36×36 = 1 bonne action

36x36 Pierre Klasen © 2016

Après avoir sillonné plusieurs villes de France cet été, les oeuvres de l’exposition “36/36, les artistes fêtent les congés payés” ont été mises aux enchères en septembre dernier, au profit de l’enfance défavorisée.

Il y a 80 ans, les congés payés changeaient la vie des salariés français. Inaugurée à l’Assemblée nationale en juin dernier, l’exposition “36/36, les artistes fêtent les congés payés” s’est donc voulue itinérante, et a accompagné leurs vacances dans plusieurs villes de France. Imaginée par la revue Art absolument et la Compagnie internationale André Trigano (CIAT), cette exposition est le fruit du travail de trente-six artistes aux origines et aux techniques diverses, multipliant les points de vue sur les congés payés. Leur seul point commun, le support : trente-six bâches de tentes, hommage aux vacances sous toile. C’est ainsi que les figurations narratives de Gérard Guyomard célèbrent les guinguettes, que le geste de Najia Mehadji s’enroule gracieusement et forme vagues, et que Claude Viallat répète son “osselet” fétiche en hommage au Front populaire.

Les organisateurs précisent :

“Cette présentation thématique veut se faire confronter des esthétiques dépassant l’éphémère de la mode et la courte vue du marketing. Elle est figurative, abstraite, conceptuelle, expressive, illusionniste, nostalgique, référentielle, ludique, sensuelle, méditative, sublime, cosmique… dans une dynamique d’oeuvres à la fois engagées et humanistes, critiques et poétiques. 36/36 parce que, dans notre époque de nouveau tentée par les replis obscurantistes des années 30, il est sans doute salutaire de se souvenir de ce qui demeure une éclaircie ! 36/36 a pour défi de conjuguer au présent toutes les réelles avancées sociétales et culturelles !”

Lire aussi notre dossier : Qu’est devenu le temps libéré ?

Les trente-six “toiles” ont été mises aux enchères à la Fête de l’Humanité, du 9 au 11 septembre derniers, sous le marteau d’Antoine Godeau de la maison Pierre Bergé & Associés, bénévole pour l’occasion. C’est la toile de Peter Klasen, “Liberté 36”, qui a attiré la meilleure enchère, pour un montant de 22 000 euros. L’ensemble des fonds a été récolté au profit du Secours populaire français et de L’Avenir social.

Chronique de l’année 1936

JEL_almanach2

Quatre-vingts ans après l’arrivée au pouvoir du Front populaire, le Journal en ligne entame une chronique de cette période qui a marqué l’histoire, et se révèle aujourd’hui pleine d’enseignements.

Voir l’ensemble de la chronique 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

4 × 2 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?