comme un sentiment d’authentique que le développement touristique, rempart inévitable contre l’exode rural, exhibe sans doute un peu plus. Alors, avant de prendre la piste, un détour par les maisons dédiées à l’histoire de ce pays de montagne, celle de l’ours, du patrimoine, etc., s’impose. Afin de se figer un instant, pas plus, devant les témoignages, les objets et images, pour s’inspirer et se laisser guider vers la “conquête” de ce coin privilégié des Pyrénées.

Bienveillance dépaysante

Au pied de la réserve naturelle de la Néouvielle, l’initiation et l’évasion se déclinent alors sous toutes leurs formes. Et la déambulation prend des accents inattendus. Souvent locaux et parfois ibères, au son des voix des touristes frontaliers, nombreux chaque hiver à distiller ce parfum d’Espagne toute proche et accessible par un tunnel construit à la fin des années 1960… Et les autochtones ! S’ils puisent dans leur culture des richesses et des connaissances immenses, ils les transmettent avec générosité. Surtout dans l’assiette. La rudesse de la montagne et les conditions de vie rurale se devinent en appréciant une garbure, plat typique du pays. Fiers de leur vallée, animés par une sorte de militantisme exacerbé, leur bienveillance est parfois dépaysante. Notamment à l’heure de se quitter, à la tombée de la nuit, pour le conseil des sages : “Attention aux cerfs sur la route en rentrant !” Ainsi, malgré le virage touristique, à Saint-Lary, rien ou presque (peut-être la neige parfois) ne semble artificiel.

C’est peut-être ça l’alchimie salutaire. Conserver ses trésors et ses traditions comme des pierres angulaires pour le développement touristique. En encourageant le pastoralisme, activité ancestrale, et en “le faisant vivre”, comme à Soulan ou Azet, sur les hauteurs de la vallée. Ou encore, en prenant soin de l’eau, richesse précieuse des Pyrénées, et de son utilisation… pour continuer à faire vivre toute une population et une région qui mérite d’être mise en lumière.


L’hydraulique, aux sources du développement des vallées

La centrale hydroélectrique EDF de Saint-Lary. ©Éric Raz/CCAS

L’histoire. Les nombreux lacs des Pyrénées ont commencé à être exploités à la fin du XIXe siècle afin de juguler l’exode rural. Produire de l’électricité devient alors un impératif pour la survie des vallées, afin d’attirer de la main-d’œuvre, mais aussi et surtout électrifier les lignes des chemins de fer. Le chantier le plus emblématique sera, sans doute, celui de la construction du barrage de Cap-de-Long, du côté de Gèdre, en 1947. À Saint-Lary, la centrale hydraulique située à la sortie du village fait incontestablement partie du patrimoine. Si l’équipement de la chute a été entrepris en 1918, la mise en service de la centrale s’est effectuée dans les années 1920.

Depuis, sous la direction d’EDF et avec le travail de ses agents, le désormais groupement de huit usines assure la sûreté du système hydraulique et électrique de la vallée. À l’origine, évidemment, de la création de la station de ski, elle se visite en été (en accès libre) et en hiver (sur réservation auprès de l’office de tourisme) pour une initiation aux vertus d’une énergie stockable et renouvelable.

Plus d’infos sur le site internet de Saint-Lary-Soulan


La chèvre, c’est punk !

Elle leur a donné des noms d’acteurs et d’actrices. Elle leur parle : “Le secret pour avoir du bon lait…” Dans un pays de tradition bouchère, Mathilde, éleveuse fromagère, incarne sans doute cette jeunesse agricole débordant d’énergie et réfutant l’exode vers un eldorado de paille. À la tête d’un élevage de près de 100 chèvres “punk”, la jeune multidiplômée est restée au pays pour reprendre l’entreprise familiale. Outre la vente directe, tous les soirs de décembre à octobre, elle accueille (gratuitement) les curieux. Et là, au milieu de ses “British, alpines et métisses nées de ce croisement”, sans en faire tout un fromage, elle déroule son histoire, les secrets de la traite et la manière de faire “de la tome et du chèvre de grande qualité”.

À voir et à déguster !

Site internet : www.lepitou.fr (ou Page Facebook)
S’y rendre :  Fromagerie le Pitou, 2 route forestière, 65240 Gouaux (8 km de Saint-Lary)


Les thermes : perpétuer la tradition

Sensoria Thermalisme, au cœur du village de Saint-Lary. ©Éric Raz/CCAS

Ils trônent au centre du village de Saint-Lary. Après le rachat, en 1975, des sources de Tramezaïgues par la municipalité, l’établissement thermal fut construit, en 1988, afin de donner un second souffle à l’économie du village. Aujourd’hui, avec près de 2 500 curistes à l’année, le Sensoria affiche une certaine santé. Spécialisé dans le traitement des rhumatismes et des affections ORL et respiratoires, le centre perpétue quelque part une tradition séculaire dans la région. Prisée, au XIXe siècle, par les habitants et les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle, la cure est, semble-t-il, de nouveau en vogue dans la région. Dans un souci de diversifier son activité, l’établissement propose également un centre thermo-ludique pour la famille, et surtout les enfants… Avec piscine spa, au pied de canyons espagnols… factices.

Infos pratiques

Gîtes CCAS de Saint-Lary-Soulan. ©Éric Raz/CCAS

Doté de 17 gîtes de 6 personnes, le centre de vacances se trouve à l’entrée du village. Le centre est accessible aux personnes à mobilité réduite (plus d’infos).

Proche de toutes les curiosités, c’est surtout sa proximité avec la télécabine qui reste appréciable, offrant un accès quasi direct aux pistes de ski. Le domaine skiable de Saint-Lary-Soulan propose 100 km de pistes.

> Voir les séjours proposés au centre de vacances de Saint-Lary-Soulan sur ccas.fr

CMCAS Béarn Bigorre
Espace Orion
9, avenue Ampère
64140 Lons
Tél. : 05 59 72 88 00

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?