Marseille : pour sa 20e édition, le Challenge Garibaldi muscle son jeu

20e édition du Challenge Garibaldi, organisé par la CMCAS Marseille, au Monclub Futbol de Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) le 26 janvier 2019. ©Eric Raz/CCAS

Vingt équipes inscrites pour cette 20e édition ! Samedi 26 janvier, au complexe partenaire Monclub Futbol de Bouc-Bel-Air, pas moins de 160 joueurs se sont affrontés dans la bonne humeur. Sous l’égide de la CMCAS Marseille, jeunes – et un peu moins jeunes – bénéficiaires se sont régalés, balle au pied.

D’abord, prendre des forces. 9 heures ont à peine sonné que les premiers compétiteurs arrivés au complexe Monclub Futbol, partenaire de l’événement depuis 2014, avalent café et viennoiseries tout en échangeant. Cette vingtième édition du Challenge Garibaldi, organisé par la CMCAS Marseille, promet : vingt équipes inscrites (l’une d’elles s’est vue contrainte de faire défection à la dernière minute), près de 160 footeux (petite déception : pas une femme cette année, mais la CMCAS s’attelle à relancer la construction d’une ou plusieurs équipes composées de femmes), cinq poules, des matchs et des matchs, et des récompenses pour tous !


Lire aussi
Futsal : le sexisme hors jeu


De nombreux jeunes embauchés

Cette année, les participants affichent une jeunesse éclatante. Parmi eux, de nombreux nouveaux embauchés, ce dont se félicite le président de la CMCAS Marseille, Jean-Christophe Fiandino : “Je suis heureux de voir autant de jeunes agents impliqués. Malheureusement, avec la baisse des budgets et du financement des Activités Sociales, le sport est devenu une sorte de variable d’ajustement, la CMCAS ayant fait le choix de préserver au maximum les domaines de la solidarité, de la santé et du handicap. Mais nous continuerons de proposer des activités qui motivent les foules, en adaptant nos pratiques.”

Gilles Moulin, premier vice-président et président de la commission Activités physiques et sportives, abonde dans son sens : “C’est l’un de nos événements inter-SLVie, avec la Mondialette, le tournoi de pétanque, et il est de taille ! Toutes les entreprises sont représentées, l’occasion pour les collègues de se rencontrer dans une ambiance bon enfant.”

Photo de gauche : Jean-Louis Rubod, qui organise le Challenge Garibaldi depuis 20 ans, entouré de Gilles Moulin, administrateur de la CMCAS (à g.), et Jean-Christophe Fiandino, président de la CMCAS.

Pour Jean-Louis Rubod, qui organisait la compétition pour la dernière fois avant son départ en retraite (et qui a dûment été remercié pour son implication), “ce n’est pas qu’un tournoi, c’est aussi l’opportunité pour des jeunes parfois éloignés des Activités Sociales de s’investir et de participer. Il y a là des équipes constituées de longue date, qui s’entraînent régulièrement tout au long de l’année, et puis des amateurs dont l’objectif est de passer un bon moment ensemble, en dehors du boulot”. Le tarif (10 euros) est par ailleurs très attractif, tout le monde en convient.

Le Challenge Garibaldi en bref

20 équipes étaient inscrites pour cette 20e édition. ©Eric Raz/CCAS

Créé en 2000 en hommage à Antoine Garibaldi, militant et figure incontournable de l’USPEG qui a contribué à élever le sport au rang des principes émancipateurs, le challenge qui porte son nom fête ici sa vingtième édition. L’ampleur prise par l’événement autrefois organisé au stade Ledeuc à Marseille a conduit la CMCAS à trouver un lieu plus adapté. L’unique terrain de la salle Paul-Balbi, qui occasionnait beaucoup d’attente entre les matchs, a donc été troqué contre les trois terrains de Bouc-Bel-Air en 2014, avec une organisation aux petits oignons… de l’avis de tous !

Tous statuts et entreprises confondus

Il en faut de la fraîcheur pour enchaîner les rencontres : 10 minutes top chrono, de l’engagement dès l’engagement, des gestes d’une technicité parfois proche du professionnalisme (si, si !), quelques chutes, et des scores qui feraient presque penser à des matchs de handball… Le tout en respectant des règles strictes, la première étant le plus total fair-play. “Le futsal est un sport complètement différent du football à onze, analyse Sofiane Bentouri, jeune agent du centre de relations clients EDF de Marseille. C’est beaucoup plus rythmé, intense. On pourrait le comparer au squash !”

Sofiane Bentouri, jeune agent du centre de relations clients EDF de Marseille.

Ce véritable passionné est un aficionado du Challenge Garibaldi : “Ma première participation date de 2007 ou 2008. J’étais alors intérimaire à Marseille. Lorsque j’ai été embauché à Rivesaltes, j’ai constitué une équipe sur mon nouveau lieu d’affectation et j’ai entraîné au challenge nombre de mes collègues durant cinq ans !” Désormais, c’est avec ses collègues marseillais qu’il s’entraîne tous les jeudis.

“Lors du challenge, je fais mon sport de l’année, courbatures garanties ! plaisante Julien Haddad-Parfait, jeune technicien Enedis de 30 ans et administrateur de la CMCAS. Cela fait sept ans que j’y participe sous des couleurs différentes. Cette année, c’est avec les Corinthians de la CMCAS Marseille, mais l’an dernier, j’ai été gardien (je ne sais faire que ça !) de l’équipe des techniciens poste source et avant cela j’ai gardé les buts de l’équipe du RTE… Alors je me fais chambrer !”

20e édition du Challenge Garibaldi, organisé par la CMCAS Marseille, au Monclub Futbol de Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) le 26 janvier 2019. ©Eric Raz/CCAS

Pour lui, le Garibaldi est fédérateur, et “pourrait encore gagner en popularité, avec une communication boostée, et des modalités d’inscription simplifiées”. Il trouve “sympa que tout le monde se retrouve autour du buffet à midi”, et que chacun, quel que soit son statut au sein des unités et services, soit sur un pied d’égalité. Car une fois le maillot et les crampons enfilés, il n’est plus question de hiérarchie, les joueurs portent les mêmes couleurs et tendent vers un but commun : vaincre ! “Cela permet aussi aux managers des entreprises de s’apercevoir que les Activités Sociales sont efficientes, permettent la cohésion, et que des événements de cette ampleur sont organisés.” S’il souhaite émettre une suggestion pour les prochaines éditions, ce serait “d’organiser des activités en parallèle pour les familles présentes afin de soutenir les joueurs, à destination des enfants notamment”.

Frédéric Bardoz et son équipe ont effectué le déplacement depuis Avignon : “Nous avons une équipe où dix services, dix zones géographiques sont représentées. J’ai puisé dans ce vivier. Souvent, avant ou après l’entraînement, nous discutons, nous créons du lien, un réseau… J’avais déjà participé il y a deux ans au Challenge Garibaldi. Les installations et l’organisation sont au top ! Nous avons été accueillis très amicalement, il y a une vraie convivialité.” “C’est une très bonne initiative que de faire se rencontrer les unités. Cela crée de l’unité, de l’ouverture, permet l’intégration des nouveaux arrivants”, estime Nathalie Donneaud, correspondante SLV GRTGaz et GRDF à Fos.

Aux abords du terrain où se joue la finale – on a cru jusqu’au dernier moment à une séance de tirs au but pour départager Chapecoense et GEMCC – et alors que le soleil hivernal décline, quelques joueurs bavardent. Et semblent donner raison aux organisateurs : “C’était trop bien ! affirment les commentateurs du jour. Pour l’an prochain, on s’organise mieux, on s’entraîne plus… Et pourquoi pas proposer aux collègues de créer une deuxième équipe ?”

Palmarès

Vainqueur
Chapecoense (du nom de l’équipe brésilienne qui a péri lors d’un crash aérien en 2016) du DIPDE (ex-CIPN). Elle “truste” le challenge pour la 9e fois ! Quelqu’un a plaisanté à la fin du tournoi : “L’an prochain, on leur impose un handicap, des poids accrochés aux pieds !”

©Eric Raz/CCAS


Finaliste
GEMCC, dont le coach – très en verve – a squatté la glaciaire comme le mythique entraîneur Marcelo Bielsa.

©Eric Raz/CCAS


Bronze
Les Producteurs d’Aix (vainqueurs de la Rencontre sportive nationale organisée par la CMCAS en 2017).


Meilleur buteur
Pascal Guttierez, des Producteurs d’Aix. Habitué des records, il en a encore battu un en inscrivant pas moins de 31 buts durant la compétition. Il s’est vu offrir un très joli trophée en forme de chaussure à crampons.


Meilleur goal
Thibault Royer, de l’équipe du GEMCC, a lui aussi reçu un magnifique trophée.


Prix du fair-play
Remis à l’équipe de la CMCAS Avignon, qui avait fait le déplacement “à l’extérieur”.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

4 − 4 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?