Faire face au décès ou au placement du conjoint en maison de retraite

©Shutterstock

L’aide aux situations de rupture (Asir) est une aide temporaire destinée aux pensionné·es des Industries électriques et gazières, sur une durée de trois mois avec un plafond de 1 800 euros, soumise à certaines conditions.

Qui peut en bénéficier ?

Cette aide aux situations de rupture communément appelée Asir a pour objectif de maintenir les pensionné·es à leur domicile. Peuvent en bénéficier les pensionné·es des Industries électriques et gazières (IEG) qui perçoivent une pension versée par la Cnieg ou une pension de réversion et ne bénéficient pas d’une pension personnelle servie par un autre régime et leur conjoint, âgé·es d’au moins 55 ans (sous réserve de la prépondérance du régime).

Cette aide peut être attribuée aux pensionné·es mentionné·es ci-dessus nécessitant une prise en charge spécifique liée à une situation de rupture telle que :

  • le décès d’un·e conjoint·e ou d’un·e proche ;
  • le placement d’un·e conjoint·e ou d’un·e proche en institution, un déménagement, etc.

Voir toutes les aides destinées aux pensionné·es sur ccas.fr 

Quels sont sa durée et son contenu ?

L’Asir est une prestation de courte durée, dont le maximum ne peut pas excéder trois mois. Elle est destinée à prendre en charge une partie du coût des services organisés au domicile. Elle se traduit par la mise en place d’un dispositif d’accompagnement afin de préserver au mieux l’autonomie de la personne qui reste seule, en améliorant ses conditions de vie et en lui assurant un confort de vie optimal.

Après l’étude de la situation du bénéficiaire par la CMCAS et l’évaluation des besoins réalisée par une structure évaluatrice, un plan d’aides pourra être proposé sur une durée de trois mois avec un plafond de 1 800 euros incluant une participation du bénéficiaire, en fonction de ses ressources.

La CMCAS peut prendre en charge différentes aides pour accompagner le bénéficiaire et l’aider à faire face à cette situation passagère :

  • des services à domicile : l’entretien du logement, les courses, la préparation des repas, l’accompagnement administratif, le transport accompagné, le portage de repas ;
  • la réalisation de petits travaux d’aménagement du logement afin de prévenir la perte d’autonomie, tels que la pose de barres d’appui ou d’un rehausseur, etc.

ATTENTION
L’Asir n’est pas cumulable avec l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), la prestation spécifique dépendance (PSD), la majoration tierce personne (MTP), l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP), la prestation de compensation handicap (PCH), le plan d’actions personnalisé (PAP), ni avec l’aide au retour à domicile après hospitalisation (ARDH).

Pour savoir si vous êtes éligible à cette prestation ou pour tout renseignement,
n’hésitez pas à contacter votre SLVie ou votre CMCAS (voir les contacts)

3 Commentaires
  1. METZLER Serge 1 mois Il y a

    Bonjour,
    Je suis d’accord avec JP GRARD car j’ai le même souci de compréhension.
    Salutations à tous

  2. Chiodelli 1 mois Il y a

    L’ASIR ne me concerne donc pas si je devais survivre à mon mari … puisque je touche une pension Secu de 500€ / mois ( ayant été 20 ans malade et en invalidité ) soit la moitié du loyer … !!!
    J’espère Qu’elle profitera à ceux peu nombreux qui y auront droit … de la poudre aux yeux pour les autres !

  3. GRARD 1 mois Il y a

    Je ne sais pas qui est le “technocrate” qui a écrit le texte sur l’ASIR; mais je défis n’importe quel personnel compétent des SLvies ou CMCAS de pouvoir porter un jugement sur l’attribution ou non de cette aide?
    Il faut des exemples concrets des diverses situations que l’on peut rencontrer
    Salutations
    JP GRARD

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

20 − 20 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?