“Nous, les coyotes” : avoir 20 ans à Los Angeles

Jake (McCaul Lombardi) et Amanda (Morgan Saylor), unis contre le monde entier. ©Noodles Production

Dans un film attachant et poétique, Hanna Ladoul et Marco La Via nous font partager 24 heures de la vie d’un jeune couple qui, fraîchement débarqué à Los Angeles, découvre les affres du passage à l’âge adulte. Soutenu par l’Acid et la CCAS, à voir depuis le 12 décembre avec le dispositif Cinéchèque (billets dès 5 euros). 

Jake et Amanda sont amoureux. Ils sont beaux, jeunes, fougueux et pleins d’espoir. Ils posent leurs valises à Los Angeles, la ville-fantasme de tous les possibles, pour y commencer une nouvelle vie.  “Nous, les coyotes”, de Hanna Ladoul et Marco La Via, débute comme une bluette hollywoodienne. À l’avant de leur voiture, les deux tourtereaux reprennent à tue-tête un tube joué par la station de radio locale.

Mais la suite ne leur laisse que peu de répit. Et l’on passe assez vite de “Romeo+Juliet” à “Une journée en enfer” dans la Cité des Anges.

À peine sortis de l’adolescence, les deux jeunes gens s’imaginent pouvoir réaliser leurs rêves, dans cette ville-symbole de réussite qui leur tend les bras. Bien que très différents l’un de l’autre, ils croient en leur bonne étoile. Les galères qui s’enchaînent mettent toutefois leur foi en l’avenir à rude épreuve. Recherche d’emploi avec entretien foireux, visite d’appartements loués par des propriétaires véreux, vol du peu d’argent qu’ils possèdent… Le film décrit, en mode “24 heures chrono”, leur errance urbaine semée d’embûches et de rencontres plus ou moins sympathiques.

La ville de L.A. devient un personnage à part entière, qui dresse des obstacles sur leur route, les avale dans les entrailles du métro, ou leur offre une brève accalmie sur ses plages de rêve. Poussés dans leurs retranchements, Jake et Amanda se trouvent contraints de faire des choix : ce n’est qu’ainsi qu’ils parviendront à trouver leur place et comprendront le sens du mot “liberté”, et des responsabilités qui vont avec. Car la société qui les accueille ne leur fera aucun cadeau.

Jake, Amanda et leurs amis, entre chien et loup. ©Noodles Production

Chronique sociale

L’entrée dans l’âge adulte, avec toutes les difficultés qu’elle comporte, est un thème universel qui parle à tous, jeunes d’Amérique et d’ailleurs. L’insouciance, la sincérité des personnages, voire leur naïveté, entre en collision brutale avec la malhonnêteté et le cynisme des personnes qu’ils croisent. Le système économique dans lequel ils doivent évoluer se révèle d’une hypocrisie crasse, en leur proposant des stages non rémunérés en guise de premiers emplois, les recruteurs sachant pertinemment que les parents vont les subventionner. Et la pression sociale est écrasante pour la middle-class américaine à laquelle appartient Amanda, qui vit dans la peur du déclassement, autant que dans les valeurs puritaines de l’Amérique profonde. Jake, représentant d’une classe plus modeste et plus bohème, y semble moins sensible.

Quoi qu’il en soit, tous deux sont en quête de légitimité. Tels les coyotes, qui occupaient le territoire de la ville bien avant l’apparition des hommes, les deux jeunes gens sont les exclus la société, et se retrouvent à errer dans la cité en quête de nourriture et d’un endroit où dormir. Comme eux, ils doivent se battre sans relâche pour (re)conquérir leur territoire, leur place. Ce qui fera dire aux deux réalisateurs qu'”Amanda, Jake, et plus largement la jeunesse de Los Angeles et d’ailleurs partagent cet état d’esprit résilient et courageux face à un monde qu’on ne comprend pas et qui ne nous comprend pas toujours”.


La fiche

“Nous, les coyotes”

Un documentaire de Hanna Ladoul et Marco La Via
États-Unis, 2018, 1 h 27.

Avec : Morgan Saylor, MCCaul Lombardi, Betsy Brandt, Khleo Thomas…
Production : Raphaël Gindre. Co-production :  Matt Miller et Kevin Van der Meiren. Distribution : New Story


L’Acid : donner une chance à tous les films d’être vus

Ce film bénéficie du soutien de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid).
Site Internet : www.lacid.org
Plus d’infos sur ce partenariat sur ccas.fr

Née en 1992, l’Acid est une association de cinéastes qui œuvre à rendre accessible le cinéma indépendant à tous les publics, en lien avec l’action culturelle de proximité. En cela, elle partage la philosophie de la CCAS, dont elle est partenaire. Afin d’offrir une vitrine aux jeunes talents, l’Acid présente une programmation au Festival de Cannes, et au festival Visions sociales de la CCAS.

Des billets Art et Essais à 5 € valables dans plus de 1 000 villes de France. (Veuillez vous connecter sur ccas.fr – NIA et mot de passe – avant d’accéder au site.)

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

1 × 4 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?