Ateliers Fablab : fabriquer, entre minutie et patience

Imprimante, scanner et stylo 3D, atelier robotique... Tout le monde peut devenir un "maker" et fabriquer des objets.

Imprimante, scanner et stylo 3D, atelier robotique… Tout le monde peut devenir un “maker” et fabriquer des objets. ©Joseph Marando/CCAS

Lors de sa 5e édition le 13 octobre dernier, le festival Les Jeunes et les Enfants d’abord, organisé par les CMCAS d’Île-de-France et la CCAS, proposait un atelier “minilab”. Une initiation aux outils numériques où le stylo 3D a obtenu un franc succès, à découvrir pendant les vacances d’été et d’hiver.

Le bouton vert indique que le stylo 3D est prêt à l’emploi. Chauffée à 200 degrés, la pointe transforme le fil de plastique en une pâte molle qui durcit en séchant. “Un plastique d’amidon de maïs biodégradable, écologique, sans pétrole”, précise Rémi Boyer, coanimateur, avec Raphaël Sancho, du minilab, le FabLab itinérant de l’ASTS (Association science technologie société). “Approche-toi du papier pour accrocher le fil. Suis les contours lentement… Je lâche ta main. Essaie de coller le papier. Voilà, c’est de mieux en mieux.” Anna, 5 ans, s’entraîne à tracer des lignes, avant de dessiner un papillon sous le regard de son père. “Je suis fier de la voir réussir, découvrir et apprendre de nouvelles choses”, commente Mohammed Lava, agent à Enedis et bénéficiaire de la CMCAS Val-d’Oise.

Autour de la table, au son des imprimantes 3D qui s’activent à fabriquer des petits objets articulés, une dizaine d’enfants manient leur stylo. Écrire son prénom, dessiner un cadre ou une guitare nécessite une grande concentration et de l’application. “Tu peux repasser dessus pour que ta création soit plus solide.” En passant par la réalisation concrète d’un objet, l’exercice est ludique, il stimule l’imagination et la créativité.


Lire aussi
Les 6 bonnes raisons de se lancer dans les FabLabs


Comme le constate Aurélie Teston, correspondante expertise à GRDF, de la CMCAS Val de Marne, “cet atelier apprend à maîtriser la gestuelle, la motricité et aussi à se tromper, car en comprenant ses erreurs, l’enfant progresse”. Gabriel, 9 ans, observe la branche de lunettes qu’il vient de créer. Il prend la pince pour couper les fils qui dépassent. “Il faut être concentré, minutieux et patient. Cette activité manuelle est différente des jeux vidéo, car elle fait sortir de la maison.” Plus tard, c’est Jeanne, enthousiaste, qui s’écrie : “J’y arrive !”

“Presque facile !”

La famille Le Gal (CMCAS Val-de-Marne) en pleine impression 3D.

La famille Le Gal (CMCAS Val-de-Marne) en pleine impression 3D. ©Joseph Marando/CCAS

Un peu à l’écart, Raphaël Sancho initie un groupe à la programmation visuelle. “Regardez ce qui se passe. Ce petit chat affronte de dangereuses saucisses de l’espace, qui tuent les chats à coups de bananes.” Il explique comment programmer un jeu vidéo en s’amusant. “N’importe qui peut devenir inventeur. Ces outils numériques apportent une grande liberté d’entreprendre.” En participant à cet atelier, petits et grands découvrent que cet outil intuitif ne nécessite pas de formation et n’est pas réservé aux seuls initiés en informatique. “Presque facile”, précise l’un d’eux. Et l’intervenant de renchérir : “Vous ne pouvez pas savoir si vous êtes bon dans un domaine avant d’avoir essayé.”


Pendant vos vacances

Parmi les 1200 rencontres culturelles de l’été et de l’hiver, la CCAS propose des ateliers “minilab” pour s’initier au FabLab.

Prochaines dates :
À Val d’Isère du 11 au 15 février
À Beaufort du 18 au 22 février
Aux Saisies du 25 février au 1er mars
À Megève (“Le Hameau”) du 4 au 8 mars

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

un × 1 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?