Michaël Fieschi : “Pérenniser nos activités”

Michaël Fieschi, président de la CCAS©J.Millet/ccas

Michaël Fieschi, président de la CCAS©J.Millet/ccas

Construites au fil des rencontres avec les bénéficiaires, les organisations syndicales et lors des assemblées générales de SLVie et de CMCAS, les orientations politiques de la CCAS ont été présentées lors du conseil d’administration du 30 juin dernier. Rencontre avec Michaël Fieschi, président de l’organisme.

N’y a-t-il pas une incohérence à présenter des orientations pour l’organisme alors même que tout le monde sait que des négociations sur l’avenir des Activités Sociales de l’énergie auront lieu dès la rentrée entre fédérations syndicales et employeurs ?
Pas une incohérence mais une gageure ! Nous faisons le choix de l’avenir, de la pérennisation des Activités Sociales, de la mobilisation des électriciens et gaziers et de leurs familles ! Alors même que les négociations n’ont pas débuté sur les quatre chantiers essentiels pour notre avenir que sont le financement, la mise à disposition des salariés statutaires par les entreprises, les moyens dits bénévoles de détachements pour le fonctionnement de nos Activités Sociales de l’énergie, notamment dans les SLVie et CMCAS, mais aussi pour le convoyage des enfants en colo et la restauration méridienne. J’en profite pour le redire avec force, le financement de la restauration méridienne est de la responsabilité des employeurs.

Ces négociations s’ouvrent dans une période de complète mutation du secteur de l’énergie.
C’est vrai. Et nos Activités Sociales de l’énergie – qui sont proposées à 660 000 personnes en France métropolitaine et pays d’outremer – sont marquées par les profondes modifications de l’environnement économique des entreprises : l’ouverture des marchés et la privatisation sous la pression de la commission de Bruxelles qui introduit des concurrents, une désintégration des entreprises et la constitution de filiales avec des agents hors statut, la loi sur la transition énergétique avec des exigences fortes pour augmenter la part des énergies renouvelables et réduire les émissions de gaz à effet de serre, la privatisation voulue par les dirigeants du RTE et des barrages hydroélectriques, les menaces qui pèsent sur la filière nucléaire et enfin, dans un marché économique créé de toutes pièces, l’arrivée de concurrents majeurs sur le marché comme le pétrolier Total. Avec la filialisation et l’ouverture du marché de l’énergie, des acteurs nouveaux apparaissent. Ils appartiennent aux Groupes (ex-Dalkia) ou sont hors Groupes (ex-Direct Energie) mais qui sont tous hors statut. Nous devons agir pour solidariser les salariés entre eux et lutter ainsi contre le dumping social.

Dans ce contexte, les deux entreprises historiques que sont EDF et Engie (ex-GDF-Suez) sont déstabilisées. Est-ce que, selon vous, les choix stratégiques opérés ne nécessitent-ils pas un débat avec la nation, les salariés et les syndicats ?
Oui. La part des activités régulées dans le chiffre d’affaires de la vente d’électricité diminue, les prix du kWh baissent et les perspectives de chiffre d’affaires des entreprises de la branche des IEG deviennent plus qu’incertaines. L’époque de prévision de cash flow à trente ans est largement révolue. On me demande souvent pourquoi le 1 % baisse. Ne pas y répondre, c’est laisser s’installer le doute sur la gestion que nous menons, sur le financement des droits sociaux des salariés du secteur de l’énergie. Il faut le dire : un nombre croissant d’entreprises du secteur de l’énergie ne contribuent pas au financement du 1 %. Oui, nous ne disposons d’aucune visibilité sur les ressources financières sur le long terme de nos organismes que sont la CCAS, les CMCAS et le Comité de coordination des CMCAS. Il est donc temps de soutenir les pétitions mises en oeuvre par certaines fédérations, et de porter une pétition à l’ensemble des bénéficiaires pour mettre les négociations qui vont s’ouvrir en septembre sous un rapport de forces seul susceptible de voir pérenniser les droits des salariés. Croire que la pérennité de nos Activités Sociales de l’énergie, qui ont 70 ans cette année, sera assurée sans une mobilisation de grande ampleur des salariés actifs et inactifs est illusoire.

Les Activités Sociales de l’énergie sont également confrontées au changement du secteur du tourisme et notamment du tourisme social ?
Tout d’abord, chacun le sait, l’offre vacances de la CCAS est soumise à la concurrence des offres multiples proposées sur les sites d’agences en ligne, comme booking.com ou Tripadvisor, mais aussi par les pratiques de nos bénéficiaires. Les demandes ont profondément changé en matière de durée et de composition. Par exemple, à l’international, il y a une demande de « Tout compris ». Ensuite, la réalité c’est que pour un centre de vacances, ce sont des investissements très lourds, utilisés parfois sur une période courte entre mi-juillet et mi-août.

Par ailleurs, le secteur du tourisme social est aujourd’hui atomisé sans acteur important sauf peut-être Campéole.
Le secteur et l’offre ont vieilli ; ils ont profondément besoin de se rénover. La CCAS peut y contribuer en mutualisant certaines activités et en élargissant l’offre pour offrir des vacances de qualité à moindre coût. Le tourisme lucratif s’est fortement inspiré du tourisme social et notamment des premiers centres de vacances. Je crois en l’intelligence du mouvement pour doter les salariés de la branche des IEG, et au-delà tous ceux qui n’ont pas de structure pour partir en vacances, d’outils pour inventer les vacances pour tous et de qualité de demain.

14 Commentaires
  1. daden 3 ans Il y a

    Bonjour !
    pouvez nous expliquer, nous avons eu une affectation avec la ccas au lavandou la semaine 34 qui nous revient à 212 €, pour prolonger notre séjour la semaine 35 nous avons du passer obligatoirement par VLA ( campéole ) !!!! et là surprise la semaine nous revient presque le double !!!! 341 € + 23 € de frais de dossier !!! alors que c’est hors vacances scolaires et qu’en cette période il n’y a plus d’animations aussi bien dans le centre qu’à l’extérieur ! alors pourquoi payer plus cher et en plus avoir des frais de dossier alors que l’on nous dit que ça appartient toujours à la ccas !!!! on est dégoûté !!!! quel gâchis !!!! on ne comprend pas pourquoi on paye plus cher que les périodes rouges !!! bonnes vacances malgrés tout

  2. DEWEER Jean-Luc 3 ans Il y a

    Comme je suis d’accord avec vous tous…. CAMPEOLE les vacances sociales !!!!
    Pas pour nous les agents bien entendu, mais pour tous les autres qui prennent possession de nos centres sans aucune honte.
    Nous avions la possibilité, nous retraités, de partir dans des centres de toiles qui restaient “vert” l’été : ex Domme, Saint Antonin, Leyme et j’en passe.
    Maintenant tout est rouge. Nous n’avons donc droit qu’à 2 places et que faire de nos 2 petites filles (filles d’agent EDF également) qui sont considérées comme invitées et seulement tolérées à ce titre si le logement le permet et à quel prix..
    C’est une honte d’avoir “bradé” nos institutions.
    Parlez nous encore du part et du pour…. des centres en location (toutes ces personnes qui faisaient fonctionner le centre d’une manière formidable et que l’on a remercié … pensez à Munster, Trégastel et tant d’autres !!!!) …. bientôt plus rien n’existera.
    Eh oui je suis d’accord avec vous qui le citez : Marcel Paul doit se retourner dans sa tombe.
    Profitons encore du peu de centre qu’il nous reste, bientôt on en parlera plus, nos parents se seront battus pour rien.
    Bradez, bradez tant qu’il reste à brader

  3. CELESTIN Gérard 3 ans Il y a

    Bonjour,
    Une précision de taille quand même la CAS n’a pas acheté Campéole, mais seulement renfloué Mr Trigano en perte de liquidité. De plus il n’y a pas eu rachat de Campéole pour 80 millions d’Euros mais uniquement l’achat des nuitées pendant la période Juillet et Aout. Ce n’est pas la même chose. Voilà pourquoi nous ne pouvons bénéficier des tarifs et période VERTE dans les Camping Campéole de la date d’ouverture à la date de fermeture en excluant bien sur les périodes Juillet Aout. Et que dire de Gruissan ou les Agents n’ont pas les mêmes droits que les “Cévéo”. (Exemple oui au plats cuisinés mais pas au restaurant ??)
    Cherchez l’erreur !!
    Une réunion des “Parisiens” de plus avec la famille en corse au frais de la CAS est il montré en exemple d’une bonne gestion??
    Commençons les économies nous sommes quand même des ouvriers. (Tout le monde peut il aller au Golf ?? les séjours affluent)
    Nous sommes entrain de perdre les acquis de nos anciens.
    Non seulement le gouvernement socialiste nous attaquent mais il ne sont pas les seuls.
    Bonne Journée

  4. sanchez 3 ans Il y a

    Vous oubliez une chose…. campéole appartient à ….la CCAS…

  5. benoit 3 ans Il y a

    je suis moi aussi campeur libre, et je ne me plains pas, car je reste fidèle aux centres CCAS qui accueillent des CL. j’ai donc un tarif qui a un peu augmenté, mais si je veux que cela perdure, j’évite les CAMPEOLES.
    D’ailleurs j’ai constater que nos centres CCAS avec campeurs en Auvergne ou je suis passé ne sont pas remplis, alors en bon défenseur de mes activités sociales, plutôt que de me plaindre et d’aboyer au loup, je fais un choix militant et raisonné. Les repas ont un prix abordables, même si en augmentation, les machines à laver et seiches linges sont gratuits, ainsi que l’animation, tournées culturelles etc….. D’accord je ne suis pas en bord de mer, loin de la foule et des tarifs touristiquement plus élevé, mais la France est belle partout et j’ai décidé de changer ma destination pour profiter encore des vacances à un tarif comparativement plus avantageux en campeur avec la CCAS. Je veux que ces centres restent encore CCAS avec Campeur, donc je les utilise. Il faut assumer ces choix et montrer à nos dirigeants l’attachement que l’on a avec la ccas, Même si ces changements et ces ventes me contraries. Ces décisions n’étant pas démocratiquement décidées avec nous les agents. on nous met devant le fait accompli, ainsi que les personnels de la CCAS qui subissent ces changements.

  6. tony62 3 ans Il y a

    Je suis d’accord avec jack, j’ai le meme souci d’ augmentation si je parts dans un camp campéole ( que la ccas à rachetée…..en 2009 et proprietaire à 99%)
    si je parts avec mon fourgon aménagé par mes soins ( et que les dirigeants ne me disent pas que si j’ai un camping car et donc les moyens de payer plus comme je me l’ai deja entendu dire par des responsables cmcas)
    avec une remorque , un chien , deux petites toiles pour mes deux ados, et aussi un scoot pour eviter de bouger le camion, si j’applique le reglemement , le petit carnet bleu, avec campeole au lieu de payer 11 € par jour pour 2 adultes de 2 ados j’en aurai pour les deux toiles ados ( garçons fille) 10 € + 4.5 € pour la remorque+ 5 € pour le scoot + 3 € pour le chien = campeole 22.50 +11 prix ccas= 33.50 par jour au lieu des 11 € pour les camps ccas,
    plus de 200 %
    pour 3 semaines donc 670 € avec campeole au lieu de 230 € avec camp ccas
    sans oublier 25 € de dossier.
    j’espere une reaction des dirigeants, ils ont donné le bébé à campéole, ils n’ont pas evalué le surcoût pour les campeurs libres, ont ils vraiment envie de continuer à avec des campeurs libres, je ne pense pas!!!en tout cas révoltant…j’avais remplis le questionnaire sur les vacances en fin d’année mais je suis loin des concequences et des retombées.

  7. mimile 3 ans Il y a

    tourisme social !!!!c est quoi?
    on ne vois plus que par campeole,1 semaine en toile en periode pleine a 800€.a faire de la pub sur RTL jusqu a 8 fois par jour.tout ca avec les institutions ccas,bientot les agents n auront plus acces a leurs institutions.LE LAVANDOU a coute combien pour sa refection alors que vous aviez changer les toiles qui n avaient que deux ans .quel gachis.c est pas tres clair tout ca.

  8. jack 3 ans Il y a

    Je remets le message d’alerte pour les campeurs libres, enfin ce qu’il en reste,les tarifs vont plus que doubler, voir triplet; pour exemple pour ma part le tarif devrai être selon mon coefficient social pour 2 adultes et un ado de 9,80 €,soit environ 210 € pour trois semaines
    mais avec le don de gestion de nos campings à campéole , ayant sur mon emplacement une caravane , + une petite toile pour l’ado, + un chien + un petit scoot pour les petites balades le tarif sera x par 130% .
    5 `€ pour la toile, 5 € pour le scoot et 3 € pour le chien soit 13 € de plus donc
    210 € + 270 € = 480 € au lieu de 210 € .
    voulez vous que nous quittions tous nos institutions , on aura plus les moyens de partir 3 semaines, ou aller ailleur dans des camps municipaux qui pratiques des tarifs en rapport à nos revenus.nous avons fait une réunion à ce sujet avec la slvie de chinon, mais pas de nouvelle , pas de reponse,

  9. Verilhac 3 ans Il y a

    Au niveau de la culture,la ccas est le premier employeur des intermittents du spectacle, je pense qu’avec les problèmes de financement , il faudrait revoir ce que les gens désirent, entre autre des choses plus simple que certaines tournées culturelles proposées
    Idem pour le budget livres qui est considérable alors que les gens utilisent de plus en plus les nouvelles technologies
    Voilà 2 pistes sur lesquelles on pourrait travailler pour améliorer les prestations dans nos institutions
    Car depuis que les camps de vacances sont passés en gestion Campeole, l’esprit ccas a disparu bisnes oblige

  10. ARNAUD Franck 3 ans Il y a

    Je suis entièrement d’accord avec Hubert ; le système du quotient familial n’est pas intéressant dès lors qu’on est pas dans les tranches les plus basses. Cela revient moins cher de ne pas passer par la CCAS pour partir en vacances.
    Et que dire du “système” d’affectation… expliquez moi comment se fait il que certains partent en Corse chaque année en été ?

  11. hubert 3 ans Il y a

    J’ai connu les activités sociales depuis le 17 avril 1966 actuellement je vois que tout évolue autour de nous ,malheureusement l’évolution des activités sociales ne suit pas.
    Vous faites des propositions de voyage en séjour tout inclus qui est pratiquement le double de prix de ce que l’on trouve sur des sites internet.
    En ce qui concerne les centres ccas les prix pratiqués sont plus chers que dans les campings privés. Je veux bien admettre le principe du quotient familial mais je pense que l’écart est trop important.
    De ce fait je délaisse les activités sociales qui me reviennent plus chères que dans le privé et je perds le lien avec les institution je ne suis pas le seul car j’ai des collègues amis qui sont dans le même cas.

  12. Pasquier 3 ans Il y a

    Je demande instamment qu’il y ait des explications claires et précises sur la gestion de nos centres par Campeole. But précis? Avec une large diffusion pour que tous les bénéficiaires comprennent.
    Fraternellement

  13. Lohiague Jean Pierre 3 ans Il y a

    Restons solidaires

  14. de rosa 3 ans Il y a

    paroles et paroles la notion du pour et par à disparu !!!
    la chaine solidaire à perdu un maillon essentiel:: dommage !!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

5 + neuf =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?